• Accueil > 
  • Arts > 
  • Nouvelles 
  • > Le compte Facebook de Marie-Chantal Toupin: un maudit bordel 

Le compte Facebook de Marie-Chantal Toupin: un maudit bordel

Sur son compte Facebook, Marie-Chantal Toupin se fâche régulièrement... (Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse)

Agrandir

Sur son compte Facebook, Marie-Chantal Toupin se fâche régulièrement contre les gens qui la contredisent et les envoie joliment paître.

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le compte Facebook public de Marie-Chantal Toupin, qu'elle gère elle-même, n'a pas montré son côté le plus reluisant dans les derniers mois.

Ses statuts comptent régulièrement plus de fautes d'orthographe que de mots, sans compter le chapelet de sacres s'y rattachant. La blonde chanteuse s'y exprime toujours en MAJUSCULES, comme si elle nous HURLAIT après. Manifestement, il y a abus de « caps lock » dans son cas. Faudrait lui en glisser un mot.

Mais bon. C'est sa propre page Facebook et la rrrockeuse qui roule ses « r » y dépose bien ce qu'elle désire, quitte à subir les moqueries de plusieurs de ses abonnés. D'ailleurs, l'interprète de Soirée de filles a tout un caractère sur les réseaux sociaux. Impulsive, elle se fâche régulièrement contre les gens qui la contredisent et les envoie joliment paître. Un exemple ? « Vous me faites rire à me dire de la merde. Plus vous me faites parler, plus vous me faites de la pub. Gang de morons. »

Certaines vidéos pas très glorieuses de la chanteuse ont aussi circulé ce printemps, dont une où elle se couvrait la bouche pour étouffer un rot. « Pardon, je viens de digérer mon roteux », a-t-elle expliqué à la caméra. Très classe, tout ça.

Là où Marie-Chantal Toupin a complètement dérapé, c'est en partageant et en commentant sur Facebook des articles à connotation raciste ou islamophobe, qui ont - bien sûr -  été supprimés depuis.

Par exemple, la vedette québécoise a rigolé d'une femme qui avait été étranglée par sa burqa en faisant du karting. Après la fermeture d'une école musulmane en Autriche et l'expulsion d'imams, l'artiste tatouée s'est réjouie : « YES YES ON LÂCHE PAS. »

Ces gros manques de jugement ont rattrapé l'interprète de J'veux que tu saches vendredi après-midi. La boîte de production Pixcom a annoncé que Marie-Chantal Toupin ne coanimera plus l'émission de rénovation Flip de filles avec l'entrepreneure Marie-Jeanne Rivard, que la chaîne Moi&cie du Groupe TVA diffusera cet automne.

Raison de la séparation : « divergences d'opinions importantes ». « Marie-Chantal Toupin a tenu des propos racistes avec lesquels la direction de Pixcom n'est pas d'accord », confirme la porte-parole de la maison de production, Élisabeth Roy.

Ce qui est étrange dans l'affaire Toupin, c'est que les sorties de Marie-Chantal contre l'islam remontent à la fin décembre, soit bien avant le début des tournages de Flip de filles. Rien ne s'efface sur le web, ne l'oublions pas. « Les vieilles affaires, ses vieilles prises de position ont ressorti. Les conséquences pour Marie-Chantal ont été à retardement. Elle a très mal utilisé les réseaux sociaux », constate la relationniste de la chanteuse, Sandra Rossi.

Un seul épisode (sur 13) de Flip de filles avait été terminé, selon Pixcom. Plusieurs séquences devront cependant être refaites pour que Marie-Chantal Toupin, qui était très bonne et naturelle devant la caméra, me rapportent des espions, n'y apparaisse plus. Marie-Jeanne Rivard pilotera dorénavant les projets de réno en solo.

Marie-Chantal Toupin n'a pas fait de commentaire sur cette affaire, vendredi. Selon son attachée de presse, elle sera mieux encadrée dans la gestion de ses interactions sur Facebook. « Elle apprend très vite. Elle n'est pas raciste et ne veut pas faire de vague », rappelle Sandra Rossi.

Il faut préciser que la rockeuse a passé les deux dernières années sans agent, sans imprésario, complètement à l'écart du showbiz. Elle a refait surface, à la mi-avril, sur le plateau d'En mode Salvail où elle a accordé une entrevue franchement décousue. Elle paraissait hyper nerveuse.

À Éric Salvail qui lui a demandé ce qu'elle avait fabriqué pendant ses deux ans loin des projecteurs, Marie-Chantal Toupin, 44 ans, a répondu qu'elle avait regardé « son estie de comptoir ».

L'animateur a ensuite tenté de résumer les paroles un peu confuses de l'artiste, qui lui a rétorqué : « Estie que tu comprends vite. » Oups.

Après le cours obligatoire de gestion de communauté et des réseaux sociaux, il faudrait peut-être ajouter à l'horaire de Marie-Chantal Toupin une classe d'expression orale. Et c'est une clause non négociable, j'en ai bien peur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer