Un nouveau rôle pour Isabelle Racicot

Isabelle Racicot... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Isabelle Racicot

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

L'animatrice Isabelle Racicot va être la porte-parole pour le Québec de la Course à la vie CIBC, un événement caritatif visant à récolter des fonds pour financer la recherche sur le cancer du sein ainsi que pour appuyer divers programmes de soutien destinés aux personnes affectées par cette maladie.

Elle n'a nullement eu besoin de se faire tordre le bras pour se lancer dans cette aventure.

Elle a puisé dans son expérience personnelle la motivation nécessaire pour accepter ce rôle.

En entrevue avec La Presse canadienne, Mme Racicot a raconté qu'en 1985, à l'aube de l'adolescence, elle a perdu sa mère qui a succombé à un cancer du sein alors qu'elle n'avait même pas encore franchi le cap de la quarantaine.

Au moment du drame, elle n'était âgée que de 12 ans; sa maman, quant à elle, avait à peine 37 ans.

Encore aujourd'hui, Isabelle Racicot se rappelle avoir alors été confrontée à toute une gamme d'émotions.

«J'ai vu ma mère vivre avec le cancer pendant trois ans, avoir des hauts et des bas. C'est sûr que ça m'a affectée. Je vivais diverses émotions qui étaient parfois culpabilisantes», a-t-elle mentionné.

Mme Racicot a ajouté que cet épisode pénible l'a convaincue de l'importance de récolter de l'argent non seulement pour mieux épauler les personnes atteintes d'un cancer du sein et leurs proches, mais également pour continuer d'approfondir les connaissances relatives à cette maladie.

«À l'époque, il n'y avait pas de recherche comme on en a désormais. Ça a tellement évolué que je suis certaine qu'aujourd'hui, ma mère ne mourrait pas de son cancer du sein», a-t-elle souligné.

À son avis, pour que cette maladie fasse moins de ravages, il est certes judicieux de compter sur les avancées de la science, mais il faut aussi miser sur la prévention.

«Depuis l'âge de 40 ans, je fais des mammographies régulièrement. Or, je rencontre encore des femmes qui n'osent pas aller en passer. Elles se soucient pourtant de la santé de leurs enfants, de leur conjoint. Elles se demandent si la maisonnée va bien. Elles sont les dernières personnes desquelles elles s'occupent», a déploré l'animatrice.

Isabelle Racicot a invité ces mères à s'accorder le temps nécessaire pour prendre soin d'elles.

Elle les a également conviées à se joindre à la Course à la vie CIBC en compagnie de leurs proches, tout en soulignant au passage que l'activité se tiendra le 30 septembre prochain à Montréal, Québec, Sherbrooke et Val-d'Or.

Mme Racicot a insisté sur le fait que d'une année à l'autre, l'événement se déroule toujours dans une ambiance bon enfant.

«C'est vraiment très sympathique. C'est festif. C'est entraînant. C'est inspirant aussi», a-t-elle soutenu.

Elle a conclu en indiquant qu'en 2017, la Course à la vie CIBC a permis de récolter 17 millions $ à l'échelle du pays.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer