Séries en rafale: les séries incontournables

Aaron Paul (Jesse Pinkman) et Bryan Cranston (Walter... (PHOTO URSULA COYOTE, FOURNIE PAR AMS)

Agrandir

Aaron Paul (Jesse Pinkman) et Bryan Cranston (Walter White) dans la saison 5 de Breaking Bad.

PHOTO URSULA COYOTE, FOURNIE PAR AMS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Netflix, Tou.tv et Club Illico laissent peu de répit aux amateurs de séries, même les plus motivés. En cette semaine de relâche, le temps est venu de rattraper notre retard collectif. Nos journalistes Hugo Dumas, Marc Cassivi, Nathalie Petrowski, Yves Boisvert, Chantal Guy et Sonia Sarfati ont fait un blitz de (web)télé pour vous offrir ce guide des séries en rafale.

BREAKING BAD

De Vince Gilligan

(2008-2013, 62 épisodes)

C'est quoi?

En apprenant qu'il est atteint d'un cancer, Walter White, professeur de chimie, se tourne vers la contrebande de crystal meth pour laisser un héritage à sa famille.

Pourquoi?

Parce qu'on n'a jamais vu à la télé meilleure illustration de la colère de «l'Américain moyen». D'homme docile et un peu nerd à criminel, la transformation de Walter White est aussi terrifiante que passionnante, et sa double vie, l'essence même du suspense.

Le meilleur?

La relation de Walter avec son ancien étudiant, Jesse, qui devient son partenaire. Le jeu de cache-cache avec son beau-frère policier, Hank. Et l'affrontement terrible avec le super-méchant Gustavo.

En DVD, en format numérique, sur Netflix, Illico, etc. - Chantal Guy

Les Netflix, Tou.tv et Club Illico... (PHOTO FOURNIE PAR ATTRACTION IMAGES) - image 2.0

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR ATTRACTION IMAGES

LA VIE, LA VIE

De Stéphane Bourguignon et Patrice Sauvé

(2001-2002, 39 épisodes) 

C'est quoi?

La vie de Claire, Vincent, Jacques, Simon et Marie, jeunes trentenaires amis, amoureux ou frère et soeur, à Montréal au début du millénaire.

Pourquoi?

Pour les textes savoureux de Stéphane Bourguignon et la réalisation suave de Patrice Sauvé. Et l'impression de me reconnaître - de reconnaître ma réalité - au petit écran.

Le meilleur?

La complicité des acteurs, qui formaient une vraie de vraie tribu.

En DVD - Marc Cassivi

Une scène du premier épisode de la série... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE) - image 3.0

Agrandir

Une scène du premier épisode de la série Six Feet Under.

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

SIX FEET UNDER

D'Alan Ball

(2001-2005, 63 épisodes)

C'est quoi?

Après la mort de leur père, les frères Fisher, Nate et David, prennent les rênes de l'entreprise familiale de pompes funèbres.

Pourquoi?

Un traitement cinématographique nouveau genre pour l'époque, des acteurs merveilleux et subtils, une trame irrésistible et, surtout, une vérité familiale, avec toutes ses parts d'ombre, qui fait de Six Feet Under l'une des séries les plus abouties de l'histoire de la télé américaine.

Le meilleur?

L'entrée en matière de chaque épisode, mettant en scène des personnages qui meurent dans des circonstances toujours plus bizarres. Et la séquence finale, magnifique, sur la chanson Breathe Me de Sia.

En DVD, en format numérique, sur Netflix - Marc Cassivi

Tony Sirico (Paulie «Walnuts» Gualtieri), James Gandolfini (Tony... (PHOTO ANTHONY NESTE, FOURNIE PAR HBO) - image 4.0

Agrandir

Tony Sirico (Paulie «Walnuts» Gualtieri), James Gandolfini (Tony Soprano) et Steven Van Zandt (Silvio Dante) dans la série The Sopranos.

PHOTO ANTHONY NESTE, FOURNIE PAR HBO

THE SOPRANOS

De David Chase

(1999 à 2007, 86 épisodes)

C'est quoi?

L'histoire d'une famille mafieuse peu ordinaire du New Jersey, les Soprano, qui raconte avec autant de véracité les petits problèmes du quotidien que les luttes de pouvoir dans les hautes sphères du crime organisé.

Pourquoi?

C'est un chef-d'oeuvre. Cette télésérie nous fait quasiment entrer dans la tête de Tony Soprano (James Gandolfini), qui tente de calmer son anxiété dans le cabinet de sa psy (Lorraine Bracco).

Le meilleur?

Les intrigues à grand déploiement, la femme de Tony, la très manucurée Carmela Soprano (Eddie Falco), les personnages truculents de petits truands, le côté quétaine des nouveaux riches et le vocabulaire coloré.

En DVD et en format numérique - Hugo Dumas

Les Netflix, Tou.tv et Club Illico laissent peu de... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

TWIN PEAKS

De David Lynch

(1990-1991, 30 épisodes)

C'est quoi? 

Laura Palmer, adolescente populaire de l'école secondaire de Twin Peaks, dans l'État de Washington, est retrouvée nue au bord d'un lac, enveloppée dans du plastique. L'iconoclaste agent Dale Cooper mène l'enquête.

Pourquoi?

Impossible de résister à cet univers tordu, où les choses ne sont pas telles qu'elles le semblent, où chacun a quelque chose à cacher et où le mensonge, surtout éhonté, est érigé en dogme. Une série culte, produit de l'imaginaire débridé et délirant d'un certain David Lynch.

Le meilleur?

L'univers inquiétant et intrigant de David Lynch, et ce personnage de jeune agent du FBI aux méthodes peu conventionnelles et à l'humour particulier, interprété par le superbe Kyle MacLachlan.

En DVD - Marc Cassivi

THE WIRE

De David Simon

(2002 à 2008, 60 épisodes)

C'est quoi?

Une formidable incursion dans les écoles, le port, les médias, les HLM, les syndicats et le corps policier de la ville de Baltimore. Comme une grande enquête journalistique bien fouillée.

Pourquoi?

Pour le réalisme de cette oeuvre immense et complexe. Pour l'aspect quasi documentaire de la vie dans les rues de Baltimore. Pour la finesse du traitement des enjeux autour des classes sociales et de la race.

Le meilleur?

Les performances d'acteur d'Idris Elba dans la peau du criminel éduqué Stringer Bell. Le personnage du revendeur gai Omar Little (Michael K. Williams) est fascinant. En fait, tout est bon.

En DVD et en format numérique - Hugo Dumas

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer