• Accueil > 
  • Arts > 
  • Télévision 
  • > Les artistes de l'année: François Létourneau et Jean-François Rivard, les originaux 

Les artistes de l'année: François Létourneau et Jean-François Rivard, les originaux

François Létourneau et Jean-François Rivard... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

François Létourneau et Jean-François Rivard

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En créant leur étonnante Série noire, François Létourneau et Jean-François Rivard ont aussi créé un solide bassin de fans qui ont réclamé une suite aux aventures de deux scénaristes maladroits, en plus de récolter 11 prix au dernier Gala des Gémeaux.

Nous voulions les surnommer «les audacieux», mais les deux créateurs n'aimaient pas ce qualificatif, estimant qu'il devait revenir à leur diffuseur, Radio-Canada. «L'audace ne vient pas de nous, qui avons fait la série comme nous le voulions, mais à notre diffuseur, pour nous avoir fait confiance et pour avoir renouvelé sa confiance», dit François Létourneau, coauteur, et qui tient l'un des deux rôles principaux.

«Nous n'avions pas de prétentions, ajoute Jean-François Rivard, coauteur et réalisateur. Nous avions notre histoire à raconter, dans un style qui nous est cher et François a raison, c'est Radio-Canada qui doit être félicitée. Avec toutes les coupes en ce moment, nous tombons à 10 épisodes pour la deuxième saison, ce qui veut dire que les compressions à Radio-Canada affectent aussi la création. Nous sommes vraiment très chanceux de revenir, dans les circonstances.»

La pression de l'audimat

Et cette deuxième saison, ils la doivent beaucoup au fan-club particulièrement intense de Série noire. Si les fervents de la série ne sont pas aussi nombreux que le veut la dictature des cotes d'écoute, ils forment un noyau dur enthousiaste.

«La deuxième saison, c'est pour eux qu'on la fait. J'aime autant avoir un public intense qu'un public indifférent. On entend souvent que Série noire, comme Les invincibles, a ramené beaucoup de gens à la série québécoise, et ça, c'est un super beau compliment», laisse savoir Jean-François Rivard.

Les coauteurs ont tout de même trouvé qu'il y a eu un acharnement médiatique concernant l'audimat de la série.

«Moi, j'ai eu peur que la série passe dans le beurre à cause de ça, avoue Létourneau. Malgré un début difficile qui nous a mis dans un état de panique - nous avons vécu à peu près la même chose que nos protagonistes! - on s'est aperçu que la série avait trouvé son public, peut-être d'une façon non traditionnelle, mais ça a super bien marché; on s'en fait parler tous les jours.»

Série culte

En voulant se renouveler après le succès des Invincibles, les deux auteurs ont créé une série télévisée unique, remplie de références à la culture pop, qui rend hommage au film noir et à l'hiver québécois, qu'on ne voit pas assez dans notre petit écran, en proposant la narration inusitée (et hilarante) de Bernard Derome, ainsi que des personnages hauts en couleur (pensons à Marc Arcand) et des expressions inoubliables (comment oublier «crosse-tète»?), le tout ficelé dans une histoire policière incroyable prouvant que la réalité dépasse la fiction. Bref, Série noire a tout de la série culte.

La deuxième saison des aventures de Denis et Patrick, nos scénaristes superstars, sera présentée l'automne prochain, car le tournage commencera en février. «C'est une suite immédiate; nous allons encore plus loin et ils seront encore plus mal pris», promet Létourneau. D'ici là, ceux qui ne savent pas ce qu'ils ratent devraient en profiter pour regarder la première saison en rafale...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer