Un premier Daily Show sans Jon Stewart depuis 16 ans

Trevor Noah... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Trevor Noah

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Un jeune humoriste sud-africain peu connu aux États-Unis aura la lourde tâche de succéder lundi à Jon Stewart aux commandes du Daily Show, émission que le comique new-yorkais a rendue incontournable dans le paysage médiatique américain.

Lorsque Jon Stewart a pris en main, en 1999, l'émission de la chaîne câblée Comedy Central, pépinière de talents comiques, The Daily Show brillait surtout par son esprit potache, sans grand recul.

Avant de se retirer, le 7 août dernier, il en a fait un avant-poste de la critique du monde politique et des médias, un «show» au ton inédit dont l'influence est devenue considérable, aux États-Unis et même au-delà.

Signe de ce rayonnement, Jon Stewart a reçu pas moins de sept fois Barack Obama, qui l'a, en outre, invité par deux fois pour un entretien privé à la Maison-Blanche. En seize ans, il a glané 23 Emmy Awards, les récompenses de la télévision américaine.

Pour le remplacer, Comedy Central a fait le pari d'un jeune humoriste de 31 ans, Trevor Noah, que beaucoup d'Américains découvriront à cette occasion.

Une bonne partie de l'équipe de scénaristes et de producteurs qui entouraient son célèbre prédécesseur sera de la partie, gage d'une certaine continuité.

Mais comme l'y a invité Jon Stewart lui-même, ce spécialiste du «stand-up» entend imposer librement sa patte sur l'émission. «Il m'a dit: fais ton émission. Fais-en ta meilleure version», a-t-il expliqué au New York Times, louant la sagesse de son prédécesseur, un «Yoda juif».

Issu d'un couple mixte en Afrique du Sud, né sous l'Apartheid, Trevor Noah prévoit notamment d'ouvrir l'horizon du Daily Show, jusqu'ici très américain même si Jon Stewart était féru de politique étrangère.

«L'émission reflètera mes centres d'intérêt, mais aussi ceux de l'audience», a-t-il poursuivi. «Nous vivons tous aux États-Unis, mais comme l'Amérique l'apprend un peu plus chaque jour, un battement d'aile de papillon sur les marchés chinois a de bonnes chances d'avoir une influence sur les États-Unis».

Le défi est immense pour Trevor Noah, placé dans l'ombre de Jon Stewart mais aussi face à des concurrents de talent qui se livrent déjà une bataille sans merci sur le créneau du talk-show de deuxième partie de soirée.

Jimmy Fallon domine le segment sur NBC, devant Stephen Colbert (CBS) et Jimmy Kimmel (ABC), dont les vidéos, en outre, recueillent régulièrement plusieurs millions de vues sur YouTube.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer