• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Décès du réalisateur iranien Abbas Kiarostami 

Décès du réalisateur iranien Abbas Kiarostami

Le réalisateur Abbas Kiarostami en 2007.... (Photo Eric Estrade, AFP)

Agrandir

Le réalisateur Abbas Kiarostami en 2007.

Photo Eric Estrade, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Téhéran

L'un des plus grands réalisateurs au monde, l'Iranien Abbas Kiarostami, est décédé en France d'un cancer, à l'âge de 76 ans, ont rapporté lundi les médias iraniens.

Kiarostami, qui a remporté la palme d'or du Festival de Cannes en 1997 pour Le goût de la cerise, avait quitté Téhéran la semaine dernière pour subir un traitement en France, a indiqué l'agence de presse Isna, ajoutant que son décès avait été confirmé par la Maison du Cinéma en Iran.

«Abbas n'est pas seulement le plus grand cinéaste iranien, le Rossellini de Téhéran, le chercheur qui trouve, c'était aussi un photographe inspiré. Il était l'art même», a tweeté l'ancien président du Festival de Cannes, le Français Gilles Jacob.

Kiarostami était né à Téhéran en 1940 dans une famille modeste, avant de devenir l'un des cinéastes les plus en vue du cinéma iranien dans les années 1960.

Des prix dans les plus grands festivals mondiaux lui ont apporté une notoriété allant de l'Europe aux États-Unis ou au Japon.

Il est resté dans son pays après la révolution islamique de 1979 et a continué à travailler avec le monde du cinéma à l'étranger.

L'agence officielle iranienne IRNA a affirmé que sa dépouille serait rapatriée en Iran pour y être enterrée.

Cinéaste du réel, humaniste et poète, lauréat des prix les plus prestigieux, connu et reconnu dans le monde entier, il est souvent comparé à Rossellini ou à Godard.

«Il fait partie de ces très rares cinéastes où il y a eu un avant et un après pour le cinéma», a ajouté Frédéric Bonnaud, directeur de la Cinémathèque française.

«C'était un inventeur, car il arrivait à conjuguer un certain réalisme, en parlant beaucoup de son pays et des enfants de son pays, tout en sachant que le cinéma est un spectacle qui peut manipuler le réel».

Il a son style, travailleur et indocile, et une apparence très particulière avec ses lunettes à verre fumé.

Les récompenses arrivent avec la Palme d'or à Cannes en 1997 pour Le goût de la cerise, sur le désir de vivre et la fragilité d'un homme de 50 ans, qui lui causera des ennuis en Iran parce que l'actrice française Catherine Deneuve lui a fait une bise en lui remettant le prix, ce qui causa la fureur des conservateurs.

«Sans lui, je n'aurais jamais pu faire Persepolis», a renchéri la dessinatrice et réalisatrice Marjane Satrapi, qui avait fait sa connaissance en France après avoir admiré ses films en Iran.

«En Europe on avait vu ses films, donc on ne voyait plus les Iraniens comme des terroristes, mais comme des êtres humains. Il a ouvert la voie à toute une génération d'artistes iraniens. Nous lui sommes tous redevables», a-t-elle dit à l'AFP.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • L'Iran rend hommage à Abbas Kiarostami

    Nouvelles

    L'Iran rend hommage à Abbas Kiarostami

    L'Iran rendait hommage mardi au plus célèbre de ses cinéastes, Abbas Kiarostami, mort à Paris à 76 ans, le président Hassan Rohani saluant en... »

  • Abbas Kiarostami en cinq films

    Nouvelles

    Abbas Kiarostami en cinq films

    Le cinéaste iranien Abbas Kiarostami, décédé lundi, aura laissé une oeuvre à la fois singulière et universelle avec plus de quarante films, dont... »

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer