Emily Haines & The Soft Skeleton: comment créer de l'excellente pop? ****

Choir of the Mind, d'Emily Haines & The Soft Skeleton... (Image fournie par Last Gang)

Agrandir

Choir of the Mind, d'Emily Haines & The Soft Skeleton

Image fournie par Last Gang

La PresseAlain Brunet 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Statuette, dixième chanson au programme de ce Choir of the Mind, est tout simplement irrésistible: groove lascif avec rimshot subliminal, suavité mélodique, voix sensuelle et incarnée, arrangements aériens et vaporeux, formidable progression dramatique.

Comment créer de l'excellente pop? À 43 ans, Emily Haines en fait la démonstration parfaite: ici, l'excellence ne tient pas tant à la nature innovante des structures chansonnières qu'à la qualité de leur interprétation et du galbe orchestral qui les magnifie.

Grâce et maturité de l'interprétation vocale, brillantes surimpressions, richesse mélodico-harmonique, justesse du ton, dosage idéal des compléments électroniques, beats succincts de Scott Minor, textes intelligents, grande amplitude du son, très bon goût de la réalisation cosignée Emily Haines et Jimmy Shaw.

Créées au piano pendant les temps libres de la chanteuse (frontwoman du groupe Metric et contributrice de Broken Social Scene, comme on le sait), ces chansons arrivent à point dans sa carrière, reconfirment sa position dominante dans la pop canadienne de haut niveau.

Elle n'avait pas enregistré d'album solo depuis 2006, on ne s'attendait vraiment pas à une telle qualité.

* * * *

INDIE POP. Choir of the Mind. Emily Haines & The Soft Skeleton. Last Gang.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer