Série DVD/Broadchurch: la qualité anglaise ****

La PresseSonia Sarfati 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sonia Sarfati
La Presse

Que l'on songe à Downton Abbey, à Sherlock, à The Hour ou même, sur un ton plus fantastique, à Being Human, les Anglais ont une façon de faire de la télévision qui parle autant à notre cerveau qu'à nos tripes.

Ils remettent ça avec Broadchurch, dont la première saison (huit épisodes) vient d'être diffusée en français sur ICI-machin-chouette et qui vient aussi d'arriver sur le marché en DVD - ce qui pourra satisfaire les amateurs de visionnement en rafale et ceux qui auraient envie de consommer cette oeuvre dans sa langue d'origine (les deux versions se trouvent dans le coffret), en ajoutant au besoin des sous-titres (en anglais).

Car, comme c'est le cas pour Sherlock ou Downton Abbey, telle «écoute» rend l'expérience plus immersive. Et, ici, exacerbe le sentiment de, soudain, faire partie de la petite communauté de Broadchurch, déchirée par le meurtre d'un gamin de 11 ans.

Village d'apparence idyllique planté sur la côte du Dorset, avec ses plages qui s'allongent paresseusement au pied de ses falaises et font le régal des estivants, Broadchurch s'enfonce en effet dans le drame lorsque le corps sans vie du jeune Danny Latimer est retrouvé dans le sable.

S'amorce alors une enquête qui aurait pu être un whodunit comme on en a vu des centaines. Mais celui-ci est porté par une distribution extrêmement solide jusque dans les rôles les plus secondaires et des personnages extrêmement bien écrits. À commencer par les détectives en charge de l'affaire, Ellie Miller et Alec Hardy, respectivement interprétés par Olivia Colman et David Tennant - lequel reprendra d'ailleurs son rôle dans le remake américain de la série, Gracepoint.

Bref, suivant leurs pas, Broadchurch explore comment une mort - mais attention, pas n'importe quelle mort, celle d'un enfant, de la main de quelqu'un - peut affecter non seulement une famille (le deuil des Latimer est extraordinairement bien rendu), mais les proches et les moins proches; de même que l'exploitation du drame par les médias.

Bien sûr, les amateurs du genre sentiront les fausses pistes de loin. Tous noteront certains éléments improbables et, surtout, pas nécessaires (le médium, quelqu'un?!). Enfin, plus le récit est fort (et celui-ci est des plus solides), plus il est difficile de trouver une conclusion à la hauteur. Celle de Broadchurch est loin d'être mauvaise. Mais...

* * * *

BROADCHURCH. CRÉÉE PAR CHRIS CHIBNALL. AVEC DAVID TENNANT, OLIVIA COLMAN, JODIE WHITTAKER, ANDREW BUCHAN, ADAM WILSON.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer