Émilie Bierre: pour le plaisir du jeu

Elle avait 4 ou 5 ans lorsqu'elle a... (PHOTO: DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Elle avait 4 ou 5 ans lorsqu'elle a annoncé à ses parents qu'elle voulait incarner des personnages au petit écran: «Je me rappelle, au début, je pensais qu'il y avait une clé pour ouvrir la télé et je me demandais où elle était», dit-elle en riant.

PHOTO: DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La comédienne Émilie Bierre possède déjà un curriculum vitae enviable, avec notamment le rôle de la fille de Martin Matte et de Julie Le Breton dans Les beaux malaises et celui de Laurie dans Mémoires vives. Du haut de ses 10 ans, elle rêve d'enchaîner les rôles au petit et au grand écran, en français comme en anglais.

«Le jeu est une passion pour moi. Ce n'est pas un travail. Les jours où j'ai des tournages, je me lève le matin et je me dis «Yes!»», dit Émilie.

Elle avait 4 ou 5 ans lorsqu'elle a annoncé à ses parents qu'elle voulait incarner des personnages au petit écran: «Je me rappelle, au début, je pensais qu'il y avait une clé pour ouvrir la télé et je me demandais où elle était», dit-elle en riant.

Quelques mois après avoir trouvé un agent, elle décroche son premier contrat cinématographique dans le film La voix de l'ombre, d'Annie Molin Vasseur. Elle enchaîne ensuite plusieurs rôles, notamment dans le long métrage Catimini, de Nathalie St-Pierre, et à la télévision dans Les étoiles de Fred, Mémoires vives et Les beaux malaises.

«Sur le plateau de tournage de Catimini - je devais avoir 6 ou 7 ans -, je me suis vraiment dit que c'était ça que je voulais faire dans la vie», se rappelle-t-elle.

Toutefois, c'est vraiment avec Mémoires vives et Les beaux malaises que la belle blonde aux yeux bleus, qui travaille aussi comme mannequin, se fait découvrir par un large public.

«Il arrive maintenant que les gens me reconnaissent dans la rue. Mais je reste discrète sur mes rôles. Je n'irais pas me vanter de ce que je fais à l'école.»

Intimidation

Cette année, Émilie a d'ailleurs fait preuve de courage en dénonçant les enfants qui l'intimidaient à son école primaire: «Je pense que c'était de la jalousie par rapport à ce que je faisais. C'était vraiment désagréable.»

Elle poursuit: «J'ai changé d'école et ça va vraiment bien. Je suis persuadée qu'il ne se passera plus rien. J'ai de bonnes amies, maintenant.»

À la suite de cette douloureuse expérience, Émilie Bierre a eu envie de lutter contre l'intimidation et la discrimination en milieu scolaire. Elle a donc pris contact avec le comédien et animateur Jasmin Roy, qui a fait de la lutte contre l'intimidation son cheval de bataille et qui l'a nommée porte-parole de la fondation qui porte son nom.

Dès janvier, les téléspectateurs retrouveront Émilie dans Les beaux malaises: «Je suis encore plus présente dans cette saison. Sur le plateau, nous avons une belle complicité. Martin est très drôle. Et je m'entends super bien avec Julie et mon frère Charles [William Ross, NDLR].»

L'actrice de 10 ans espère également tourner un film cette année: «Plus vieille, j'aimerais jouer ici, mais aussi aux États-Unis. J'apprends l'anglais pour y arriver.»

JUSQU'AU 5 JANVIER, L'ÉQUIPE DES ARTS VOUS PRÉSENTE 10 NOUVEAUX VENUS QUI ONT BRILLÉ EN 2014 ET QUI DEVRAIENT BRILLER ENCORE DAVANTAGE EN 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer