1 des Beatles: après les chansons, les images

Giles Martin, le fils de Sir George, réalisateur... (PHOTO FOURNIE PAR APPLE CORPS/UNIVERSAL)

Agrandir

Giles Martin, le fils de Sir George, réalisateur des Beatles, a travaillé à la création de 27 vidéoclips pour les 27 chansons numéro un du célèbre quatuor.

PHOTO FOURNIE PAR APPLE CORPS/UNIVERSAL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quinze ans après l'album-compilation 1, qui regroupait les 27 chansons numéro un des Beatles, paraît enfin le DVD qui rassemble tous les clips de ces chansons. Explications de Giles Martin, fils du réalisateur du célèbre groupe britannique.

Rien de plus simple que de produire une compilation de succès des Beatles. On prend les chansons, on les rafraîchit à l'aide de la technologie moderne et on en fait un CD qui se vendra à des millions d'exemplaires. Mais mettre des images sur ces chansons, c'est une autre histoire.

«Il faut du temps pour bien faire les choses, explique au téléphone Giles Martin, fils de Sir George, réalisateur du célèbre quatuor. Les Beatles ne font jamais les choses à moitié. Et même si ça ne paraît peut-être pas, on fait très attention de ne pas inonder le marché. Pas question, par exemple, de vendre des cendriers des Beatles.»

Certains de ces petits films promotionnels, ancêtres des vidéoclips, existaient déjà: ceux de Ticket to Ride, I Feel Fine et Day Tripper, tournés aux Studios Twickenham, ceux de Hello Goodbye, filmé au théâtre Saville de Londres, de Hey Jude, enregistré pour l'émission de télé dominicale de David Frost, ou encore de Let It Be, associé au film du même nom. D'autres, par contre, ont dû être créés de toutes pièces, dont celui de Love Me Do, un collage d'une performance des Beatles dans un petit théâtre de Southport en 1963 et d'images d'archives de la même époque.

«Love Me Do avait été filmé pour la télé et, pour mettre les choses en contexte, on a fait un nouveau montage où on voit les Beatles faire toutes sortes de choses, explique Martin. Je n'aime pas jouer avec les films historiques, mais on a fait un peu de montage pour que ça fonctionne mieux.»

Pour certains clips comme celui de Ticket to Ride et celui de Yesterday, tourné à l'émission d'Ed Sullivan, il a fallu ralentir les images qui défilaient plus rapidement que le son. Celui d'Eight Days a Week a été assemblé à partir d'images du concert au stade Shea de New York le 15 août 1965... au cours duquel les Beatles n'ont pas joué Eight Days a Week! Mais comme la chanson a été numéro un au palmarès, il a fallu créer un nouveau clip.

De plus cocasse, il y a le clip de Lady Madonna dans lequel, en fait, les Beatles chantent Hey Bulldog.

«Une équipe devait filmer les Beatles en train d'enregistrer Lady Madonna, mais, quand les caméras sont arrivées au studio, John Lennon avait déjà commencé à jouer Hey Bulldog à Paul McCartney, explique Giles Martin. Comme les Beatles ne voulaient pas interrompre leur processus créatif, ils ont complètement ignoré l'équipe de tournage et plutôt que de jouer Lady Madonna, ils ont chanté Hey Bulldog

Le fan pourra d'ailleurs faire des comparaisons avec le clip de Hey Bulldog dans le DVD additionnel de la version de luxe du coffret 1 qui comprend des clips dont les chansons n'ont pas toutes trôné au sommet des palmarès, dont A Day in the Life et Strawberry Fields Forever.

La boîte de Pandore

Parce qu'il avait été décidé de doter ces petits films d'un son surround, Giles Martin a dû remixer les chansons des Beatles à partir des bandes d'origine plutôt que de simplement les remastériser.

«C'est un peu comme d'ouvrir une boîte de Pandore, mais le défi, c'est de faire du bon travail, explique Martin. Il faut que je devine, et que je décide, ce qu'ils [les Beatles] auraient voulu que je fasse. C'est beaucoup plus créatif et enrichissant comme travail.»

L'objectif avoué de Giles Martin est d'éliminer les «toiles d'araignée» et de rapprocher le plus possible le groupe de l'auditeur.

«Je ne travaille pas pour une maison de disques, mais pour eux. Je veux que les Beatles et mon papa soient satisfaits de ce qu'on a fait parce que c'est leur musique.»

Ringo Starr et Paul McCartney ne sont pas intervenus dans ce processus, sinon pour donner leur avis quand il s'agissait, par exemple, de créer un nouveau clip comme celui d'Eight Days a Week.

Ringo adore qu'on rafraîchisse ainsi les enregistrements des Beatles parce qu'on y entend plus clairement sa batterie, raconte Martin. Et quand, il y a deux semaines, à New York, il a demandé à Paul McCartney s'il était satisfait de son travail, le Beatle lui a répondu: «Si je n'étais pas content, je n'aurais pas cet exemplaire [de 1] en main.»

Projet de film

Les fans des Beatles réclamaient cette compilation depuis un bout de temps, affirme Giles Martin. Maintenant que c'est chose faite, ils souhaitent désormais qu'on réédite le film Let It Be comme on l'a fait pour A Hard Day's Night, Help! et Yellow Submarine.

«Notre prochain projet va être le film de Ron Howard sur la Beatlemania et les tournées des Beatles, qu'on a annoncé au Festival de Cannes, dit Martin. Ça va paraître l'an prochain. Je suis certain qu'on va relancer Let It Be un jour, mais je ne sais pas encore quand.»

Giles Martin s'active également à constamment rafraîchir le spectacle Love du Cirque du Soleil, créé en 2006, avec ses amis montréalais, dont le metteur en scène Dominic Champagne.

«De tous les spectacles à Las Vegas, c'est celui qui, dans tous les sondages, est le plus apprécié du public, dit-il. On va y ajouter des trucs très cool à l'avenir et j'espère qu'il va se poursuivre pendant 10 autres années.»

___________________________________________________________________________

CD+DVD. 1. The Beatles. Apple Corps/Universal. Offert en plusieurs formats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer