Mélomanie: couleurs symphoniques à Laval et Marc Copland

Jean-François Normand... (Photo fournie par l'Orchestre symphonique de Laval)

Agrandir

Jean-François Normand

Photo fournie par l'Orchestre symphonique de Laval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour les deux semaines qui viennent, la nouvelle rubrique Mélomanie vous suggère ce choix de concerts présentés dans la région de Montréal. Puisque nous publierons cette semaine une interview réalisée avec Jean-Christophe Spinosi, maestro français invité à diriger les Violons du Roy, samedi à la Maison symphonique (et demain au Palais Montcalm à Québec), dans un programme mettant en relief l'indiscutable talent de la contralto Marie-Nicole Lemieux, limitons-nous à cette brève mention et... passons au menu!

Classique et contemporain: Couleurs symphoniquesOrchestre symphonique de Laval, salle André-Mathieu, ce soir, 19 h 30

Sous la direction d'Alain Trudel, l'Orchestre symphonique de Laval ouvre ce soir sa 32e saison avec pour plat principal le Concerto pour clarinette en la majeur, K. 622 de Wolfgang Amadeus Mozart. Diplômé de la Juilliard School of Music, professeur au Conservatoire de musique de Montréal et clarinette solo de l'OSL, Jean-François Normand sera l'instrumentiste central de cette exécution mozartienne. Les mélomanes auront l'occasion d'apprécier son jeu et sa haute virtuosité. Autre oeuvre importante au programme: la Symphonie no 7 en ré mineur, op. 70 d'Antonín Dvořák, une oeuvre puissante, épique, traversée par le romantisme. Au tout début du concert, l'OSL jouera la Symphonie Minute de José Evangelista, qui s'inscrit dans une Série hommage au compositeur montréalais d'origine espagnole.

Musique contemporaine: Monodías españolasEnsemble de la SMCQ, salle Pierre-Mercure, vendredi, 19 h (gratuit)

Sous la direction de Walter Boudreau, l'Ensemble de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), est l'initiatrice de cette Série hommage consacrée à l'oeuvre de José Evangelista. La saison de la SMCQ démarre d'ailleurs sur cette thématique avec l'exécution de Monodías españolas, oeuvre de l'hommagé pour piano solo (Louise Bessette est la soliste invitée), deux violons, alto, violoncelle et contrebasse, ainsi que Clos de vie, composée par Evangelista à la mémoire du compositeur Claude Vivier, pour piano, harpe, clavecin, guitare électrique, banjo et cordes. Également au programme de ce concert gratuit: la pièce Le concert des anachronismes délibérés du compositeur montréalais Jean Lesage, ainsi que Microvariations de la jeune et très douée compositrice new-yorkaise Sky Macklay, qui nous a été révélée au Québec par le Nouvel Ensemble Moderne.

Jazz: Marc CoplandVendredi 29 septembre, Dièse Onze, 21 h

Originaire de Philadelphie, New-Yorkais d'adoption depuis les années 80 après avoir passé une décennie à Washington, le pianiste, compositeur et improvisateur Marc Copland est parmi les grands coloristes du jazz contemporain. C'est-à-dire qu'il ne se démarque pas tant par son articulation que par ses brillants concepts harmoniques, la singularité de son phrasé, son lyrisme mélodique, et par le choix de ses collègues - avec qui il fait preuve d'ouverture d'esprit tout en restant inscrit dans la tradition jazzistique. Heureusement pour Marc Copland, le jazz de sa génération (fin de la soixantaine) a permis à ses meilleurs concepteurs de s'imposer pour leurs idées, leur goût et leur musicalité au-delà de leur virtuosité. Pour vous en convaincre, écoutez les deux récents albums de ce superbe pianiste, parus sous étiquette Inner Voice Jazz: Night Fall, exécuté en solo, et Better by Far avec le trompettiste Ralph Alessi, le contrebassiste Drew Gress et le batteur Joey Baron. Ce vendredi, il se produira avec ses amis montréalais, soit le contrebassiste Adrian Vedady et le batteur Jim Doxas.

Musique baroque: Quelques arpents de neigeEnsemble La Chamaille, salle Bourgie, dimanche 1er octobre, 14 h

Le spectacle Quelques arpents de neige évoque l'histoire de la Nouvelle-France à travers les écrits de ses premiers habitants et des penseurs de l'époque, tout en en citant les musiques importantes. Dans le contexte du 375e anniversaire de la fondation de Montréal, l'ensemble La Chamaille évoque en textes et en musiques «les bâtisseurs», «la vie religieuse», «la danse et les bals», «les Amérindiens», «la vie galante», «Voltaire et les quelques arpents de neige». Des musiciens baroques ont été recrutés pour ce programme raconté en six tableaux par Jean Marchand: Anne Thivierge, flûte traversière baroque, Tanya LaPerrière, violon baroque, Michel Angers, théorbe, Mélisande Corriveau, viole de gambe, Alexis Risler, archiluth. Puisque les 150 ans d'occupation du régime français dans la vallée du Saint-Laurent correspondent à l'époque baroque, on a prévu des interprétations d'André Campra, Marin Marais, Charles Dieupart, Jacques-Martin Hotteterre, Jean-Philippe Rameau, François Couperin, Michel Blavet, Jean-Marie Leclair, sans compter des compositeurs encore plus anciens, Michael Praetorius et Jean-Baptiste Lully.

Renaissance/baroque: Madrigaux de MonteverdiPaul Agnew et Les Arts Florissants, salle Bourgie, mercredi 4 octobre, 19 h 30

En 2017, le 450e anniversaire de la naissance de Claudio Monteverdi (1567-1643) est une occasion de s'attaquer à son oeuvre colossale, surtout consacrée à l'art vocal, véritable pont entre les musiques de la Renaissance et celles de la période baroque. Après avoir parcouru l'intégralité des plus de 160 madrigaux de Monteverdi, le ténor écossais et directeur musical Paul Agnew et l'ensemble français Les Arts Florissants viennent à Montréal afin de nous plonger dans les Livres IV, V et VI de Monteverdi: «Les années de publication des Quatrième (1603), Cinquième (1605) et Sixième Livres (1614) comptent probablement parmi les plus marquantes de l'évolution de la musique occidentale. [...] Les oeuvres qui figurent dans ce programme forment en quelque sorte le "bouquet final" de ce genre qui a dominé la composition musicale pendant près de 150 ans», écrit Paul Agnew dans les notes de ce programme de musique baroque, certes l'un des plus importants de l'automne québécois. Seront sur scène: Miriam Allan, soprano, Hannah Morrison, soprano, Mélodie Ruvio, contralto, Sean Clayton, ténor, et Cyril Costanzo, basse.

Impressionniste, moderne: De Ravel à BarberOSM, direction Adam Johnson, Maison symphonique de Montréal, mercredi 4 octobre, 20 h, jeudi 5 octobre, 10 h 30 et 19 h

Présenté à trois reprises, ce programme intitulé De Ravel à Barber met de l'avant les oeuvres de deux compositeurs américains ayant marqué le siècle précédent: l'Adagio pour cordes de Samuel Barber (1910-1981) et les Danses symphoniques de West Side Story signées Leonard Bernstein (1918-1990). L'oeuvre centrale de ce même programme échafaudé en cinq parties, cependant, est française: l'Alborada del gracioso pour orchestre de Maurice Ravel (1875-1937), magnifique pièce d'inspiration espagnole qui fut d'abord composée pour piano seul. Deux solistes de l'OSM seront mis en valeur pendant ce même programme exécuté sous la direction d'Adam Johnson, chef assistant de l'OSM: Paul Merkelo, trompette solo de l'OSM depuis 1995, sera au centre de l'exécution du tout récent Concerto pour trompette du compositeur canadien John Estacio, alors que le Concerto pour trombone du Français Henri Tomasi (1901-1971) aura pour soliste James Box.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer