Bill Cosby inculpé d'agression sexuelle

Bill Cosby... (Photo fournie par la police de Cheltenham)

Agrandir

Bill Cosby

Photo fournie par la police de Cheltenham

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Thomas URBAIN
Agence France-Presse
NEW YORK

Le célèbre acteur américain Bill Cosby a été présenté à un juge mercredi, inculpé pour la première fois d'agression sexuelle malgré des dizaines d'accusations depuis des mois, qu'il a toujours contestées.

Mâchoire serrée, la démarche hésitante, Bill Cosby est sorti d'un véhicule noir devant de nombreux journalistes avant de s'engouffrer dans un tribunal à Elkins Park, en Pennsylvanie, dans l'est des États-Unis, vers 14 h 30.

L'acteur, âgé de 78 ans, n'est resté qu'un instant à l'intérieur, le temps de déposer 10 % de sa caution fixée par la justice à un million de dollars, a indiqué à l'AFP un fonctionnaire du tribunal. Une nouvelle audience a été fixée au 14 janvier.

Vêtu d'un gilet à capuche, appuyé aux bras de deux accompagnateurs, Bill Cosby a dû laisser son passeport à la justice avant de se rendre au commissariat où des agents ont pris ses empreintes digitales et sa photo, a précisé l'employé du tribunal.

Ayant longtemps incarné le père idéal dans la série The Cosby Show, l'acteur a été inculpé d'«agression sexuelle avec circonstances aggravantes» --une qualification se rapprochant de celle du viol dans d'autres systèmes judiciaires--, par le procureur du comté de Montgomery, en Pennsylvanie.

Ce chef d'accusation peut valoir à l'acteur, en cas de condamnation, jusqu'à dix ans d'emprisonnement.

Les faits concernent une ancienne employée de l'université de Temple en 2004, a dit le procureur adjoint, Kevin Steele, sans donner son identité.

Selon la presse américaine, il s'agirait d'Andrea Constand, ancienne responsable de l'équipe de basket de l'université de Temple de 2001 à 2004. L'avocate de cette dernière, Dolores Troiani, a confirmé à CNN que l'inculpation concernait ce dossier.

L'agression se serait produite au domicile du comédien à Cheltenham, petite ville de la banlieue de Philadelphie, a précisé Kevin Steele.

«Mentor et ami»

Au fil de ses échanges avec l'acteur, la victime présumée en était venue à considérer Bill Cosby comme «un mentor et un ami», a expliqué le procureur adjoint.

Selon les éléments de l'enquête, Bill Cosby lui a fait prendre des pilules qui l'ont immobilisée, avant de l'agresser sexuellement.

C'est la communication à la justice, en juillet 2015, de nouvelles informations concernant ces faits qui est à l'origine de cette inculpation, a indiqué le procureur adjoint.

Il s'agit d'extraits d'un procès-verbal d'audition de Bill Cosby remontant à 2005, dans lequel il reconnaît avoir donné une pilule à Andrea Constand, puis avoir caressé sa poitrine et procédé à des attouchements sexuels.

Dans cette déposition, il affirme néanmoins que la relation était consentie et que la jeune femme n'a jamais manifesté son opposition.

Mentionnant des accusations concernant d'autres faits commis dans la même juridiction, Kevin Steele a demandé à toute personne disposant d'informations de les communiquer à la justice.

L'acteur est accusé par une cinquantaine de femmes de les avoir droguées pour abuser d'elles, des faits qui remontent pour certains aux années 1960 et dont beaucoup sont prescrits.

Dans le cas d'Andrea Constand, la prescription était de 12 ans, a indiqué le procureur adjoint, ce qui signifie que les faits étaient encore susceptibles d'être l'objet de poursuites.

Une autre femme, Donna Barrett, a récemment affirmé avoir subi des attouchements de Bill Cosby en 2004 également, en marge d'un événement sportif.

L'acteur a également été assigné en octobre par Chloe Goins, une jeune femme l'accusant de l'avoir agressée sexuellement en 2008 à la Playboy Mansion, célèbre résidence du créateur du magazine de charme éponyme, Hugh Hefner.

À travers ses spectacles et les sujets sociaux abordés dans The Cosby Show, première série diffusée sur une grande chaîne nationale américaine dont les acteurs principaux étaient tous noirs, Bill Cosby avait acquis le statut de figure morale de la communauté noire.

Une place à part dans le paysage médiatique américain qui lui avait valu l'attribution de nombreux diplômes et titres honorifiques par des établissements scolaires de tout le pays.

Beaucoup lui ont depuis retiré ces titres, comme récemment l'université d'État de Californie (CSU), Drexel à Philadelphie ou Bryant dans le Rhode Island.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer