Rémy Girard à l'OSM: voyage à travers la musique de film

Rémy Girard... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Rémy Girard

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Rodgers

COLLABORATION SPÉCIALE

La Presse

Quand il parle de musique de film, Rémy Girard est intarissable. L'Orchestre symphonique de Montréal a donc eu la bonne idée de lui demander d'animer un concert dédié à ce genre musical à part entière dont l'histoire fourmille d'anecdotes savoureuses.

Pendant cinq ans, le comédien a animé Tout un cinéma, une émission sur la musique de film sur Ici Musique, victime des coupes budgétaires de l'an dernier à Radio-Canada.

« La première année que j'ai fait cette émission, je me demandais s'il y aurait assez de musique de film pour l'alimenter, dit-il. J'ai réalisé qu'il en sortait de nouvelles à toutes les semaines. »

Avec le temps, il a accumulé chez lui 6500 musiques de film en format numérique. De quoi nourrir sa passion pour longtemps !

« Avec l'OSM, nous avons décidé d'offrir une rencontre avec les grands compositeurs de musique de film, dont la première de toutes, celle du film L'Assassinat du duc de Guise, composée par Camille Saint-Saëns. Je vais présenter le contexte de chaque oeuvre avec des anecdotes, un peu comme à mon émission. J'aime raconter des histoires et surtout celle du cinéma, que je vis de l'intérieur depuis quarante ans. Je vais rappeler aux gens les scènes du film où une musique a été jouée pour qu'ils aient les images en tête. J'ai même revu quelques-uns de ces films pour me remettre le contexte visuel en mémoire. »

Pour le concert, dirigé par Dina Gilbert, chef assistante de Kent Nagano, on aura droit à un voyage dans le temps, du cinéma muet à aujourd'hui. On entendra, entre autres, la musique des films Alexandre Nevsky, Les temps modernes, Les parapluies de Cherbourg, Le Parrain, La Mission, Retour vers le futur, La liste de Schindler et bien sûr, l'incontournable Star Wars. Du côté des compositeurs québécois, on entendra la musique du film Les portes tournantes, signée François Dompierre, et celle d'Un homme et son péché, de Michel Cusson.

Pour Rémy Girard, ce genre musical a joué un rôle essentiel dans l'histoire du cinéma.

« Je ne sais pas si la musique peut faire en sorte qu'un film va marcher, mais je sais qu'il y a des musiques dont on se rappelle plus que le film, dit-il. Certaines chansons ont transcendé le film, comme celles de La Mélodie du Bonheur et de Singing in the rain. Au début, on mettait de la musique à l'extérieur des salles de cinéma pour attirer les gens, ensuite on a mis des musiciens à l'intérieur, pour l'ambiance, pour rassurer ceux qui avaient peur dans le noir et pour couvrir le bruit du projecteur. C'est pour ça qu'on a mis la musique des Portes tournantes, de Dompierre, au programme du concert, parce que le film parle de l'histoire du cinéma. »

Bien que la trame musicale d'un film joue pratiquement le rôle d'un acteur invisible, les acteurs en chair et en os ne la découvrent bien souvent qu'une fois le film terminé.

« On a rarement l'occasion d'entendre la musique d'un film pendant le tournage, à part avec Jean-Marc Vallée, qui travaille avec des pièces déjà existantes et les fait entendre aux acteurs pour les inspirer. La seule fois où ça m'est arrivé d'entendre une musique sur un plateau, c'est dans Le Déclin de l'empire américain, pour la scène du lendemain de la grande crise, quand Louise (Dorothée Berryman) vient d'apprendre que Rémy, mon personnage, la trompe depuis longtemps. C'est là qu'on entend au piano la pièce Le temps qui fuit, de François Dompierre, qui est aussi au générique du film. J'avais été tellement impressionné que j'avais été voir le preneur de son pour lui demander de me faire une copie, que j'ai gardée depuis ce temps juste pour moi, en cachette. »

Concert Dina Gilbert et la musique de film, 26 avril, 19 h, Maison symphonique.

Les musiques de film favorites de Rémy Girard *

Un homme et son péché - Michel Cusson

Taxi Driver - Bernard Herrmann

Le déclin de l'empire américain - François Dompierre

Les Plouffe, chanson thème Il était une fois des gens heureux - Stéphane Venne

Mon oncle Antoine - Jean Cousineau

L'Affaire Thomas Crown, chanson Les moulins de mon coeur - Michel Legrand

*Ces oeuvres ne sont pas nécessairement au programme du concert

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer