2012-10-30 09:16:00.000

Mad Men 5 : plus de bonheur que de regrets * * * 1/2

Partager

Sur le même thème

 

Sonia Sarfati
La Presse

D'accord, la cinquième saison de Mad Men (13 épisodes en anglais avec sous-titres anglais) commence avec une interprétation de Zou Bisou Bisou par Jessica Paré, moment qui semble avoir marqué l'imaginaire de nos voisins américains. Mais quand on n'éprouve que peu d'intérêt pour le personnage de Megan, mal «dessiné» par les auteurs, pas mémorablement interprété par la comédienne montréalaise et dont la relation matrimoniale avec Don Draper occupe beaucoup (trop) d'espace, cette saison n'atteint pas les sommets des précédentes.

Surtout pour nous, francophones, dont les oreilles seront écorchées par l'interprétation que Julia Ormond fait de Marie, la mère de ladite Megan: elle massacre honteusement le français, censé être la langue maternelle du personnage. Un détail? Pas vraiment, dans une série dont la grande qualité repose justement sur le soin apporté aux détails. Pourquoi ne pas s'être tourné une autre fois vers Montréal pour trouver la maman de miss Paré?

Bref, beaucoup de temps passé en compagnie du nouveau couple Draper. L'ex-Mme Draper, Betty, n'est pas pour autant en éclipse totale, puisqu'elle fait quelques apparitions grâce à une January Jones «maquillée» en grosse - un filon peu intéressant.

Autrement, quelques lignes dramatiques semblant fascinantes sont à peine esquissées (celles de Dawn, la première employée afro-américaine de l'agence; et de Michael, premier Juif à faire ses pas chez Sterling Cooper Draper Pryce); d'autres semblent (com)pressées (celle de Lane Pryce, même si elle fonctionne émotivement); et d'autres sont juste trop absentes (on veut plus de Peg, qui prend ici des décisions percutantes; et de Joan... parce qu'on n'a jamais assez de Christina Hendricks).

Ce qui ne veut pas dire que Mad Men soit un cas «perdu». Une fois sa lenteur apprivoisée (chaque début de saison demande en ce sens une acclimatation), la série se suit avec plus de bonheur que de regrets. Le boîtier DVD ou Blu-ray encore plus, puisqu'il comporte plusieurs suppléments, dont certains valent vraiment le détour: The Party of the Century, qui nous entraîne dans les coulisses du légendaire bal en noir et blanc tenu par Truman Capote; et l'amusant Mad Men Say the Darnest Things, qui passe en revue les plus surprenantes répliques des personnages, hors contexte, ce qui permet de les goûter davantage.

_________________________________________________________________________

* * * 1/2

MAD MEN 5. CRÉÉ PAR MATTHEW WEINER. AVEC JON HAMM, ELISABETH MOSS, CHRISTINA HENDRICKS, VINCENT KARTHEISER, JOHN SLATTERY, JARED HARRIS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer