Un documentaire sur Emmanuel Schwartz

Le travail du comédien Emmanuel Schwartz inspire le... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Le travail du comédien Emmanuel Schwartz inspire le cinéaste Mathieu Roy.

Photo: Bernard Brault, La Presse

Le cinéaste Mathieu Roy a eu un tel coup de coeur pour le comédien Emmanuel Schwartz qu'il a décidé de tourner un documentaire sur lui. Le réalisateur met actuellement en boîte ses premières images en suivant Schwartz dans trois spectacles auxquels il participe - dont deux sont présentés dans le cadre du Festival TransAmériques (FTA).

«Je capte des extraits de trois pièces auxquelles Emmanuel participe, soit Phèdre, Un, Deux, Trois et Détruire, nous allons, lance un Mathieu Roy débordant d'enthousiasme. Emmanuel n'a que 32 ans et est un excellent acteur.»

M. Roy qualifie son projet de «documentaire improvisé» parce que le geste est littéralement spontané et parce qu'il tourne sans budget, sinon celui qui vient de ses propres économies.

«J'ai demandé à des amis de m'aider à la technique. Je paie moi-même l'assurance pour la caméra 35 mm. Et je tourne avec les chutes des bobines de 35 mm du film Mommy de Xavier Dolan. Le producteur Sylvain Corbeil [Metafilms] a accepté de me les vendre au rabais. Je trouvais génial de capter Manu sur scène en film.»

Le titre du documentaire est le reflet de son caractère éclaté: Jesus' Brother: A Punk Documentary with Emmanuel Schwartz. «À l'intérieur même du documentaire, nous allons inclure un court métrage de fiction», dit Mathieu Roy qui a récemment signé son premier long métrage de fiction, L'autre maison.

Au cinéma, rappelons-le, Schwartz a joué dans Laurence Anyways, L'affaire Dumont, Laurentie et I'm Not There.

Mathieu Roy travaille par ailleurs à un projet de long métrage documentaire intitulé Le paradoxe de la faim, qui se situe dans la continuité de son film Survivre au progrès. Le scénario du film est signé par Richard Brouillette (L'encerclement) et le photographe Benoit Aquin.

«Ce film impressionniste nous fera vivre le drame de l'endettement et du désespoir qui guette les petits producteurs agricoles menacés par la mondialisation, explique le cinéaste. Partout dans le monde, des millions de gens produisent de la nourriture mais sont incapables d'assurer leur propre subsistance. J'irai tourner en Inde, au Brésil, au Malawi, mais aussi au Québec.»

Mathieu Roy a également un autre projet de long métrage de fiction avec Max Films qu'il souhaite aller tourner à Goma, en Afrique, cet été.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>Phèdre</em>: enterrer Racine

    FTA

    Phèdre: enterrer Racine

    On connaît l'aversion du metteur en scène Jérémie Niel pour les pièces bavardes. On ne s'attendait donc pas à une relecture littéraire du mythe de... »

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer