Frédéric Pierre: donner une chance à la différence

Frédéric Pierre a obtenu son premier rôle à l'âge de 12 ans dans la série pour... (Photo: Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Photo: Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Frédéric Pierre a obtenu son premier rôle à l'âge de 12 ans dans la série pour jeunes ZAP. Il était déjà un abonné régulier au théâtre de Jean Duceppe et cette première expérience télé n'a fait que confirmer son intérêt grandissant pour le métier.

Depuis, l'acteur de 36 ans, né d'une mère québécoise et d'un père haïtien, n'a pas souvent chômé. Dès qu'un jeune «Black» était requis pour une série télé, c'est Fred que les producteurs appelaient. Enfin, c'était comme ça au début dans ZAP, mais aussi pendant quatre ans dans Virginie, où il incarnait le jeune ethnique de service.

À l'époque, la télé commençait à peine à s'ouvrir à la diversité culturelle. Normand Brathwaite avait ouvert la voie. Didier Lucien, Widemir Normil et Frédéric Pierre s'y sont engouffrés.

«J'ai été chanceux. Je suis arrivé au bon moment et les rôles se sont enchaînés sans que je rencontre de gros obstacles», lance celui qui a accepté d'être le porte-parole des Auditions de la diversité, des auditions nées justement des obstacles que rencontrent trop souvent les acteurs issus de l'immigration.

Ces auditions, les premières du genre, mais certainement pas les dernières, avaient lieu hier au Théâtre de Quat'Sous. Elles ont été organisées à la demande de Radio-Canada par DAM (Diversité artistique Montréal) et par le Quat'Sous, afin de mieux intégrer les acteurs des communautés culturelles aux productions locales.

Les inscriptions étaient ouvertes à tous les immigrants formés en arts dramatiques ailleurs qu'au Québec, n'appartenant à aucun réseau et incapables de se trouver du travail.

En tout, 45 aspirants comédiens ont fait une demande de formulaire. Vingt-sept l'ont remplie et renvoyée. Une douzaine de semi-finalistes ont passé une pré-audition pour déterminer les sept finalistes qui se sont présentés en audition devant producteurs, réalisateurs, agents et diffuseurs du milieu de la télé et du cinéma.

Parmi les sept finalistes, on compte deux comédiennes blanches et françaises, dont une de plus de 50 ans.

«Les comédiens français rencontrent exactement les mêmes problèmes que les comédiens de couleurs à cause de leur accent, explique Frédéric Pierre. Mais pourquoi faudrait-il qu'un Français masque son accent aujourd'hui, en 2014, à Montréal? Il y a plein de Français parmi nous. Pourquoi ne sont-ils pas représentés dans des personnages à la télé?»

Frédéric Pierre a eu de la chance, il est le premier à le reconnaître. Mais il a vu sa soeur, Véronique Pierre, qui rêvait d'être comédienne, se heurter à un nombre décourageant de portes closes au point de finalement changer de métier. Frédéric n'a pas connu une telle traversée du désert, mais il a vécu quelques déceptions. Un jour, il a même pris la plume pour semoncer poliment, mais vertement, l'équipe de la série Le 7e round. La série, écrite par Michelle Allen et réalisée par Sylvain Archambault, se déroulait dans le milieu de la boxe.

Or, le seul Black de la série était un dealer de drogue. C'est lui que je devais jouer. Je trouvais cela tellement aberrant et pas réaliste que je leur ai écrit une lettre leur expliquant pourquoi je ne passerais pas l'audition pour le rôle. J'étais prêt à en payer le prix, mais ils ont été vraiment cools et corrects. D'abord, l'absence de Blacks n'était pas volontaire, mais accidentelle. Ils s'en sont excusés et ont décidé sur-le-champ de transformer le rôle du champion mondial roumain en champion mondial black. C'est ainsi que j'ai hérité du rôle de Joël Janvier.»

Frédéric Pierre trouve que la situation a beaucoup évolué depuis. Il affirme que les producteurs et diffuseurs ont élargi leur palette, ne se cantonnant plus aux comédiens noirs, mais s'ouvrant aux acteurs des communautés asiatiques et arabes à la fois par souci d'ouverture, mais aussi à cause des pressions du CRTC.

«Si on veut mettre de la couleur dans nos séries et représenter la réalité montréalaise d'aujourd'hui, on n'a pas le choix. Il faut absolument intégrer les communautés culturelles dans nos productions.»

Lorsque je lui fais remarquer que la plainte la plus répandue chez les producteurs, c'est que les acteurs issus de l'immigration n'ont pas de métier et ne savent pas jouer, il a une réponse toute prête: «Il faut se demander si le jugement qu'on pose sur leur jeu est un jugement objectif ou un préjugé culturel. Moi, je crois que c'est la plupart du temps un préjugé. C'est clair qu'un Congolais va jouer différemment qu'un acteur québécois formé au Québec. Mais on a un devoir d'acceptation de son jeu, surtout si on lui demande de jouer sa propre ethnie, pas Othello de Shakespeare.»

Préjugés dans les écoles

Le comédien croit que les écoles de théâtre ne sont pas à l'abri de ces préjugés culturels et les entretiennent jusqu'à un certain point. «Si tu te présentes à une audition de l'École nationale ou du Conservatoire et que tu es complètement ancré dans ta culture, qu'elle soit haïtienne, italienne ou française, ça se peut fort bien que tu ne sois pas accepté. En même temps, il y a des talents naturels partout et dans toutes les cultures. En général, ils n'ont pas de problèmes à s'imposer.»

Pourtant, un rapide survol des finissants en jeu des trois dernières années à l'École nationale de théâtre comme au Conservatoire d'art dramatique confirme la suprématie des Blancs de souche. Pour la couleur, il faut aller chez les finissants anglos de l'ENT.

Frédéric Pierre n'est pas surpris. Il dit qu'à ce chapitre, les anglophones ont une longueur d'avance sur les Québécois francophones. «Souvent quand tu te ramasses dans une audition pour une production anglaise, c'est indiqué «any ethnicity» - n'importe quelle ethnicité. Ici, ce n'est pas le cas, sauf pour certains réalisateurs comme Louis Choquette à qui je dois ma carrière. Pour des séries comme Jack Carter ou Le gentleman, il a insisté pour me voir en audition même si, au départ, le personnage n'était pas noir.»

Frédéric Pierre rêve du jour où ce ne sera plus nécessaire de tenir les Auditions de la diversité, où les différences entre les races, les couleurs, les accents auront disparu et où le talent d'un acteur sera le seul critère. En attendant, il a un siège réservé au Quat'Sous et un rôle de modèle à jouer auprès d'un nouveau groupe d'acteurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Marc Cassivi | La couleur de la télé

    Marc Cassivi

    La couleur de la télé

    Dans la comédie involontaire de l'hiver, Les jeunes loups de TVA, on soupçonne un crime d'honneur dans une famille musulmane, les jeunes Haïtiens... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer