Lip Sync Battle: mal chanter peut rapporter gros

L'émission Lip Sync Battle Live a rassemblé, mardi... (Photo Evan Agostini, Associated Press)

Agrandir

L'émission Lip Sync Battle Live a rassemblé, mardi soir dernier, des milliers de spectateurs dans Central Park, à New York. Ci-dessus, la participante Julianne Hough.

Photo Evan Agostini, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Schaeffner

Collaboration spéciale

La Presse

(NEW YORK) Après Milli Vanilli et Plastic Bertrand, c'est au tour de l'émission de télé américaine Lip Sync Battle d'obtenir un succès monstre en se servant du playback comme arme de séduction massive. La preuve que mal chanter et cabotiner peut rapporter gros.

Lip Sync Battle, dont l'adaptation québécoise sera animée par Joël Legendre et diffusée sur les chaînes de V et MusiquePlus l'automne prochain, est une des grandes surprises de la télé américaine cette année: une émission ridiculement simple et quelque peu décérébrée, mais qui attire les foules avec sa bonne humeur contagieuse. 

Le concept? Deux célébrités s'affrontent en faisant semblant d'interpréter un morceau musical devant un public. Plus elles gesticulent, plus elles sont kitsch, plus le public qui détermine le gagnant est conquis.

Mardi soir dernier, ils étaient plusieurs milliers, à Central Park, à assister au premier enregistrement en plein air de l'émission qui est diffusée chaque semaine sur les ondes de Spike TV (une chaîne du câble traditionnellement forte en testostérone).

«On vient surtout pour voir qui sont les vedettes qui vont participer», confient en choeur Suzan et Catherine, deux soeurs dans la vingtaine.

Au cours des derniers mois, l'émission a notamment reçu des vedettes comme Emily Blunt, Anne Hathaway (qui a interprété une version ébouriffante de Wrecking Ball de Miley Cyrus, boule de démolition et index levé compris), Justin Bieber et Queen Latifah.

«On a lancé l'émission en avril et, grâce à vous, on est en train de devenir un phénomène mondial!», lance l'animateur LL Cool J en guise d'introduction, accompagné de sa coanimatrice Chrissy Teigen. Si l'affirmation peut sembler présomptueuse, force est d'admettre qu'il n'a pas complètement tort.

«On aime ça parce que personne ne se prend au sérieux. Ils font essentiellement ce qu'on fait tous dans notre voiture», dit Eta, fan new-yorkaise de 25 ans venue avec un groupe d'amies.

Le concept est justement né dans la voiture de John Krasinski (The Office) qui roulait en compagnie de Stephen Merchant (coauteur de The Office). L'idée de réaliser une performance en playback a été testée dans le talk-show de Jimmy Fallon et a été immédiatement un hit, particulièrement sur les réseaux sociaux.

Pied de nez à toutes ces émissions de télé mettant en valeur des voix parfaites - du X Factor à La voix -, Lip Sync Battle a obtenu les meilleures cotes d'écoute de Spike pour une première avec plus de 2 millions de téléspectateurs. NBC, qui a levé le nez sur le concept, s'en mordrait d'ailleurs les doigts.

De retour à Central Park, plus que les deux participants principaux (Julianne Hough et Derek Hough, de Dancing With the Stars), ce sont Ilana Glazer et Abbi Jacobson qui ont «volé le show». Les deux jeunes actrices new-yorkaises, qui jouent dans la délirante série Broad City et en signent les textes, ont électrisé la foule.

Abbi Jacobson a proposé une version très dramatique de la chanson And I Am Telling You I'm Not Going, tirée de Dreamgirls, tandis qu'Ilana Glazer a interprété It's Raining Men en compagnie de quatre danseurs façon Chippendales. Elles ne concourent pas pour le prix du public, mais elles auraient assurément gagné, si l'on en croit la réaction de la foule.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer