Siegfried hué à Bayreuth

Catherine Foster et Lance Ryan dans Siegfried.... (Photo: AFP)

Agrandir

Catherine Foster et Lance Ryan dans Siegfried.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bayreuth

Siegfried, troisième volet du Ring de Richard Wagner mis en scène par l'Allemand Frank Castorf avec crocodiles et kalachnikovs, a été hué lundi soir lors de sa première au Festival de Bayreuth.

Un spectateur a dû être évacué en pleine représentation après s'être évanoui, alors que le héros Siegfried venait de tuer à l'aide d'une mitrailleuse son adversaire, l'orgueilleux géant Fafner.

Dans le programme, les spectateurs étaient pourtant mis en garde: on les avertissait de l'usage d'armes à feu dans la production, tout en leurs promettant que leur ouïe ne serait pas endommagée.

L'interprétation du Ring par Castorf avait déjà fait des vagues les jours précédents: la première de l'Or du Rhin, vendredi soir, avait été sifflée et M. Castorf, enfant terrible du théâtre allemand, 62 ans, avait refusé de monter sur scène.

Dans Siegfried, l'orphelin du même nom est élevé par le nain Mime dans une caravane exiguë au pied du Mont Rushmore, aux États-Unis, sur lequel est sculpté à la place des visages de présidents américains ceux de Marx, Lénine, Staline et Mao.

Élevé à l'ombre du communisme, Siegfried est une petite frappe, habillé comme un proxénète avec de longs cheveux tirés en arrière.

Les spectateurs passent ensuite du Mont Rushmore à la célèbre place de Berlin-Est, Alexanderplatz, avant la chute du Mur.

Dans ces décors magnifiques, produits par le designer serbo-croate Aleksandar Denic, les deux premiers actes de Siegfried filent à l'allure d'un film de Quentin Tarantino, avec un scénario captivant.

Pour le troisième acte, Castorf transporte les spectateurs dans une atmosphère surréaliste où deux crocodiles géants copulent puis dévorent l'oiseau de la forêt qui conduit Siegfried à Brunehilde.

Musicalement, la production a été cependant un succès retentissant: tous les chanteurs, dont le ténor canadien Lance Ryan, qui interprète Siegfried, le baryton allemand Wolfgang Koch (le Voyageur), et la soprano britannique Catherine Foster (Brunehilde), ont été applaudis chaleureusement.

La star de la soirée fut à nouveau le chef d'orchestre russe Kirill Petrenko, 41 ans qui fait ses débuts à Bayreuth. Il avait déjà été ovationné samedi à la fin de la représentation de Walkyrie, deuxième partie du Ring.

La première de la dernière partie de la tétralogie du Ring, Le crépuscule des dieux aura lieu mercredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer