Les documentaristes réclament un nouveau modèle de financement

Le cinéaste Hugo Latulippe, président de l'Observatoire du... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Le cinéaste Hugo Latulippe, président de l'Observatoire du documentaire du Québec, et la réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La cinématographie québécoise risque de voir disparaître peu à peu un de ses plus beaux fleurons, le documentaire, si le mode de financement de cet art ne subit pas une transformation majeure.

Tel est le constat qu'ont fait une douzaine de représentants du domaine au cours d'une conférence de presse tenue mardi.

Chiffres à l'appui, ils ont voulu montrer qu'au cours des dix dernières années, le financement du documentaire a régressé ou, au mieux, stagné au sein des différentes institutions comme l'ONF, Radio-Canada, la SODEC, Télé-Québec, etc.

«C'est en train de devenir un hobby que de faire du cinéma documentaire au Québec», a déploré le cinéaste Hugo Latulippe, président de l'Observatoire du documentaire du Québec.

Les réalisateurs, producteurs, scénaristes et gestionnaires l'entourant ont unanimement déploré les conditions actuelles.

«Le documentaire est une des spécificités de la culture québécoise, a soutenu M. Latulippe. Il joue un rôle très important dans notre démocratie et constitue une forme d'engagement citoyen.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer