• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Spike Lee exige plus de diversité à Hollywood 

Spike Lee exige plus de diversité à Hollywood

Spike Lee... (Photo Mario Anzuoni, Reuters)

Agrandir

Spike Lee

Photo Mario Anzuoni, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sandy Cohen
Associated Press
LOS ANGELES

Spike Lee a déclaré devant un auditoire composé de sommités de l'industrie américaine du divertissement qu'il était plus facile pour un Afro-Américain de devenir président des États-Unis que de diriger un studio hollywoodien ou un réseau de télévision.

Le cinéaste a fait ce commentaire samedi après avoir accepté un Oscar honorifique lors de la 7e remise annuelle des Governors Awards de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences à Hollywood, durant laquelle les actrices Gena Rowlands et Debbie Reynolds ont également été honorées.

M. Lee a soutenu qu'il était grand temps d'avoir un débat sur la diversité dans les domaines du cinéma et de la télévision, affirmant que le retard accusé par l'industrie cinématographique et télévisuelle sur cette question par rapport au monde du sport était «ridicule».

Le réalisateur a fait l'éloge de Cheryl Boone Isaacs, l'actuelle présidente de l'académie, et loué ses tentatives pour faire bouger les choses.

Plus tôt dans la soirée, Mme Isaacs avait exhorté les leaders de l'industrie présents dans la salle à adopter des mesures afin de reconnaître et célébrer une plus grande variété de talents.

Elle avait aussi annoncé le lancement d'une stratégie pour améliorer la diversité au sein de la direction et du personnel de l'académie au cours des cinq prochaines années.

Pour recevoir son prix, Spike Lee s'est entouré de Denzel Washington, Wesley Snipes et Samuel L. Jackson.

«Spike Lee a donné du travail à plus d'Afro-Américains que n'importe qui d'autre dans l'industrie», a indiqué M. Washington dans son mot de présentation.

À l'instar de M. Lee, Gena Rowlands a reçu un Oscar honorifique pour l'ensemble de sa carrière, qui s'est amorcée il y a 60 ans. La statuette lui a été remise par son fils, Nick Cassavettes, qui l'a dirigée dans The Notebook en 2004.

Quant à Debbie Reynolds, elle s'est vu décerner le prix humanitaire Jean Hersholt pour son engagement auprès de diverses oeuvres de bienfaisance, dont l'organisation The Thalians qu'elle a fondée pour lutter contre les préjugés concernant les troubles de santé mentale.

Mme Reynolds ne pouvant être présente, c'est sa petite-fille qui a accepté le prix à sa place.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer