Gérard Le Chêne: d'affirmation, de curiosité, d'actualité

Le cofondateur et président du festival Vues d'Afrique,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Le cofondateur et président du festival Vues d'Afrique, Gérard Le Chêne, affirme que l'arrivée du format numérique a permis aux artistes africains de faire un cinéma plus près de leur réalité.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

En lançant, avec une poignée d'amis, une semaine du cinéma africain à Montréal en 1985, Gérard Le Chêne n'aurait jamais cru qu'il serait à la barre d'un festival, Vues d'Afrique, qui célébrera ses 30 ans dans quelques jours. En entrevue à La Presse, le cofondateur et président évoque la genèse et l'évolution de l'événement.

Vues d'Afrique est né d'un besoin d'affirmation. De dire aux gens de Montréal que le continent noir a aussi son cinéma.

C'était en 1985, et le journaliste et documentariste Gérard Le Chêne s'en souvient parfaitement. Avec d'autres amis, M. Le Chêne fait le constat qu'il n'y a pas d'informations culturelles sur l'Afrique dans la métropole.

«Au cours d'une conférence de presse du Festival des films du monde, le journaliste de Radio-Canada Ousseynou Diop [décédé en 2011] a demandé pourquoi il n'y avait pas de films africains dans la programmation. Il s'est fait répondre que c'était parce qu'il n'y en avait pas, raconte M. Le Chêne. Nous avons donc décidé, un petit groupe d'une demi-douzaine de personnes, de monter une semaine du cinéma africain. C'était à la Cinémathèque en avril 1985. Les choses ont très bien marché. Ça répondait à un manque. Nous avons continué.»

Trente ans plus tard, Vues d'Afrique propose une programmation variée d'une centaine de titres en provenance du continent noir, d'Europe, des pays créoles et du Canada. La projection de films s'accompagne de nombreuses activités parallèles incluant débats et tables rondes.

Gérard Le Chêne ne s'en étonne pas. Car il a vu une très saine évolution des intérêts du public, qui s'est renouvelé, au fil de toutes ces années.

«Heureusement qu'il s'est renouvelé, sinon il n'y aurait que des têtes grises dans la salle, lance en riant celui qui a signé de nombreux documentaires sous le nom d'Alain D'aix. Au début, les spectateurs montraient une ouverture d'esprit assez large, mais ils étaient d'abord poussés par la curiosité envers un cinéma nouveau. Maintenant, le public est déjà sensibilisé par l'internet. Beaucoup d'autres ont, par l'entremise d'ONG, travaillé en Afrique et ont transmis autour d'eux leurs intérêts. Résultat: les gens viennent davantage aujourd'hui pour suivre l'actualité africaine que pour la découverte. C'est aussi pour ça, pour creuser des sujets, que nous tenons de nombreuses rencontres en marge des films.»

Le numérique libérateur

Au fil des ans, plusieurs thèmes, souvent sociopolitiques, ont émaillé les programmations de Vues d'Afrique. Tradition et modernité, situation des femmes, sort des enfants. Ces thèmes furent par exemple récurrents.

Mais, chose plus importante encore, l'arrivée du format numérique a permis aux artistes africains de faire un cinéma plus près de leur réalité, analyse Gérard Le Chêne.

«Pendant longtemps, le financement des grands films sur 35 mm dépendait de subventions du Nord. Cela influait sur la forme et le fonds, dit-il. On disait que ces films étaient faits pour les «subventionneurs» et ne rejoignaient pas leur public. Avec le numérique introduit il y a une dizaine d'années, on assiste à une explosion quantitative d'oeuvres. Beaucoup de réalisateurs ont fait des films et des séries à plus petits budgets pour leur public et la réponse est très forte.»

De tels films, on les verra dans la section Afrique connexion de la programmation. «Ils nous permettent de faire une réelle plongée dans les pays concernés, dit M. Le Chêne. Ces oeuvres sont marquées par une authenticité dans les proverbes, les accents, l'humour, etc.»

_________________________________________________

Le festival a lieu du 25 avril au 4 mai. Renseignements: vuesdafrique.com

Nos suggestions

Rachel, la star aux pieds nus

Regards d'ici

Rachel Mwanza est une Cendrillon africaine. Elle est passée des rues de Kinshasa où elle errait à la gloire du Festival de Berlin où elle a remporté l'Ours d'argent d'interprétation pour son rôle dans Rebelle de Kim Nguyen. Mais même après ce triomphe, en février 2012, son retour en République démocratique du Congo fut loin d'être idyllique comme nous le montre ce film réalisé par Hélène Magny et Pierre Migneault.

Millefeuille 

(Sélection internationale/Fictions)

Dans une ville de Tunis plongée en pleine révolution, des jeunes sont tiraillés entre tradition et modernisme. Zaineb (Nour Mziou) est serveuse dans un café et veut devenir designer de mode, au grand dam de sa famille qui veut qu'elle porte le voile. Pendant ce temps, son amie Aicha (Souhir Ben Amara) travaille voilée, mais est catastrophée parce qu'elle est enceinte. D'une grande beauté, doté de quelques pointes d'humour sous un vernis dramatique, ce film de Nouri Bouzid nous fait vivre la question du voile de l'intérieur du monde musulman.

Rwanda, l'enquête manipulée 

(Sélection internationale/Documentaires)

Vingt ans après le génocide rwandais, nous n'avons pas fini d'entendre parler de ces événements tragiques. La lumière n'a toujours pas été faite sur certains aspects, à commencer par déterminer qui a tiré un missile sur l'avion du président Habyarimana le soir du 6 avril 1994. Le documentaire de Catherine Lorsignol et Philippe Brewaeys s'interroge sur le rôle encore obscur de la France dans cette affaire. Dommage que la recherche, fouillée, soit mal mise en valeur avec une mise en scène bancale. N'empêche, vous apprendrez plein de choses.

Tango Negro 

(Sélection internationale/Documentaires)

Foi de Gérard Le Chêne, directeur du festival, la programmation de cette 30e édition compte plusieurs titres où la musique est utilisée pour faire passer des messages et de l'information. C'est le cas des films Family Show, Message Musico, Dakar Trottoirs et Tango Negro. Dans le cas de ce dernier titre, il s'agit d'un documentaire de Dom Pedro sur les racines africaines du tango. Cette danse aurait d'abord été pratiquée par des esclaves africains dans la région de Rio del Plata en Argentine, pays qui s'en est farouchement approprié la genèse.

Le règne de l'impunité

(Afrique Connexion)

Les horizons du festival Vues d'Afrique ne s'arrêtent pas aux contours du continent noir. Par exemple, on compte plusieurs films sur les pays créoles, dont Haïti, incluant Le règne de l'impunité de Arnold Antonin, qui fut président de l'Association haïtienne des cinéastes. Dans son oeuvre, ce dernier revient sur les 29 années de règne de la famille Duvalier, période marquée par des crimes de masse.




la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer