Keith Richards fait une pause solo avec son album Crosseyed Heart

Keith Richards... (Photo archives AP)

Agrandir

Keith Richards

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mesfin Fekadu
Associated Press
NEW YORK

Keith Richards avait un objectif en tête alors qu'il préparait la sortie de son premier album solo en vingt ans: convaincre ses collègues des Rolling Stones de retourner en studio pour enregistrer de la nouvelle musique.

«(Le groupe) s'en va en studio, ce qui était l'un de mes objectifs lorsque je faisais cet album (solo). Je disais: "Hé, les Rolling Stones, vous n'êtes pas allés en studio depuis 11 ans (...) Il est temps de retourner en studio"», a raconté Richards à l'Associated Press, la semaine dernière.

Le dernier album des Stones, A Bigger Bang, est paru en 2005. Le plus récent de Keith Richards, Crosseyed Hart, son premier album solo depuis 1992, a pris la 11e position du palmarès Billboard 200 à sa sortie.

Le vétéran guitariste a indiqué que les Stones étaient sa priorité, mais que lorsqu'il a eu du temps libre, il l'a utilisé pour sortir sa propre musique de même qu'un documentaire, Keith Richards: Under the Influence, sur Netflix.

«Ce qui arrive, c'est que je travaille avec ce groupe, a-t-il raconté en riant. Et s'ils travaillent et sont sur la route, il n'est pas question que je lance un projet personnel ou solo.»

«D'une certaine façon, j'ai seulement profité du fait que ce mois-ci, les Stones sont discrets pour le moment.»

En entrevue avec l'Associated Press, le musicien de 71 ans a parlé de composition, de la création de musique avec les autres membres du groupe et plus encore.

Associated Press: Alors, qu'est-ce qui arrive avec le prochain album des Stones?

Keith Richards: C'est toujours en suspens pour le moment, mais au moins ils ont décidé que «Oui». Je crois qu'ils ont eu un peu peur d'entrer en studio ensemble. Et nous allons voir ce qui en sortira, parce qu'après tout ce temps, il y aura un peu de rouille à enlever, mais en même temps, on a beaucoup travaillé sur la route. Le groupe est fort. Je crois qu'il est plus fort que je ne l'ai jamais entendu, et je crois qu'avec le bon matériel et tout, j'espère qu'ils pourront venir en studio quelque part d'ici... je ne veux pas donner de date, mais disons dans un avenir rapproché.

AP: Quel âge ont les chansons de votre nouvel album?

KR: Je dirais que Nothing on Me a été écrite pour A Bigger Bang, donc autour de 2004. J'avais déjà l'ébauche de Illusion au même moment. Deux ou trois de ces chansons sont venues de trucs que j'avais écrits pour les Stones, et puis lorsque nous avons atteint notre échéance, ces choses ont été laissées de côté. Donc j'ai dit: «Eh bien, cela ne veut pas dire qu'elles ne sont pas terminées.» En tant qu'auteur-compositeur, vous prenez des choses, les échéanciers importent peu (...) J'ai des chansons laissées de côté depuis 25 ans et je ne les ai toujours pas terminées.

AP: Comment c'était de lancer un album et un documentaire la même semaine?

KR: Une minute il n'y a rien, la minute suivante: BOUM! Je suis encore porté par la vague. C'est une chose de lancer un album, et lancer ce documentaire au même moment, c'était une double tâche. J'attends les chèques de paie! (Rires) AP: Votre album a obtenu des critiques positives. Lisez-vous ces articles?

KR: Je ne veux pas qu'on me flatte trop. Mais en même temps, je m'intéresse aux autres points de vue. J'ai été magnifiquement flatté cette semaine. Je suis très heureux que les gens l'aiment autant. Mais en ce qui me concerne, je ne fais qu'un album, vous savez, je le lance puis je vois, et c'est aux autres de décider ce qu'ils en pensent. Ça a été plutôt époustouflant, en fait. Ça me donne également un peu d'influence auprès des autres gars. (Rires) AP: Votre dernier album solo, Main Offender, est paru en 1992. Croyez-vous que votre prochain arrivera plus rapidement?

KR: À la vitesse que va le monde en ce moment (rires), je ne crois pas qu'il faudra attendre 20 autres années. Je ne crois pas que j'ai ça en moi. Mais j'ai aimé faire cet album (...) Je ne dirais pas : «C'est impossible». Vous savez, j'en ferais bien un autre dans la prochaine année environ. C'est difficile à dire avec moi. Même moi je ne peux pas! (Rires) AP: Pourquoi croyez-vous que Netflix est la meilleure plateforme pour présenter votre documentaire?

KR: Parce que c'était là et que je ne connais pas grand-chose sur les plateformes (...) Je laisse ça à d'autres personnes comme mademoiselle Jane Rose (sa gérante). Je ne suis pas particulièrement homme d'affaires, je fais simplement beaucoup d'argent (rires) (...) Peut-être que c'est une façon d'être un homme d'affaires, je ne sais pas, mais tout ce que je peux dire, c'est que je fais ce que je fais et j'ai des gens en qui j'ai confiance et que j'aime et qui m'entourent depuis des années.

AP: Croyez-vous que vous allez partir en tournée pour cet album?

KR: Compte tenu de la façon dont celui-ci a été accueilli et la façon dont il a été conçu, je suis intéressé à poursuivre le processus, oui. Quelque part dans la prochaine année. Mais vous me pressez. (Rires) C'est une bonne idée. J'y pense maintenant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer