Exclusif

Gilles Duceppe devra-t-il renoncer au Club des ex?

Gilles Duceppe... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Gilles Duceppe

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA, MONTRÉAL) La participation de Gilles Duceppe au Club des ex pourrait être compromise car, selon une loi fédérale, son salaire à Radio-Canada doit être déduit de sa pension de député.

Le diffuseur public a annoncé vendredi que l'ancien chef du Bloc québécois et l'ex-

députée libérale provinciale Yolande James succéderaient à Jean-Pierre Charbonneau et Christos Sirros à l'automne. Ce n'est qu'après l'annonce que Radio-Canada a été mis au courant de la situation particulière de M. Duceppe, qui était passée sous le radar de son service du contentieux.

La Loi sur les allocations de retraite des parlementaires prévoit que les anciens élus fédéraux qui touchent une pension doivent informer le gouvernement lorsqu'ils commencent à occuper un emploi fédéral. Si leur rémunération dépasse 5000 $, chaque dollar qu'ils touchent est déduit de leur pension.

Puisque Radio-Canada est une société d'État, la loi pourrait s'appliquer à M. Ducceppe, a reconnu le directeur aux relations publiques et promotion télévision, Marc Pichette.

« M. Duceppe fait présentement des vérifications et la direction de RDI lui laisse tout le temps nécessaire pour le faire », a indiqué M. Pichette, qui plaide que l'institution avait parfaitement le droit de l'embaucher.

L'ex-leader bloquiste ne deviendra analyste à l'émission quotidienne qu'en septembre, ce qui lui laisse plusieurs semaines pour étudier ses options.

Selon nos informations, un membre du Club des ex gagne au minimum 75 000 $ par année, pour 90 minutes d'antenne, quatre jours par semaine. C'est bien au-delà des 5000 $ autorisés par la loi.

M. Duceppe a représenté Laurier-Sainte-Marie à la Chambre des communes pendant 21 ans et il a été chef du Bloc québécois. En vertu de ses longs états de service, il a droit à une pension de 140 000 $ du gouvernement fédéral.

Joint hier, l'ancien leader du Bloc a préféré ne pas commenter la situation.

Différents cas de figure, selon les ex

Le cas de M. Duceppe s'applique-t-il à l'ancien conservateur Benoît Bouchard, qui a participé régulièrement au Club des ex ? Non, a répondu l'ancien ministre conservateur. Car contrairement aux autres « ex », il participait à l'émission sur une base ponctuelle. Il n'avait aucun lien d'emploi formel avec Radio-Canada.

« Je n'étais pas un employé de la société d'État parce que je n'avais pas un contrat à temps plein avec eux », a indiqué M. Bouchard, lorsqu'on l'a joint, hier.

Radio-Canada affirme pour sa part que la question avait déjà été soulevée à l'interne concernant M. Bouchard, mais cela ne l'a pas empêché de participer au Club des ex.

Qu'en est-il de Liza Frulla, qui multiplie les collaborations à la télé depuis plusieurs années ? L'ancienne députée libérale n'a pas siégé assez longtemps à Ottawa pour bénéficier d'une pension, de sorte qu'elle peut travailler où elle veut et à n'importe quel salaire.

Il faut avoir passé six ans, sur deux élections, pour bénéficier de cette pension. Mme Frulla y a passé quatre ans et demi.

Dans le cas de Jean Lapierre, il a bien oeuvré au micro de CBC momentanément, avant de passer rapidement au privé.

Quant aux Jean-Pierre Charbonneau, Christos Sirros et Yolande James, ils ne sont pas soumis aux mêmes règles, puisqu'ils ont été élus au provincial, qui n'a pas ces exigences.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer