Neema: un voyage en chansons

Pour ce nouvel album, Neema a constitué une... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE)

Agrandir

Pour ce nouvel album, Neema a constitué une toute nouvelle équipe.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Neema n'a pas chômé depuis la parution de son dernier album studio, Watching You Think, il y a près de six ans. L'artiste montréalaise a beaucoup vécu dans ses valises, faisant pendant deux ans un tour du monde en chansons dont témoigne l'album live Leave the Light On, paru en 2014.

Neema a également chanté en Égypte, le pays de ses ancêtres, à l'occasion du premier anniversaire de la révolution, et elle est retournée se ressourcer dans le Grand Nord canadien, où elle avait travaillé avec une communauté autochtone avant d'entreprendre sa carrière de chanteuse.

Et puis elle a eu un fils, Jules, qui a maintenant un an et demi. C'est d'ailleurs pendant qu'elle était enceinte qu'elle a enregistré le nouvel album qu'elle nous présente ces jours-ci: Painting My Wall Gold.

«Ce furent des années assez mouvementées», dit dans un sourire la chanteuse qui évoque dans Thank You, le poème ajouté à la version physique de son album, des personnes qu'elle a croisées sur son chemin et qui l'ont marquée: une jeune poète australienne, une massothérapeute dans les Rocheuses, un beach bum poétique qui a calmé ses angoisses...

Les leçons du maître Cohen

Pour ce nouvel album, Neema a constitué une toute nouvelle équipe regroupée autour des coréalisateurs Daryl Johnson et Mark Howard, deux collaborateurs de longue date de Daniel Lanois  «Daryl joue de la basse, des claviers, des percussions... Il a tellement de talent, il respire la musique. J'ai beaucoup appris en travaillant avec lui.»

C'est Johnson qui a eu l'idée d'inviter la grande Emmylou Harris à chanter avec Neema sur la toute première pièce de l'album, For You. «Il m'a dit: "Ce serait vraiment le genre d'Emmylou" et il lui a envoyé la chanson», raconte Neema.

Leonard Cohen, qui avait coréalisé Watching You Think avec Pierre Marchand, a été moins présent cette fois-ci. Il a prodigué ses encouragements à Neema, qui lui a soumis cinq de ses chansons, et il est l'auteur des deux premiers couplets, et du pont, de la chanson Angel Undercover, que Neema a terminée des années plus tard.

«Il m'avait dit: "Prends ça, c'est un cadeau." Leonard reste toujours un mentor pour moi. Je dirais même qu'il a eu plus d'influence sur cet album parce que j'ai tellement appris en travaillant étroitement avec lui pour le précédent. Quand un grand maître te donne des leçons, elles restent avec toi et tu peux mettre des années à les intégrer.»

Des tableaux

Painting My Wall Gold est tantôt country (For You), tantôt soul/rhythm and blues (Slow Dance), tantôt plus exotique (Come, qui renvoie aux origines égyptienne et libanaise de ses parents) ou gospel (Mercy). «J'ai travaillé fort pour trouver la mélodie de Mercy et James Di Salvio a composé le refrain avec moi», dit-elle de cette chanson qui prend la forme d'une prière.

«On m'a déjà reproché d'avoir une musique trop éclectique, d'aller dans trop de directions. Moi, je trouve que c'est comme un voyage. Chaque chanson est un tableau différent, mais il y a un fil qui les relie.»

Ainsi, elle emprunte Papa Loko à la chanteuse haïtienne Toto Bissainthe, une idée qu'elle a eue quand Daryl Johnson lui a appris qu'il était d'origine créole: «Je me suis mise à la chanter, Daryl a pris son djembé et Mark a appuyé sur le bouton d'enregistrement.»

Elle a également traduit en français une chanson de Steve Earle, Goodbye, devenue Au revoir.

«Steve m'a dit qu'il aime beaucoup ma version. Il ne comprend pas très bien le français, mais, tant que je n'y donne pas mon appui à un candidat républicain pour la présidence, pour lui, ça va», ajoute Neema en rigolant.

L'artiste en elle se rend compte que son bac en gestion de l'Université McGill, dont elle ne savait trop que faire, lui sert maintenant qu'elle a son propre label et qu'elle dirige sa carrière. Elle lancera officiellement son nouvel album à La Sala Rossa vendredi, mais elle est consciente qu'avec un jeune enfant à la maison, elle ne partira plus en tournée pendant deux ans comme à l'époque de Watching You Think.

Des projets

N'empêche, Neema entend bien «donner des ailes» à cet album dont elle est très fière. Il y a aussi ce livre que ses amis autochtones lui ont proposé d'écrire et un film sur son voyage en Égypte qu'elle aimerait bien terminer.

«La création artistique est une façon de composer avec l'incertitude de la vie, dit-elle. C'est un parcours difficile, mais les artistes qui m'ont marquée m'ont donné du courage et de l'espoir quand j'essayais de trouver ma place dans le monde. J'espère toucher les gens et pouvoir les accompagner en chemin.»

______________________________________________________________________________

CHANSON. Painting  My Wall Gold. Neema. Neemaste Productions. Lancement à La Sala Rossa le 11 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer