Dom La Nena: redécouvrir le Brésil en soi

La chanteuse brésilienne Dom La Nena est de... (Photo: Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

La chanteuse brésilienne Dom La Nena est de passage au Québec.

Photo: Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La chanson Golondrina illustre parfaitement le chemin qu'a parcouru Dom La Nena entre un premier album dépouillé et le tout nouveau Soyo, plus rythmé, plus orchestral. Explications.

Dans le mini-album du même nom paru en 2013, Golondrina était une chanson dans laquelle la voix de Dom La Nena, née Dominique Pinto, s'appuyait uniquement sur son violoncelle. Dans son album Soyo, qui vient de paraître, cette même chanson baigne dans une musique plus ample, plus riche, plus rythmée.

«J'avais des sueurs parce que j'étais très contente de la version du EP et je voulais être sûre que ce serait au même niveau, nous expliquait la jeune femme d'origine brésilienne lors de son passage à Montréal le mois dernier. Je voyais surtout Golondrina comme un morceau de transition entre mes deux albums et je voulais qu'il soit plus accessible. Quand Marcelo l'a entendu, il a vu tout de suite un truc un peu balkanique...»

Marcelo Camelo est un héros de jeunesse de Dom La Nena qui a fait partie de Los Hermanos, le plus grand groupe de rock brésilien. C'est à lui que la jeune femme a fait appel pour coréaliser son nouvel album et y jouer toutes sortes d'instruments: percussions, batterie, basse, guitare électrique... Il prête même sa voix à certains des «petits millefeuilles» vocaux qu'affectionne Dom La Nena.

«C'est un peu l'icône de ma génération, Marcelo, dit-elle. J'ai fait appel à lui parce que j'entendais ce que je cherchais dans ses chansons qui sont assez mélancoliques, mais également joyeuses et plutôt festives. Mon premier album était très introspectif: on avait un peu l'impression d'être dans un petit salon en velours avec des rideaux et des tapis. Cette fois, j'avais envie d'ouvrir les rideaux et de faire rentrer un peu le soleil. J'avais aussi envie d'autres sons, alors je me suis amusée à explorer des instruments que je ne maîtrisais pas vraiment, mais que j'ai découverts petit à petit.»

Brésilienne... entre autres

Dom La Nena est une véritable femme du monde, née au Brésil, mais installée en France après avoir vécu quelques années en Argentine. Elle chante en portugais, mais surtout en espagnol ainsi que, à l'occasion, en anglais et en français. Et alors qu'elle avait enregistré son premier album dans le studio maison de son ami Piers Faccini dans les Cévennes, Soyo a été créé à Lisbonne, Paris, Mexico, São Paulo et Miami.

«Sur Ela, j'étais plus dans un moment de questionnement, j'avais peut-être plus de mal à assumer mon déracinement et je me posais plus de questions par rapport à mon identité, constate-t-elle aujourd'hui. Depuis, je me suis dit: «Voilà, je suis brésilienne et c'est pas grave, je suis plein de choses.» Je vois les choses plus simplement, et ça se reflète dans ma musique.»

Depuis un bon moment, Dom La Nena écoutait presque uniquement de la musique brésilienne et c'est tout à fait normal que ça s'entende dans ses arrangements, croit-elle.

«J'avais envie d'un rythme, d'une pulsation presque corporelle et, tout naturellement, c'est devenu brésilien. C'est marrant parce je n'avais pas forcément le réflexe de voir mes chansons d'une manière rythmique mais, pour Marcelo, c'était évident dès le départ.»

L'artiste a pris beaucoup d'assurance ces dernières années, à force de donner des concerts en solo ou avec son amie Rosemary Standley, du groupe Moriarty, pour leur projet Birds on a Wire.

Pour sa nouvelle tournée qu'elle entreprendra à Toronto et qui se poursuivra au Québec, elle a jonglé avec l'idée d'être accompagnée par un autre musicien brésilien, mais c'est finalement seule sur scène qu'on la verra au Gesù le 21 mars.

Puis, en novembre, elle renouera avec Rosemary Standley le temps d'une tournée française des Birds on a Wire au terme de laquelle elles enregistreront fort probablement un deuxième album. Il s'en est fallu de peu pour qu'on les voie chanter ensemble l'an dernier, alors que Dom La Nena et Moriarty participaient au festival Montréal en lumière. Leur emploi du temps est très chargé - Rosemary Standley prépare également un album solo -, mais s'il n'en tient qu'à Dom La Nena, ce n'est que partie remise.

______________________________________________________________________________

À la salle André-Mathieu de Laval le 20 mars et au Gesù de Montréal le 21. Pour les dates de sa tournée au Québec: domlanena.com

MUSIQUES DU MONDE. Dom La Nena. Soyo. Six Degrees.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer