Louis Morissette: halte à la rectitude

Selon l'auteur et humoriste Louis Morissette, la rectitude... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon l'auteur et humoriste Louis Morissette, la rectitude politique ambiante complique le travail des créateurs.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Girard
La Presse

Louis Morissette brasse la cage du merveilleux monde des réseaux sociaux dans un billet intitulé «La victoire des moustiques», publié dans le dernier numéro du magazine Véro. Lors d'un entretien avec La Presse, il revient sur l'importance que certains sujets peuvent prendre aux yeux des patrons.

Qu'est-ce qui t'a amené à écrire sur ce sujet et à décrire le côté castrant des réseaux sociaux?

C'est le sketch du Bye bye sur François Bugingo où on a dû avoir recours à un Noir, en l'occurrence Normand Brathwaite, pour le parodier. Le diffuseur ne voulait pas qu'on prenne un acteur blanc. Je comprenais la position du diffuseur, qui est très différente de la mienne. Je suis un créateur qui veut faire une émission humoristique et qui va toujours défendre la liberté d'expression. Le diffuseur est une société d'État qui doit se justifier constamment. Je les comprenais. On n'a pas débattu longtemps. Dans leur position, j'aurais probablement fait pareil. Mais bon, on a la polémique rapide maintenant. On a le «gate» facile sur les réseaux sociaux. Trois ou quatre personnes se mettent ensemble et tu as un patron qui dit: «Les gens ont été choqués.»

Donc, ce n'est pas autant le message lui-même que l'importance qu'on lui accorde?

Tout à fait! Mais tu ne fais pas d'omelette sans casser des oeufs. Robert de Thetford Mines n'a pas trouvé ça drôle? Ben tant pis, moi, j'ai trouvé ça drôle! Je ne peux pas m'arrêter à tous les Robert et toutes les Francine, sinon on va faire quoi? Ces messages nous parviennent par écrit, on ne comprend pas toujours le ton, les gens font de l'ironie et ils ne la maîtrisent pas toujours. Tu ne connais pas toujours l'état mental de la personne qui t'écrit, son niveau d'intoxication... Et cette personne se retrouve à avoir une oreille attentive de l'ombudsman.

Tu parles des patrons, mais est-ce que ça te touche, toi? Est-ce que ça pourrait te freiner dans ton élan?

Je ne dis pas que je ne fais pas d'erreurs. Évidemment, si plusieurs personnes me font le même commentaire, je vais reconnaître que je me suis peut-être trompé. Mais à d'autres moments, lors d'une prise de position, même si ça chiale, je laisse chialer. Souvent, je sais ce qui va faire chialer. Dans le sketch sur les gens qui allaient voter masqués, je savais très bien que je m'exposais aux critiques. Je me dis à ce moment-là que les gens peuvent venir; ils ont la même liberté que moi. Il faut juste éviter de capoter quand ça arrive. Là, on veut juste pas de chialage. Cette société de «pas de chialage» va complètement à l'encontre de la création.

Le titre de ton billet est «La victoire des moustiques», donc tu reconnais qu'ils ont déjà gagné?

Trop souvent, ils gagnent. C'est le supplice du moustique dans ta chambre à coucher l'été. Il y en a un dans toute la pièce à 3 h du matin. Zing... zing... zing... Il y en a juste un et il te scrape toute ta nuit. Ce n'est pas vrai qu'un moustique va venir fucker ma vie. De la même façon que ce n'est pas vrai que je vais m'arrêter à une minorité. De toute façon, il y en a qui attendent juste ça, de chialer.

À la lumière de ce que tu viens de me dire, comment envisages-tu les prochaines années?

Je ne vois rien de bon. En même temps, je ne veux pas être négatif ou défaitiste. Je vois mal comment ça va se régler. Il y a une rectitude politique qui est là et, comme tout est cyclique, je me dis que ça va passer et qu'il va y avoir un autre cycle. Je ne suis pas devin, mais ce que je sais, c'est qu'à court terme, sur quatre ou cinq ans, ça va se compliquer. Je le vois avec le Bye bye: ça se complique. Tout le monde a son combat. Et toi, tu dois naviguer là-dedans. Rendu à la fin, on te dit: «C'est une émission qui manquait de mordant!» J'ai envie de répondre: «T'as pas vu celle qu'on voulait faire. Elle, elle était vraiment bonne!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer