Nouveaux terrains de jeu pour Karine Vanasse

«Lorsque la productrice Denise Robert m'a proposé le... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

«Lorsque la productrice Denise Robert m'a proposé le rôle [dans De père en flic 2], elle m'a dit qu'elle ne pouvait pas croire que personne ne m'avait encore demandé d'exploiter ma spontanéité à l'écran», dit Karine Vanasse.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Karine Vanasse fait carrière comme comédienne depuis près de 20 ans. Or, ses rôles récents au grand écran lui ont permis de vivre des expériences inédites. Dans De père en flic 2, la comédienne touche pour la première fois à la comédie. Et dans le long métrage Et au pire on se mariera - qui sort en septembre -, elle a relevé le défi d'incarner une mère.

Pendant les années qu'elle a passées à Los Angeles, Karine Vanasse a travaillé avec une coach de jeu, ce qu'elle n'avait pas fait au début de sa carrière. Grâce à elle, l'actrice québécoise a notamment appris à repousser ses limites.

«Je crois qu'à Los Angeles, je me sentais plus à l'aise d'explorer. Ma coach m'a vraiment aidée pour Revenge et Blue Moon, entre autres. Elle m'a permis de développer des zones où je pouvais aller sans avoir peur de faire des erreurs.»

Cette envie de se dépasser a amené l'actrice de 33 ans à jouer pour la première fois dans une comédie, soit le long métrage De père en flic 2.

«Lorsque la productrice Denise Robert m'a proposé le rôle, elle m'a dit qu'elle ne pouvait pas croire que personne ne m'avait encore demandé d'exploiter ma spontanéité à l'écran», ajoute celle qui a adoré jouer la comédie sous la direction d'Émile Gaudreault. Ce tournage lui a en outre permis de retrouver un de ses mentors, Michel Côté, qu'elle a connu sur le plateau de Ma fille, mon ange, sorti il y a une décennie.

Deuxièmement, elle a incarné une mère pour la première fois de sa vie dans Et au pire, on se mariera de Léa Pool, qui sortira le 15 septembre.

«C'est une femme qui n'a pas beaucoup d'options. Elle élève seule sa fille [Sophie Nélisse] tout en travaillant. Est-ce une mère présente? Elle n'a même pas le luxe de se poser la question parce qu'elle est en mode survie. Je n'ai pas joué ce genre de personnage souvent. Plus fréquemment, j'incarne la force de la femme», explique la comédienne.

Ce film était lui aussi émotionnellement important pour Karine Vanasse, puisqu'elle retrouvait la réalisatrice qui lui a offert son tout premier rôle dans Emporte-moi en 1999.

«Je trouve ça rassurant quand la vie fait des cercles comme ça. Tu reviens quelque part, mais avec un bagage différent. Ça me permet de faire un bilan de ma vie.»

«[Michel Côté et Léa Pool], ce sont des personnes vraiment marquantes dans mon parcours, même si je les ai fréquentées sur une courte période. J'étais contente qu'ils voient où j'étais rendue dans le jeu», poursuit-elle.

En anglais, svp

La Montréalaise fait également carrière au Canada anglais depuis quelques années. Après avoir joué dans I'm Yours aux côtés de Rossif Sutherland à Thunder Bay en 2011, Karine Vanasse a travaillé de nouveau dans le nord de l'Ontario l'an dernier. 

Dans la série policière Cardinal, réalisée par Podz, elle incarne la détective Lise Delorme. Cette série connaît un si beau succès - à l'étranger, notamment - que CTV en a commandé une deuxième et une troisième saison. Karine Vanasse passera ainsi l'été et l'automne en Ontario.

«J'aurais aussi aimé que Blue Moon soit achetée à l'international. J'ai encore de la difficulté à comprendre pourquoi une série fait sa place à l'étranger et pas une autre», dit Vanasse, que les cinéphiles canadiens connaissent surtout pour son rôle dans Polytechnique.

Maintenant détentrice d'une carte de résidente permanente aux États-Unis, Karine n'a pas l'intention d'abandonner son rêve américain pour autant. Il y a un peu plus d'un an, elle a d'ailleurs rencontré l'agent qu'elle rêvait de trouver aux États-Unis. «Je cherchais quelqu'un qui comprenne que je ne choisis pas un projet pour sa grosseur ou pour le rayonnement qu'il va avoir.»

«Les questions principales que je me pose sont: est-ce que j'ai envie de travailler avec ce réalisateur ? Et de raconter cette histoire? Parce qu'en bout de ligne, ce qui me semble important est ce que nous laissons comme trace.»

Grâce à cet agent, elle a décroché un rôle dans le pilote d'une télésérie pour ABC, qu'elle a tourné récemment à New York. Même si ce projet a finalement été refusé, l'actrice est convaincue que d'autres occasions se présenteront dans un avenir rapproché.

«Une chose que je me souhaite est d'avoir plus de projets comme Polytechnique [film de Denis Villeneuve qu'elle a produit]. C'est bien de divertir, mais quand tu réussis en plus à semer un peu d'humanité, c'est une chance. On a beau être tous différents comme êtres humains, c'est possible de parler un langage commun», dit-elle.

La productrice ne ferme pas la porte à l'éventualité de réaliser ses propres histoires: «C'est un métier qui m'impressionne. Ça prend une force pour avoir une vision claire de ce que tu veux, tout en restant ouvert aux suggestions de l'équipe. Polytechnique et Paul à Québec, ce sont des histoires que j'ai eu envie de raconter comme productrice. Peut-être qu'un jour, j'aurai envie d'en raconter comme réalisatrice.»

_________________________________________________________________________

De père en flic 2 prend l'affiche jeudi.

Et au pire, on se mariera sort en salles le 15 septembre.

La saison 1 de Cardinal est en vente sur iTunes.

La saison 3 de Blue Moon sera diffusée sur Club illico en 2018.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer