Nabilla soupçonnée d'avoir poignardé son conjoint

Nabilla... (Photo: archives AFP)

Agrandir

Nabilla

Photo: archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nathalie Alonso, Pauline Talagrand
Agence France-Presse
Paris

Grandeur et décadence de la téléréalité? Ex-star du genre en France, la jeune Franco-Suisse Nabilla Benattia est soupçonnée d'avoir poignardé son compagnon, une information qui déchaîne sur les réseaux sociaux l'émoi de ses fans et l'ironie de ses pourfendeurs.

Héroïne de l'émission Les anges de la téléréalité, la pulpeuse bimbo âgée de 22 ans a été placée en garde à vue dans la nuit de jeudi à vendredi près de Paris dans le cadre d'une enquête pour «tentative d'homicide volontaire».

Son compagnon, Thomas Vergara, touché au thorax dans la région du poumon, était soigné dans un grand hôpital parisien. Son pronostic vital n'était pas engagé mais «son état est jugé sérieux», a indiqué une source policière à l'AFP.

Les circonstances du drame restent à éclaircir mais la version des faits présentés par Nabilla, «très confuse dans ses déclarations» selon des sources concordantes, n'a pas résisté aux premières investigations sur le terrain, d'après les autorités judiciaires.

C'est la jeune femme qui a donné l'alerte en appelant vers 2h30 les pompiers dans une chambre d'une résidence hôtelière de Boulogne-Billancourt, à la périphérie de la capitale, a expliqué le parquet de Nanterre, chargé de l'affaire.

Elle évoque alors dans ses premières déclarations une altercation à l'extérieur de l'immeuble, affirme «que le couple rentrait de soirée à bord d'un taxi», que son compagnon «ne se rend pas compte dans un premier temps de (sa) blessure» et n'en réalise la gravité qu'une fois arrivé dans la chambre, selon la même source.

D'après ses dires, «le couple aurait été agressé par trois individus et son compagnon aurait été blessé en s'interposant», précise une autre source policière. Mais sa version est rapidement balayée par les enquêteurs. «Les policiers, après vérification, ne confirment pas ses déclarations», résume le parquet.

«Il n'y a pas de trace de sang à l'extérieur de l'immeuble et la vidéosurveillance dans l'hôtel montre que les horaires et comportements décrits par Nabilla ne correspondent pas à ce qu'elle dit», explique-t-il.

Selon une source policière, les images attestent que le couple est arrivé «séparément à l'hôtel» et que «Thomas Vergara, lorsqu'il a passé la porte, semblait tout à fait bien».

«On a tout lieu d'imaginer une dispute entre eux qui a mal tourné», affirme une source proche de l'enquête, encline à penser que l'agression s'est probablement déroulée «dans la chambre» où des traces de sang ont été découvertes.

L'archétype de la vacuité

Victime d'un malaise peu après son placement en garde à vue en milieu de nuit, Nabilla Benattia a été hospitalisée et n'avait pu être auditionnée plus avant vendredi matin.

Les premiers tests toxicologiques n'ont pas relevé chez elle de traces d'alcoolémie. Pour la drogue, «c'est en cours», a indiqué le parquet de Nanterre.

Nabilla avait rencontré Thomas Vergara dans le cadre de l'émission de téléréalité qui l'a popularisée.

Considérée par ses critiques comme l'archétype de la vacuité, elle a accédé à la célébrité grâce à son expression culte Non mais allo, quoi!, prononcée la voix traînante et le ton un tantinet vulgaire, plébiscitée par les internautes et détournée par des publicitaires.

Mannequin à ses heures pour Jean-Paul Gaultier, la jeune femme aux origines italo-algériennes avait annnoncé en juin son arrêt de la téléréalité et se produit depuis comme chroniqueuse de talk-show.

Pro ou anti-Nabilla, ses déboires enflammaient Twitter vendredi, entre consternation des fans - «Nabilla ne peut pas faire ça, il s'est sûrement passé un truc, j'en suis sûr» - et ironie mordante de ses détracteurs, prompts à dresser des parallèles osés avec le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, en prison depuis octobre pour avoir abattu sa petite amie l'an dernier: «Nabilla a vu que Pistorius avait eu droit à une retransmission en direct de son procès à la télé, elle s'est dit «Pourquoi pas moi?!»».

Nombreux étaient aussi les critiques de l'engouement des médias pour l'affaire, qui faisaient la une des chaînes d'information en continu, écrasant la prestation télévisée du très impopulaire président François Hollande la veille pour sa mi-mandat: «Tout le monde peut battre François Hollande, même Nabilla» ou encore «S'endormir avec François Hollande, se réveiller avec Nabila»...

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer