• Accueil > 
  • Arts > 
  • Nouvelles 
  • > Le gestionnaire de plusieurs salles en France interdit le spectacle de Dieudonné 

Le gestionnaire de plusieurs salles en France interdit le spectacle de Dieudonné

«Je me sens Charlie Coulibaly», a écrit Dieudonné sur sa... (Photo d'archives, AP)

Agrandir

«Je me sens Charlie Coulibaly», a écrit Dieudonné sur sa page Facebook.

Photo d'archives, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
PARIS

Marc Ladreit de Lacharrière, dont le fonds d'investissement contrôle Vega, un exploitant de plusieurs Zénith, a annoncé lundi avoir donné instruction à ses équipes de «ne pas programmer le spectacle de Dieudonné», visé par une enquête pour apologie du terrorisme.

«Je suis terriblement outré par le commentaire de Dieudonné sur Facebook "Je me sens Charlie Coulibaly"», a déclaré l'homme d'affaires dans un communiqué. «En conséquence, j'ai demandé à mes équipes de faire le nécessaire, en liaison avec les différentes collectivités concernées, pour ne pas programmer» son spectacle, La Bête immonde, a-t-il ajouté.

Début décembre, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) s'était dit «choqué» qu'une vingtaine de salles, dont des Zénith, offrent une nouvelle «tribune de la honte» au polémiste Dieudonné, plusieurs fois condamné pour des propos antisémites.

Son one-man-show «La Bête immonde» tourne en province depuis le 27 décembre et jusqu'en juin, avec des dates prévues à Limoges - où le maire veut interdire le spectacle -, en passant par Toulouse, Metz, Lyon, Rennes ou encore Bordeaux.

Le Crif s'était montré «tout particulièrement choqué que le groupe Vega, propriété du groupe Fimalac, acteur majeur de ce secteur (et exploitant de plusieurs Zénith, NDLR), mette à la disposition de Dieudonné sept salles, soit 30 % des dates de sa tournée».

En réponse, Fimalac avait promis de reverser les éventuels dividendes liés à la tournée «à des organisations de lutte contre le racisme et la discrimination». Le président du Crif, Roger Cukierman, avait jugé cette décision «inappropriée». «Il serait obscène que des associations antiracistes reçoivent des fonds provenant de la tournée d'un multirécidiviste condamné pour incitation à la haine raciale et dont la place n'est pas dans des salles régies par des concessions de service public», avait-il fait valoir.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer