Les funérailles du légendaire B.B. King célébrées à Indianola

Le révérend Herron Wilson, qui a prononcé l'oraison... (Photo Rogelio V. Solis, Reuters)

Agrandir

Le révérend Herron Wilson, qui a prononcé l'oraison funèbre, a affirmé que B.B. King était la preuve que les gens peuvent triompher malgré des circonstances difficiles.

Photo Rogelio V. Solis, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Emily Wagster Pettus
Associated Press
INDIANOLA

Les funérailles du légendaire musicien américain et pionnier du blues B.B. King ont eu lieu samedi dans la petite ville d'Indianola, au Mississippi, où il a grandi et avait demandé à être inhumé.

Les funérailles du légendaire musicien américain et pionnier... (Photo Rogelio V. Solis, Reuters) - image 1.0

Agrandir

Photo Rogelio V. Solis, Reuters

Malgré la pluie, environ 500 personnes se sont rassemblées dans l'Église baptiste missionnaire Bell Grove, qui se trouve justement sur la route B.B. King.

Plus de 200 personnes n'ont pu y entrer et ont suivi la retransmission de la cérémonie dans la salle de réunion du lieu saint. Ils étaient nombreux à brandir des éventails sur lesquels étaient imprimé une photo en noir et blanc du musicien souriant et enlaçant sa célèbre guitare électrique, surnommée Lucille. Une image de celle-ci était d'ailleurs brodée à l'intérieur de la doublure blanche du cercueil de l'artiste, qui s'est éteint le 14 mai dernier à l'âge de 89 ans.

Le révérend Herron Wilson, qui a prononcé l'oraison funèbre, a affirmé que B.B. King était la preuve que les gens peuvent triompher malgré des circonstances difficiles. «Des mains qui ont cueilli du coton ont plus tard gratté une guitare sur des scènes nationales et internationales», a-t-il souligné.

En route vers l'église, le gouverneur du Mississippi, Phil Bryant, s'est souvenu avoir passé un moment avec le bluesman dans son autobus de tournée l'an dernier, avant un concert qu'il a donné à Indianola. B.B. King lui avait alors dit qu'il était fier d'être originaire de cet État du sud des États-Unis.

Faisant référence aux quelques milliers de personnes qui ont fait le voyage jusqu'à Indianola pour défiler devant sa dépouille vendredi et assister à ses funérailles samedi, le gouverneur Bryant a souligné que le musicien «aurait aimé savoir qu'une fois de plus, il vient en aide au delta du Mississippi».

Plus de 4 000 personnes ont défilé vendredi devant la dépouille de B.B. King, exposée au musée qui porte son nom à Indianola. Il a été inhumé à cet endroit samedi.

Tony Coleman, le guitariste qui a accompagné B.B. King durant 37 ans, a rappelé que jamais le musicien n'utilisait le surnom qui lui avait été donné - le Roi du blues - pour parler de lui. «Il croyait que le roi, c'était le blues lui-même, et qu'il avait la responsabilité de le faire régner comme tel», a-t-il expliqué samedi en entrant dans l'église.

Le président Barack Obama avait envoyé une lettre, qui a été lue par le représentant démocrate du Mississippi Bennie Thompson, un ami du défunt. «Le blues a perdu son roi et les Américains ont perdu une légende, a écrit le président. B.B. est peut-être parti, mais les sensations que sa musique nous inspire seront avec nous pour toujours. Et il y aura tout un «jam de blues« ce soir au paradis.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer