Sur le divan avec Andréanne A. Malette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ex-académicienne Andréanne A. Malette lancera jeudi soir son premier album, le temps d'un concert au Club Soda dans le cadre de Montréal en lumière.

Avant de participer à Star Académie, Andréanne A. Malette avait déjà fait la première partie de Mara Tremblay, Pascale Picard, Alfa Rococo et Simple Plan, mais aussi remporté le premier prix d'un concours en lien avec la série Yamaska avec sa chanson L'autre rive. L'auteure-compositrice-interprète avait d'ailleurs annoncé ses couleurs dès les premiers directs de Star Académie, en 2012, en chantant ses propres chansons (Ta marionnette, Les cons).

Sur Bohèmes, son premier album, on retrouve ainsi des créations en gestation depuis de nombreuses années. Inspirée par des artistes folk comme Jewel, Joni Mitchell, les Cranberries, Adele et Mumford & Sons, c'est le plus souvent en anglais qu'elle trouve son inspiration pour composer de nouveaux titres.

«Quand j'ai commencé à composer en français, je me suis plus dirigée vers un style chanson française à texte, un peu manouche. Mais récemment, j'arrive plus à mélanger ça avec du folk, ce qui donne des titres comme Mes habitudes ou Descente libre, qui ressemblent plus à ce que je fais en anglais», explique Andréanne, qui a choisi d'insérer dans cet album You're a Part of Me, un duo en anglais avec l'ex-académicien François Lachance.

Voyages et amour sont les thèmes principaux de Bohèmes, mais Andréanne A. Malette a également choisi de s'adresser à la génération YOLO (You Only Live Once) dans Mes habitudes et à une personne atteinte du cancer dans Dis-lui de partir.

«Je dois créer chaque jour. Si je n'écris pas une chanson, je dois peintre ou faire des bijoux», conclut la jeune femme, qui rêve de jouer un jour la comédie devant une caméra.

Q/R

Qu'est-ce qui t'a donné envie de faire ce métier?

J'ai commencé à jouer de la musique quand j'avais 15 ans. Avant ça, je dansais et j'ai fait un peu de mannequinat. Le domaine artistique m'intéressait, mais j'étais assez gênée. J'ai découvert que la musique me permettrait de m'exprimer en écrivant et en chantant mes chansons, en jouant les mannequins sur ma pochette d'album et en dansant sur scène.

Quel artiste t'a le plus inspirée dans cette voie?

C'est peut-être étonnant, mais, quand j'étais petite, ma plus grande idole était Britney Spears. J'ai même fait des concours d'imitation de Britney et, chaque jour avec ma voisine, on se réunissait pour reprendre ses chorégraphies. Je me voyais à sa place!

Quel autre métier aurais-tu aimé faire?

J'ai étudié en psychologie. Si je n'avais eu aucun talent artistique, j'aurais sûrement été psychologue. Ça me sert beaucoup dans le milieu artistique, surtout quand j'ai à répondre à des fans. J'aimerais aussi beaucoup faire du cinéma. Et, quand je serai vieille et que je ne serai plus présentable, j'écrirai des romans dans mon salon!

Le film qui t'a le plus marquée?

Into the Wild, principalement à cause de la trame sonore d'Eddie Vedder. Elle m'a touchée directement au coeur. Ça me donne envie de courir avec les loups quand j'entends ça. Le personnage principal me rappelle vraiment un amour de jeunesse.

La plus grosse rumeur qui a couru à ton sujet?

Qu'Olivier Dion et moi étions en couple alors que ce n'était pas le cas. On a été ensemble pendant un an dans les médias avant même d'être réellement ensemble! Je trouve aussi très drôles les gens qui prétendent savoir des choses sur moi, comme la coiffeuse de ma grand-mère qui lui dit que ma teinture est ratée alors que ce sont mes cheveux naturels!

La chanson qui te rappelle ton enfance?

J'avais 4 ans et mon père me faisait écouter des chansons de Genesis ou de Tom Petty. Mais celle sur laquelle j'ai le plus dansé est The Safety Dance de Men Without Hats.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer