Ultime hommage à Gilles Latulippe

«Mon p'tit Gilles!», a lancé sa complice Janine... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

«Mon p'tit Gilles!», a lancé sa complice Janine Sutto d'entrée de jeu, livrant un témoignage touchant au gentilhomme du vaudeville.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Vallet
Stéphanie Vallet
La Presse Canadienne

Parents, amis et artistes s'étaient réunis hier à l'hôtel de ville de Montréal pour rendre un ultime hommage à Gilles Latulippe, emporté le 23 septembre dernier par un cancer du poumon. Un événement orchestré à la demande de la famille par Stéphan Bureau, qui avait déjà piloté en juillet dernier le gala hommage au comédien et humoriste dans le cadre du Festival Juste pour rire.

Parents, amis et artistes s'étaient réunis hier à... (Photo Bernard Brault, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Photo Bernard Brault, La Presse

«Gilles Latulippe avait le sens du timing. Il a même choisi de disparaître le jour de la date d'ouverture de son Théâtre des variétés qui avait ouvert ses portes le 23 septembre 1967!», a lancé Stephan Bureau à l'assemblée. «Ça fait trois jours que j'ai la musique de Symphorien dans la tête!», a quant à lui surenchéri le maire Denis Coderre en montant sur scène avant de déclarer Gilles Latulippe citoyen d'honneur de la ville de Montréal à titre posthume.

Le ton était donné: c'est sous le signe de l'humour que la cérémonie s'est ainsi déroulée, alors que les proches de Gilles Latulippe se sont succédé au micro.

Grande complice du comédien et humoriste, Janine Sutto s'est adressée avec tendresse à son ami disparu. «Mon petit Gilles, je voudrais faire un hommage à ton coeur», a lancé Mme Sutto. «À toujours, mon petit Gilles, à toujours...», a-t-elle dit avec émotion.

Jean Lapointe a ensuite beaucoup fait rire l'assemblée en se remémorant quelques anecdotes à propos de son ami. «Cette phrase, je ne l'ai utilisée qu'une seule fois, c'était lors du décès de Félix Leclerc. Mon ami Gilles s'est endormi, mais on ne perd pas son ami. On s'endort un peu avec lui», a-t-il conclu sur une note plus grave.

Le compagnon de scène de Gilles Latulippe, Jacques Salvail, a lui aussi tenu à s'exprimer avant que le duo comique Dominic et Martin  prenne la parole pour souligner l'apport colossal de M. Latulippe au burlesque.

«Merci d'être venus en si grand nombre. C'est merveilleux, car vous savez, mon père aimait les salles pleines!», a rappelé Olivier Latulippe, le fils du comédien et humoriste. «Papa, c'est la seule fois que tu nous auras fait de la peine. Je te remercie. C'est un honneur d'avoir été ton fils», a-t-il ajouté avant que retentisse un enregistrement de Smile, la chanson préférée de son père, interprétée par Véronic DiCaire en juillet dernier lors du gala hommage. «C'est la seule fin possible en de telles circonstances. Souriez, Smile», a conclu Stephan Bureau.

Dernières volontés

Plus de 2200 personnes sont venues rendre un dernier hommage à Gilles Latulippe jeudi et hier alors que sa dépouille était exposée en chapelle ardente à l'hôtel de ville.

«L'hôtel de ville est la maison du peuple. Il n'y a pas d'endroit où il aurait été plus heureux d'être qu'ici», a précisé Olivier Latulippe. «Mon père sera incinéré dans un proche avenir. Je vais le conduire moi-même dans la niche familiale. À ce moment, on fera une cérémonie privée juste pour notre famille. L'hommage d'aujourd'hui était le seul officiel qu'il aura», a ajouté le fils du défunt.

Au cours des deux jours d'exposition du corps en chapelle ardente, le public était invité avant de quitter les lieux à faire un don à la SPCA. «C'était sa volonté, car il était ambassadeur de la SPCA. À son décès, il était très important pour lui que les animaux aient leur part. Les gens ont dû faire beaucoup de dons, et je compte certainement moi-même faire un don à sa mémoire», précise Olivier Latulippe.

Conformément à la volonté de son défunt mari, Suzanne Latulippe partira pour la Floride au début du mois de novembre. «Il avait dit à ma mère: "Il commence à faire froid, je ne vous ferai pas niaiser ici. Vous allez voir que je ne vous écoeurerai pas longtemps." », conclut le fils de Gilles Latulippe.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer