Jacques Kuba Séguin: deux quatuors conversent

Jacques Kuba Séguin tente l'expérience de réunir sur... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, FOURNIE PAR ODD SOUND)

Agrandir

Jacques Kuba Séguin tente l'expérience de réunir sur un même disque deux quatuors existants: son projet Litania Projekt et le Quatuor Bozzini.

PHOTO ULYSSE LEMERISE, FOURNIE PAR ODD SOUND

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sans contredit l'un de nos meilleurs solistes de la trompette jazz, le Montréalais Jacques Kuba Séguin a imaginé un second chapitre pour son Litania Projekt, lancé sous étiquette Odd Sound. Deux quatuors se font la conversation dans ce nouvel opus.

D'un côté, on observe une formation typique du jazz sous la gouverne de Jacques Kuba Séguin: Frédéric Alarie, contrebasse, Jonathan Cayer, piano, Jim Doxas, batterie, et le trompettiste. «À force de jouer, ces musiciens se sont soudés, leur cohésion s'est renforcée», se réjouit le leader.

Face à ce premier ensemble, Séguin a souhaité les réparties d'un quatuor renommé, versé dans la musique contemporaine de lignée occidentale: le Quatuor Bozzini se compose de la violoncelliste Isabelle Bozzini, de l'altiste Stéphanie Bozzini, des violonistes Clemens Merkel et Allissa Cheung. «Je voulais cette fois un ensemble stable et réputé plutôt que de réunir un quatuor comme je l'avais fait à la suite du premier enregistrement», explique l'initiateur du Litania Projekt, l'un des deux véhicules privilégiés de son expression jazzistique.

«Mon autre groupe, Odd Lot, est plus explosif alors qu'avec le Litania Projekt, c'est plus aérien... on y ressent davantage l'influence du jazz de chambre à l'européenne. La musique classique y est plus présente dans la composition. Je pense d'abord aux impressionnistes (Ravel, Debussy, Fauré, etc.), mais aussi à des musiques contemporaines plus récentes qui se manifestent à l'occasion, notamment dans le troisième mouvement de mon Étude des lueurs

«L'inclusion d'un quatuor à cordes dans tout le processus compositionnel m'a permis de prendre cette direction, tout en conservant l'identité jazz et l'usage de l'improvisation.»

Jacques Kuba Séguin... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, FOURNIE PAR ODD SOUND) - image 2.0

Agrandir

Jacques Kuba Séguin

PHOTO ULYSSE LEMERISE, FOURNIE PAR ODD SOUND

La signature du Bozzini

Pour le trompettiste, il importe que la personnalité de tous les acteurs de son Litania Projekt soit mise en relief.

«Je voulais qu'on remarque la signature du Bozzini; je voulais l'influence de ce quatuor du début à la fin, les couleurs qu'il apporte et la dynamique qu'il peut déclencher dans cet univers jazz. Idem pour mes collègues jazzmen: tout le monde devait y trouver sa place, individuellement et collectivement. En concert, on peut envisager ensemble de longues improvisations, pourvu que cela demeure audible. Ça se rassemble, ça s'unit, puis ça se disperse. Ça se construit et ça se déconstruit.»

Sorti en 2013, un premier ensemble du Litania Projekt a été présenté sur plusieurs scènes du monde, notamment à Berlin où le trompettiste avait pu réunir l'an dernier un quatuor à cordes dont les interprètes sont membres du fameux Berliner Philharmoniker.

«Aux côtés de ces musiciens inspirants et modestes malgré leur bagage immense, nous retournerons jouer en Allemagne et y présenter la matière du nouvel album. Vu le succès du premier projet, je me suis dit qu'il fallait absolument poursuivre l'aventure. Et cette aventure se poursuivra bien sûr chez nous, avec l'excellent Bozzini.»

________________________________________________________________________________

À L'Astral le 8 juillet dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal ainsi qu'au Théâtre Outremont, les 4 et 5 octobre prochains.

JAZZ. Litania Projekt avec le Quatuor Bozzini. Jacques Kuba Séguin. Odd Sound.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer