Préparations du 375e de Montréal: une heure avec...

La fébrilité était palpable, avant-hier et hier, à la veille des célébrations... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

La fébrilité était palpable, avant-hier et hier, à la veille des célébrations de l'anniversaire de la fondation de Montréal. La Presse a rencontré cinq acteurs clés de ces festivités alors qu'ils se préparaient en vue de cette journée chargée.

Guy A. Lepage

Lundi 15 mai, 19 h

Dans un local de la rue Parthenais, les chanteurs défilent au micro devant les musiciens de l'Orchestre Métropolitain: Martha Wainwright, les Dead Obies, Diane Dufresne, Lulu Hughes, qui tricote entre deux chansons... Il y a du talent au centimètre carré dans cette salle où s'entasse une centaine de personnes. Guy A. Lepage, casquette vissée sur la tête, y navigue comme un poisson dans l'eau. Il a un bon mot pour chacun, se joint au choeur le temps d'une chanson. Il fait l'accolade au metteur en scène Serge Denoncourt, avec qui il a pensé ce spectacle. Ils se sont rebaptisés Bon Cop, Bad Cop. Le week-end dernier, l'animateur a répété ses numéros devant le public du Bordel. «C'est mon plus gros show à vie, confie-t-il, mais c'est celui qui me stresse le moins.» Ce sera un moment unique, et il a bien l'intention de profiter de chaque instant. - Nathalie Collard

Francine Lelièvre

Mardi 16 mai, 8 h 30

Directrice générale du musée Pointe-à-Callière 

«Si nous fêtons aujourd'hui, c'est parce qu'ils sont arrivés un 17 mai», dit Francine Lelièvre, fière d'être au coeur du site historique le plus important de Montréal, là où Maisonneuve et Jeanne Mance ont fondé la ville en 1642. En matinée, les préparatifs vont bon train pour l'ouverture officielle du nouveau pavillon consacré au fort de Ville-Marie, dont les traces pourront être vues par les visiteurs grâce à un plancher de verre. Ils découvriront aussi une grande cloche commémorative fabriquée en France pour l'occasion et dont on teste la sonorité. Enfin, on a créé une capsule temporelle contenant les lettres des descendants des fondateurs de Montréal et des nations autochtones qui ont signé la Grande Paix de 1701. Ce pavillon «sera le legs le plus important et durable des festivités du 375e», affirme Mme Lelièvre, qui rêvait de partager le site du fort avec le public depuis 25 ans. - Chantal Guy

Les Géants défileront dans les rues de Montréal... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Les Géants défileront dans les rues de Montréal vendredi, samedi et dimanche.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

L'équipe des Géants

Mardi 16 mai, 13 h 35

Gwenaëlle Raux, productrice pour la troupe Royal de Luxe, et Martin Bolduc, producteur délégué pour le 375MTL

«Il ne reste plus que deux jours avant le premier défilé», dit fébrilement Gwenaëlle Raux, de l'organisation du défilé des Géants. La tenue des trois défilés, qui auront lieu vendredi, samedi et dimanche, nécessite une préparation monstre. Les engins qui servent à faire avancer les Géants sont arrivés par bateau le 10 avril dernier. Quant aux Géants, le mystère entier plane sur le voyage qu'ils ont fait entre Nantes et Montréal... Il y a les Géants, mais il y a aussi les 105 membres de la troupe qui sont là. Pas moins de 76 «lilliputiens» français sont nécessaires pour faire vivre les Géants. Ils sont secondés par une quarantaine de Québécois actuellement en formation. «Il n'y a pas de doute, c'est le plus gros défi de ma carrière», ajoute Martin Bolduc, qui a été producteur au Cirque du Soleil pendant 20 ans. Ne manquez pas notre reportage complet samedi dans La Presse+. - Mario Girard

Gilbert Rozon

Mardi 16 mai, 16 h

Commissaire aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal

Cela fait cinq ans que Gilbert Rozon travaille aux célébrations du 375e anniversaire. L'homme très fatigué que nous rencontrons au quai de l'Horloge ressent un mélange d'émotions: il est très fier des équipes qui ont planché sur les différents projets et a le sentiment du devoir accompli, mais il craint un peu la réception du public. «Pour l'illumination du pont Jacques-Cartier, je ne voulais pas un arbre de Noël. Je voulais une oeuvre d'art. Le résultat est bien au-dessus de mes attentes. Je crois que nous avons une des plus belles installations du monde. Toutes les villes vont vouloir nous copier», explique Gilbert Rozon, qui, pendant l'heure que nous avons passée avec lui, a dû prendre une trentaine d'égoportraits avec des Montréalais et des touristes. «Merci pour tout ça, Gilbert», lui a dit un monsieur d'une soixantaine d'années. - Véronique Lauzon

Daniele Finzi Pasca... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Daniele Finzi Pasca

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Daniele Finzi Pasca

Mardi 16 mai, 20 h 30

Metteur en scène du spectacle Avudo dans le Vieux-Port

«Il me manque un bras et une jambe», avoue Daniele Finzi Pasca juste avant la générale du spectacle Avudo en faisant référence à sa cocréatrice et compagne de vie Julie Hamelin, qui est partie il y a un an pour le pays des nuages. «J'adore Montréal, mais Julie en était folle. Si on la croyait, une chaise, une corde, un bateau... tout avait été inventé par un Montréalais.» Et Avudo porte en bandoulière cet amour, cette poésie, ce rêve qu'ils ont vécu ensemble pendant 30 ans. Le spectacle est prêt depuis deux jours. Daniele Finzi Pasca serre les mains de tous les bénévoles et dans ses bras, longuement, tous les membres de son équipe avec un «ciao!» bien senti. Avudo, c'est Montréal, mais aussi beaucoup Julie, nous diront avec émotion ceux qui côtoient le metteur en scène tous les jours. Ciao, Julie! - Mario Cloutier




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer