La politique à l'Opéra de Montréal

La première mondiale de JFK, oeuvre du compositeur américain David... (Photo Karen Almond, fournie par l'Opéra de Montréal)

Agrandir

La première mondiale de JFK, oeuvre du compositeur américain David T. Little, sur un livret de Royce Vavrek, a eu lieu en avril 2016 à Fort Worth, au Texas.

Photo Karen Almond, fournie par l'Opéra de Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'heure où la politique américaine et Donald Trump font la manchette, le moment ne pouvait être mieux choisi pour inclure dans la prochaine saison de l'Opéra de Montréal JFK, une oeuvre nouvelle sur le plus célèbre des présidents américains, John F. Kennedy.

La première mondiale de cette oeuvre du compositeur américain David T. Little, sur un livret de Royce Vavrek, a eu lieu en avril 2016 à Fort Worth, au Texas, à la suite d'une commande conjointe du Fort Worth Opera, de l'American Lyric Theater et de l'Opéra de Montréal.

Les auteurs ont imaginé la dernière nuit du président en compagnie de sa femme alors qu'ils séjournaient à l'Hotel Texas, à Fort Worth, la veille de son assassinat. La narration se trouve transportée dans les rêves de JFK et de Jackie, ce qui a permis au librettiste d'imaginer un univers où évoluent notamment Lyndon B. Johnson, Nikita Khrouchtchev et Rosemary Kennedy, soeur du président souffrant de problèmes mentaux.

Enjeux contemporains

Après Dead Man Walking en 2013, Silent Night en 2015, Les feluettes en 2016 et Another Brick in the Wall cette année, l'Opéra de Montréal continue donc d'intégrer à sa programmation des opéras de notre époque qui explorent des enjeux très contemporains, tout en demeurant accessibles sur le plan musical.

Le rôle de JFK a été confié au baryton Matthew Worth, qui fera ses débuts à l'Opéra de Montréal, tandis que Daniela Mack personnifiera Jacqueline Kennedy. Ils faisaient tous les deux partie de la distribution originale à Fort Worth. Le choeur de l'OSM et l'OSM seront dirigés par le chef Steven Osgood. 

Du 27 janvier au 3 février 2018

Melody Moore, qu'on a entendue dans Madama Butterfly... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Melody Moore, qu'on a entendue dans Madama Butterfly en 2015, sera de l'opéra Tosca.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Quatre faits saillants de la saison 2017-2018

Voici quatre oeuvres de la nouvelle programmation de l'Opéra de Montréal qui ont retenu notre attention. 

Nouvelle coproduction: Tosca

L'Opéra de Montréal collabore de nouveau avec le Cincinnati Opera pour une nouvelle production avec Tosca, de Puccini. La distribution est prometteuse avec le retour de Melody Moore, entendue dans Madama Butterfly en 2015, et le ténor chilien Giancarlo Monsalve, reconnu pour ce rôle qu'il a incarné, entre autres, à Covent Garden. L'excellent baryton canadien Gregory Dahl devrait s'avérer intéressant dans le rôle de l'infâme Scarpia. 

Du 16 au 23 septembre 2017, à la salle Wilfrid-Pelletier

Julie Boulianne et sa Cenerentola

Montréal aura enfin l'occasion d'entendre la mezzo Julie Boulianne dans le rôle d'Angela (Cendrillon) dans La Cenerentola de Rossini, qu'elle a incarné plusieurs fois à l'étranger. Le reste de la distribution est composée de nouveaux venus à l'Opéra de Montréal, notamment l'Italien Pietro Spagnoli dans le rôle de Don Magnifico. 

Du 11 au 18 novembre 2017, à la salle Wilfrid-Pelletier

Ana Sokolovic est la toute première femme à... (Photo Alain Lefort, fournie par Ana Sokolovic) - image 3.0

Agrandir

Ana Sokolovic est la toute première femme à signer un opéra présenté à l'Opéra de Montréal.

Photo Alain Lefort, fournie par Ana Sokolovic

Première de Svadba

Huit ans après sa création à Toronto, en 2010, il était temps que le public d'ici puisse enfin découvrir Svadba (en français: mariage), de la talentueuse compositrice montréalaise Ana Sokolovic, opéra de chambre a cappella pour six voix de femmes qui a déjà été présenté notamment à San Francisco, Philadelphie et Aix-en-Provence. Ce sera aussi la première fois que l'on présente un opéra composé par une femme à l'Opéra de Montréal! Les représentations auront lieu à Espace Go, et les rôles seront interprétés par les jeunes chanteuses de l'Atelier lyrique. L'oeuvre est chantée en serbe avec surtitres français et anglais. Mise en scène: Martine Beaulne. 

Du 24 au 31 mars 2018, à Espace Go

Hugo Laporte dans Roméo et Juliette

Le jeune baryton de Québec Hugo Laporte, lauréat du Concours OSM en 2014 et nommé Jeune espoir lyrique canadien au gala des Jeunes Ambassadeurs lyriques en 2015, fera ses débuts à l'Opéra de Montréal en jouant Mercurio dans Roméo et Juliette. Les rôles principaux ont été confiés à Marie-Ève Munger (Juliette) et au ténor espagnol Ismael Jordi (Roméo), tandis qu'Alain Coulombe sera le frère Laurent et Alexandre Sylvestre, Capulet. 

Du 19 au 26 mai 2018, à la salle Wilfrid-Pelletier




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer