Justice: au ralenti ***

Woman, de Justice... (image fournie par Ed Banger/Because Music)

Agrandir

Woman, de Justice

image fournie par Ed Banger/Because Music

La Presse 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec l'électro lourde au son «dynamitant» de ses débuts, Justice aurait pu garder la voie du «hard électro» ou encore prendre celle de l'EDM (electronic dance music) avant-gardiste.

À l'écoute du troisième album du duo français composé de Gaspard Augé et de Xavier de Rosnay, force est de constater que Justice flirte aujourd'hui davantage avec les univers post-disco de Broken Bells ou de ses compatriotes de Daft Punk.

Ainsi, le duo perd de son essence, mais aussi de sa puissante énergie sonore qui a fait vibrer le Métropolis lors des deux spectacles presque mythiques que Justice y a donnés (le même soir!) en octobre 2007.

C'est décevant, mais si on fait fi du passé musical du groupe, Woman réunit tout de même de bonnes pièces dansantes, dont Fire (Susan Sarandon figure dans le clip) et Randy.

Nous aurions néanmoins préféré plus de pièces aux mélodies effrénées et tonitruantes comme celle de Heavy Metal. Justice est même planant dans la pièce finale, Close Call. Bof.

* * *

ÉLECTRO. Woman. Justice. Ed Banger/Because Music.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer