L'adaptation de Guerre et paix peu appréciée en Russie

L'un des principaux personnages féminins, la princesse Hélène... (PHOTO BBC)

Agrandir

L'un des principaux personnages féminins, la princesse Hélène Kouraguine, porte à table une robe si serrée qu'on a l'impression que ses seins «vont tomber dans l'assiette», note le site web d'information Fontanka.ru.

PHOTO BBC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Moscou

Des décolletés et du sexe en pagaille, une scène d'inceste inventée... Les Russes ont moyennement goûté l'adaptation de Guerre et paix produite par la BBC et regrettent la grande liberté prise avec l'oeuvre originale de Léon Tolstoï.

Diffusée depuis le 3 janvier par la chaîne publique britannique, cette série télévisée en six épisodes a été acclamée en Grande-Bretagne, où plus de six millions de téléspectateurs ont regardé le premier épisode.

Mais pour le site web d'information Fontanka.ru, l'adaptation de la BBC et ses nombreuses scènes de sexe n'est rien d'autre qu'un «classique littéraire avec des décolletés».

L'un des principaux personnages féminins, la princesse Hélène Kouraguine, porte à table une robe si serrée qu'on a l'impression que ses seins «vont tomber dans l'assiette», note le site basé à Saint-Pétersbourg, où a été en partie tournée la série.

Une scène d'amour passionnée sur la table du dîner ou une autre d'inceste entre Hélène Kouraguine et son frère Anatole, totalement inventée, ont également éveillé l'attention des téléspectateurs de Russie, où la série n'est pas diffusée mais où elle peut être regardée sur internet.

«L'inceste promis arrive dès le premier épisode», note le tabloïd Komsomolskaïa Pravda, précisant toutefois que la BBC «a manifestement décidé de ne pas trop exciter les sentiments des amoureux de la littérature» en «ne montrant pas tout».

L'oeuvre de Tolstoï sera désormais «non seulement accessible, mais aussi très intéressante» pour les étudiants, ironise Fontanka.ru.

L'adaptation britannique se contente de «conversations sur l'amour, du tintement des verres et de gigantesques bals», regrette pour sa part la revue culturelle Afisha, pour qui «le romantisme de Tolstoï a été transformé en une nouvelle de Jane Austen».

Mais l'oeuvre tournée par Andrew Davies, un spécialiste des films pour la télévision, arrive tout de même à trouver grâce aux yeux des critiques russes.

Afisha, qui reconnaît que la série «est destinée à ceux qui n'ont pas lu le livre et n'ont pas l'intention de le faire», salue ainsi une série «fraîche, grandiloquente, belle et intelligente, mais à l'anglaise».

Guerre et paix, dont trois épisodes ont déjà été diffusés en Grande-Bretagne, a été vendue dans une dizaine de pays européens ainsi qu'en Australie, en Israël et aux États-Unis selon la BBC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer