L'Australie veut interdire Chris Brown de visa

Chris Brown... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Chris Brown

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Sydney

Le gouvernement australien a averti jeudi que le rappeur Chris Brown, qui avait notoirement battu la diva pop Rihanna, pourrait se voir refuser un visa d'entrée au moment où il annonçait une enveloppe financière pour lutter contre les violences conjugales.

Cette initiative contre les violences faites aux femmes constitue la première mesure politique du nouveau gouvernement de Malcolm Turnbull, arrivé au pouvoir la semaine dernière à la faveur d'un putsch au sein du parti conservateur.

Michaelia Cash, nommée dimanche ministre des Femmes, a expliqué que son gouvernement envisageait «très sérieusement» de refuser l'entrée du territoire au rappeur américain, condamné pour avoir agressé en 2009 la chanteuse Rihanna, sa petite amie de l'époque.

Chris Brown doit donner en décembre une série de concerts en Australie mais les défenseurs des droits des femmes militent contre sa venue. Il s'est déjà vu interdire l'accès à des pays comme la Grande-Bretagne et le Canada pour les mêmes motifs.

«Je peux vous assurer que c'est quelque chose que le ministère (de l'Immigration) est en train d'étudier», a-t-elle dit à la presse.

Mme Cash a occupé le fauteuil de ministre adjointe de l'Immigration et a expliqué qu'à ce poste, elle avait refusé pour les mêmes raisons un visa à une star de la boxe «très très très riche».

Elle n'a pas cité de nom mais il s'agirait de l'Américain Floyd Mayweather, condamné à plusieurs reprises pour violences conjugales. «Nous avions dit, «Non, on ne vous fournira pas de visa, vous n'être pas le genre de personne qu'on veut voir venir en Australie»».

Le gouvernement a annoncé une enveloppe de 100 millions de dollars australiens pour lutter contre les violences conjugales alors que les enquêtes montrent qu'un jeune Australien sur quatre considère qu'il est acceptable de gifler sa petite amie après avoir bu.

Cette question est passée sur le devant de la scène depuis qu'un mari séparé de son épouse avait tué leur fils de 11 ans dans un parc public en 2014 avant d'être abattu par la police.

La mère de l'enfant, Rosie Batty, mène campagne depuis contre les violences conjugales et a été nommée Australienne de l'année en janvier.

«Les violences faites aux femmes sont l'une des grandes hontes de l'Australie», a déclaré M. Turnbull, qui a qualifié ces violences conjugales de «désastre national».

Depuis le début de l'année, 63 femmes ont été tuées en Australie par leur conjoint ou d'autres proches.

«Manquer de respect envers les femmes ne conduit pas toujours aux violences conjugales mais toutes les violences conjugales commencent par le manque de respect», ajouté le Premier ministre.

L'enveloppe servira en particulier à financer des moyens concrets de protéger les victimes, comme la mise en place de traqueurs GPS, l'achat de téléphones portables et des caméras de vidéosurveillance à la maison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer