Hommage à Bleu nuit: 1986, année érotique

La comédienne Sylvia Kristel, qui personnifiait Emmanuelle.... (Photo: archives La Presse)

Agrandir

La comédienne Sylvia Kristel, qui personnifiait Emmanuelle.

Photo: archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sous la direction d'Éric Falardeau et de Simon Laperrière, le collectif Bleu nuit - histoire d'une cinéphilie nocturne est un hommage enthousiaste et nostalgique à l'une des émissions phares de feu TQS, qui a procuré de délicieux frissons à toute une génération, à coups de films érotiques cotés 6 ou 7 dans le guide télé.

Chaque recul de la censure rappelle des émois à ceux qui l'ont vécue. Ainsi, la génération qui a ri de ses parents parce qu'ils n'avaient que les publicités de sous-vêtements du catalogue Sears pour s'émoustiller pourra faire rire d'elle par celle qui a aujourd'hui accès au catalogue universel des fantasmes et perversions par un simple clic sur l'internet.

Difficile à croire pour les jeunes qui sont nés au début des années 2000 et qui fréquentent des sites comme Youporn en cette période de puberté, mais il n'y a pas si longtemps, regarder des «films de fesses» était une quête semée d'embûches.

Jusqu'à l'arrivée de Bleu nuit, en 1986, année de la création de Télévision Quatre Saisons. D'un coup, l'érotisme est entré dans les foyers, pour un rendez-vous régulier, tous les samedis soir, pendant 20 ans, prenant de rares pauses lors de la diffusion spéciale du Téléthon des étoiles...

«Mythologie locale», «phénomène culturel clandestin», «imaginaire commun»: Alexandre Fontaine Rousseau n'y va pas de main morte pour décrire l'impact de Bleu nuit à la télévision québécoise, dans la préface du collectif Bleu nuit - histoire d'une cinéphilie nocturne. C'est qu'on apprend, en lisant ce livre qui va bien au-delà de la simple nostalgie, que nous n'étions pas seuls à découvrir, non sans grands bouleversements, la sexualité par le biais de cette émission.

Softcore porn

Bleu nuit présentait ce qu'on appelle aujourd'hui du softcore porn (et que les gars de Rock et Belles Oreilles avaient rebaptisé «érotico-mocheton»), des films érotiques qui n'étaient pas véritablement pornos, la plupart cotés 6 ou 7 dans le guide télé, et dont l'unique qualité pour des ados en plein bouleversement hormonal consistait à montrer de la peau et des actes sexuels à l'intérieur de scénarios bancals et souvent ridicules.

C'est ainsi que le magnétoscope est devenu le meilleur ami des plus mordus, qui pouvaient aller droit au but avec le piton fast-foward... Il faut dire qu'avec des titres étonnants comme Les petites culottes de la Révolution ou On se calme et on boit frais à Saint-Tropez, le pire et le meilleur forniquaient joyeusement.

N'empêche, avant l'internet, à une époque où les films «cochons» étaient dissimulés dans une section spéciale du vidéoclub interdite aux moins de 18 ans, Bleu nuit «faisait la job», comme on dit. Même si cela obligeait à bien des contorsions pour éviter d'être pincés sur le fait par les parents. Tout le monde a vu au moins un film coquin à Bleu nuit, et l'auteure de ces lignes se souvient encore du choc, à 13 ans, de Gwendoline, film «d'aventures» réalisé par Just Jaeckin (vu tout à fait par hasard, on le jure).

Il ne faudrait pas oublier qu'en 1986, la crise du sida atteignait son point culminant et, dans les cours de FPS (Formation personnelle et sociale), on parlait aux ados naturellement obsédés de maladies vénériennes et de condom, jamais d'érotisme.

Une menace qui s'évaporait tous les samedis soir face à Bleu nuit, là où les gens baisaient avec bonheur, sans capote, et parfois même sans enlever leur pantalon...

Éric Falardeau et Simon Laperrière ont réuni dans ce livre des fans des deux sexes, décomplexés et érudits - de véritables geeks, souvent - pour radiographier sérieusement le phénomène. Les témoignages, aussi touchants que drôles, se recoupent. On trouve un guide respectueux de ces films méprisés, des entrevues avec Guy et Claude Fournier, Louise Cousineau, Brigitte Lahaie, ainsi que la programmation complète de Bleu nuit entre 1986 et 2007. Les auteurs sont même allés jusqu'à recréer une vieille grille télé pour la table des matières.

_______________________________________________________________________________

Bleu nuit - histoire d'une cinéphilie nocturne, appartient à la catégorie des livres qu'on n'espérait pas, mais qui, une fois entre les mains du lecteur, procurent énormément de plaisir, à la hauteur de son sujet.

Sylvia Kristel et Umberto Orsini dans Emmanuelle.... (Photo: fournie par la production) - image 3.0

Agrandir

Sylvia Kristel et Umberto Orsini dans Emmanuelle.

Photo: fournie par la production

Emmanuelle, série-culte

«Seulement deux films sont véritablement passés à l'histoire après leur passage à Bleu nuit. Le premier, Emmanuelle (Just Jaeckin, 1974), doit sa notoriété à la beauté renversante de son héroïne, mais également - peut-être même surtout - à sa surexploitation sur les ondes.» - Simon Laperrière«Grâce à la télé, j'avais un petit aperçu de ces films olé olé. Ainsi, chaque fois que la bande-annonce d'Emmanuelle passait à la télévision, c'était immanquable, je m'exclamais: "Wow, elle est belle, Sylvia Kristel! J'aimerais tellement avoir une chaise en osier comme la sienne! Je peux en avoir une?" "Si tu savais ce qu'elle fait dans sa chaise en osier, tu ne voudrais pas t'y asseoir!" avait répondu un jour ma mère, les yeux au ciel. "Ah bon? Elle fait quoi?" "Des cochonneries!"» - Manon Dumais, «La chaise en osier, ou souvenir d'une cinéphile coquine»

«Le quatorze mars mille neuf cent quatre-vingt-sept, j'avais onze ans pis Emmanuelle l'antivierge m'a déviergé. À partir de ce samedi soir inoubliable, j'ai jamais manqué une seule présentation de Bleu nuit. J'ai d'abord utilisé toutes les astuces possibles pour dormir dans la cave, souillant mes bas sales quand j'oubliais de m'équiper en kleenex. Puis, adolescent, j'ai hérité de la vieille TV pour ma chambre. Je refusais alors les invitations aux partys, c'était trop compliqué de flirter avec les filles, j'allais jamais pogner les boules à Julie Morin, mais j'allais facilement asperger celles d'Emmanuelle et de ses copines.» - Edouard H. Bond, «Le dernier des branleurs»

Bleu nuit son histoire

> 1986

7 septembre : Mise en ondes de Télévision Quatre Saisons, à 17 h 25.

13 septembre, 23 h 40 : Le premier film diffusé à Bleu nuit est Beau-père (Bertrand Blier, 1981).

> 1987

14 mars, 23 h 30 : Première diffusion d'un film de la série Emmanuelle, Emmanuelle l'antivierge (Francis Giacobetti, 1974), une saga érotique qui sera pour toujours associée à Bleu nuit.

14 novembre, 23 h 30 : Diffusion de l'un des deux seuls films québécois de l'histoire de l'émission, la sulfureuse comédie Deux femmes en or (Claude Fournier, 1970).

> 2007

2 juin, 23 h : Le dernier film diffusé à Bleu nuit est Emmanuelle: un monde de désir (Kevin Albert, 1994).

___________________________________________________________________________

Source: Bleu nuit histoire d'une cinéphilie nocturne

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Marc Cassivi | Ville Lumière, Grande Noirceur

    Marc Cassivi

    Ville Lumière, Grande Noirceur

    Ils sont fous, ces Français! comme dirait Obélix. Pendant que certains s'excitent le poil des jambes à l'idée saugrenue de l'égalité de tous devant... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer