Noah Schnapp et Stranger Things: un rêve d'enfant

L'acteur Noah Schnapp, qui a un solide pied... (Photo Evan Agostini, archives Associated Press)

Agrandir

L'acteur Noah Schnapp, qui a un solide pied à Montréal, aura un rôle plus important dans la suite de Stranger Things, puisque son personnage, Will, est retrouvé à la fin de la première saison.

Photo Evan Agostini, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le saviez-vous? Le jeune Noah Schnapp, qui incarne Will, l'enfant disparu dans «le monde à l'envers» de la série Stranger Things, a un solide pied à Montréal, d'où vient toute sa famille. La Presse a discuté avec lui mercredi, jour où Netflix a officiellement annoncé une deuxième saison pour cette série estivale dont le succès a pris tout le monde de court, même les comédiens.

Noah Schnapp, qui aura 12 ans cet automne, a fait sa première apparition d'importance au cinéma dans Bridge of Spies d'un certain Steven Spielberg. Mais c'est en disparaissant dans le premier épisode de Stranger Things qu'il connaît son premier grand succès.

Car Stranger Things, cette série fantastique créée par les frères Duffer pour Netflix, remplie de références aux années 80, a été la surprise télévisuelle de l'été.

«Je savais que ça allait être une série de qualité, car j'étais impressionné à quel point le scénario était bon quand je l'ai lu, confie le jeune acteur. Mais quand j'ai vu les réactions que les gens avaient en voyant l'émission, j'étais en état de choc.»

«Ça explosait. Des gens de partout à travers le monde regardaient la série sur Netflix, en France, au Brésil... C'était excitant de savoir ça.»

L'histoire de Stranger Things se déroule en 1983 dans l'Indiana, et commence par la disparition mystérieuse de Will Byers (Noah Schnapp), qui sera activement recherché par Joyce, sa mère névrosée (jouée par Winona Ryder), et sa bande de copains amateurs de Donjons et Dragons.

Mais il se passe de drôles de choses dans cette petite ville de Hawkins, où des expériences scientifiques sont menées dans des laboratoires secrets, d'où s'échappe Onze (Millie Bobby Brown), une fillette possédant des pouvoirs surnaturels, tandis que Joyce découvre qu'elle peut communiquer avec son fils, de toute évidence coincé dans un monde parallèle...

La liberté de l'avant-internet

Brillante transposition nostalgique pour les uns, banale exploitation pour les autres, Stranger Things a fait beaucoup jaser pour ses références assumées aux films cultes des années 80 (comme E.T., Alien, Stand by Me ou The Goonies). D'ailleurs, Noah Schnapp nous révèle que les créateurs ont demandé aux jeunes acteurs, de purs «milléniaux», de parfaire leur culture cinématographique dans ce rayon.

Finn Wolfhard et Noah Schnapp dans Stranger Things.... (Photo fournie par Netflix) - image 2.0

Agrandir

Finn Wolfhard et Noah Schnapp dans Stranger Things.

Photo fournie par Netflix

«Les frères Duffer avaient un plan, et tout un tas d'affiches de films, et ils m'ont dit que je devais les voir. Je les ai regardés et je les ai beaucoup aimés parce qu'ils sont vraiment proches de la série. Je pense que The Goonies est mon film préféré parmi ceux-ci.»

On se dit que ça doit être spécial, pour des acteurs de 10 à 12 ans, de vivre pour un temps dans un univers sans ordinateur, téléphone cellulaire ou internet - c'est peut-être de ça qu'on est nostalgique, au fond.

«Je pense que c'est assez incroyable combien les gens sont coincés avec leurs téléphones, plutôt que de prendre leur vélo et d'aller respirer de l'air frais. Ils avaient la liberté.» 

Les ressorts de la peur, eux, sont universels et intemporels. Noah Schnapp aime particulièrement le premier épisode qui présente toute la distribution, et il avoue avoir vraiment eu la frousse lors de la scène de sa disparition.

«Oh oui! Quand je reviens à la maison à vélo et que le monstre arrive, ça m'a terrifié, car c'était la première fois que je le voyais et il a des mouvements effrayants. Ça m'a vraiment fait peur!»

La suite

Après bien des rumeurs et des espérances, Netflix a officiellement annoncé mercredi une deuxième saison pour Stranger Things l'an prochain, qui sera une suite - au grand plaisir des fans, et encore plus des jeunes acteurs.

«J'étais tellement excité quand j'ai appris ça! lance Noah Schnapp, encore fébrile. J'étais comme: "Oui! Ça arrive, finalement! Et je suis prêt!"»

Il aura d'ailleurs un rôle plus important, puisque Will est retrouvé à la fin de la première saison - mais dans un sale état. «J'ai entendu dire que Will allait devenir plus sombre ou quelque chose du genre... Peut-être. J'ai aussi entendu que les frères Duffer ne voulaient pas faire trop de saisons. Il y en aura peut-être trois ou quatre.»

Ce dont il est certain, c'est que Stranger Things aura une grande influence sur sa carrière. «Je reçois des offres», dit-il, ajoutant qu'il sera dans les prochains jours à Montréal, où ses parents sont nés. «Mes grands-parents et tout le reste de ma famille y vivent, alors nous y sommes souvent durant l'année.»

______________________________________________________________________________

La saison 2 de Stranger Things sera offerte sur Netflix en 2017. L'aguiche dévoile déjà les titres des épisodes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer