Les rois mongols: quatre acteurs en devenir

Quatre jeunes acteurs font revivre la crise d'Octobre... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Quatre jeunes acteurs font revivre la crise d'Octobre à hauteur d'enfant dans Les rois mongols.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Lapointe

Les rois mongols est un film à hauteur d'enfant, et les quatre jeunes réunis par Luc Picard y sont formidables de justesse. Retenez bien leurs noms, vous risquez de les revoir souvent.

Milya Corbeil-Gauvreau, 14 ans - Interprète de Manon

Le personnage selon Milya

«Manon a 12 ans, ce n'est pas une enfant, mais pas une femme non plus. Il y a un passage dans le film, une évolution de tous les personnages. Elle est effrontée, un peu baveuse, mais elle est remplie d'amour pour son petit frère. Elle l'aime plus que tout, elle ferait tout pour lui.»

Son avis sur le réalisateur

Les quatre jeunes comédiens se sont sentis en confiance avec Luc Picard, qui a été pour eux une vraie figure paternelle et a su créer une ambiance calme autour d'eux, explique Milya. «C'était un plateau très tranquille. Parce qu'il est un acteur, il sait comment diriger. Il nous disait toujours: "Donne-moi pas ce que tu n'as pas." Quand j'avais des inquiétudes, il me disait: "OK, on va commencer doucement", puis après ça montait... C'est un des tournages où je me suis le plus dépassée comme actrice.»

Milya vue par Luc Picard

«Milya est très disciplinée. Elle a une maturité dans les yeux, le regard d'une vieille âme, même si c'est quand même une jeune fille. On sent qu'elle a une pleine compréhension de ce qui l'entoure. Elle a de l'assurance et de la détermination. Même si j'ai fait en sorte que ce soit vraiment un quatuor, c'est un rôle qui demandait beaucoup, et elle ne m'a pas déçu.»

Henri Picard, 16 ans - Interprète de Martin

Le personnage selon Henri

«Martin, c'est un bum de ruelle. Il ne se passe pas grand-chose dans sa vie et il voudrait de l'action, il a envie que ça bouge. Son grand frère est felquiste, il l'admire sans le vouloir et voudrait toucher du rêve comme lui. Il est aussi un peu amoureux de sa cousine.»

L'aspect le plus difficile du tournage?

«L'accent!», dit Henri, appuyé par pas mal toute la troupe. C'est que le film se passe en 1970 dans Hochelaga-Maisonneuve. «Je ne suis pas capable d'intégrer le roulage de "r" quand je parle, ça devient gossant pour la langue. Mais j'ai vraiment réussi l'accent quand j'ai vu mes cheveux gras séparés dans le milieu. Le look, ça aide!»

Henri vu par Luc Picard

«Il y a mille affaires à dire. Henri, c'est un hypersensible et il a une compréhension de ce qu'est le jeu. Il a une disposition naturelle... Et ce n'est pas parce que je suis son père, je crois que je suis objectif quand je dis ça ! Il l'a gagné, son rôle, il a fait deux auditions, je ne l'aurais pas pris si je n'avais pas cru qu'il en était capable. À un moment donné, ce sont les filles du casting qui m'ont dit: "On est désolées, mais c'est lui, Martin."»

Alexis Guay, 12 ans - Interprète de Denis

Le personnage selon Alexis

«Denis, c'est le souffre-douleur de son frère Martin. Il est plus introverti aussi, mais il veut sa place. Il est plus du genre à suivre qu'à initier l'action. Il est comique aussi, il aime créer des situations drôles.»

L'avenir

«Je voudrais devenir comédien et en vivre, lance Alexis, appuyé par Mylia et Henri. C'est le travail idéal... Mettons un film avec des tueurs à gages: tu n'as pas besoin de le faire pour de vrai et être recherché par la police, tu as juste à devenir acteur!»

Alexis vu par Luc Picard

« C'est le sage du groupe, c'est un peu le George Harrison de la gang. Il a un petit côté intello, mais c'est un acteur, il a la capacité d'être. C'est drôle parce que dans la vie, Alexis parle beaucoup, alors que le personnage est taciturne. Mais quand la lumière arrivait sur lui, il était là, il prenait sa place. »

Anthony Bouchard, 8 ans - Interprète de Mimi

Mimi, c'est l'adorable petit frère que Manon veut protéger coûte que coûte, qui aime les costumes de Mickey Mouse et rêve d'avoir une grand-mère. «Moi, je n'ai pas besoin d'une grand-mère, j'en ai déjà une», lance son interprète, Anthony, qui est en 3e année. Son moment préféré pendant le tournage? «La scène dans l'autobus, parce que je faisais des blagues et que ça faisait rire l'équipe.» Le jeune acteur, qui est aussi en vedette dans la série Olivier, n'a pas vraiment hâte de retrouver sa vie normale à l'école. «C'est poche, l'école.»

Anthony vu par Luc Picard

 Anthony, c'est une nature, un bloc, un coeur battant hypersensible. Soit il est entièrement heureux, soit il est entièrement insatisfait. C'est vrai qu'il devait faire des choses difficiles pendant le tournage, et il n'avait que 7 ans! Mais quand on disait "action", il se concentrait comme un laser, en intégrant toutes les notes de jeu. Puis, tout de suite après, il disait: "Bon, je peux m'en aller, maintenant?" J'ai travaillé fort pour trouver mes quatre acteurs, mais j'ai l'impression qu'on va tous les revoir.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • L'automne Luc Picard

    Entrevues

    L'automne Luc Picard

    Un quatrième film à titre de réalisateur, Les rois mongols, qui sort vendredi prochain. Un premier rôle dans la série de l'heure,... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer