Destroyer: au sommet de son art ***1/2

La PresseÉmilie Côté 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'homme-orchestre vancouvérois Dan Bejar a lancé le 10e album de son projet Destroyer. Il délaisse le son jazz-pop-électro de Kaputt pour concocter des pièces aux orchestrations classiques où les paroles sont mises en valeur et d'autres au groove soul où les mélodies dominent.

Bejar s'avère sans contredit un auteur-compositeur caméléon capable de se réinventer (il fait partie de The New Pornographers et de Swan Lake).

Dans l'album Poison Season, il explore la vie new-yorkaise. Il fait un clin d'oeil à Bowie, fait référence à Lou Reed, entre deux titres impressionnistes et des arrangements de percussions latins.

Dan Bejar passe d'un genre musical à l'autre comme un poisson dans l'eau. Si on accepte sa voix particulière et le côté cérébral de sa musique, Poison Season s'avère un album riche, aventureux et abouti.

* * * 1/2

CHANSON ALTERNATIVE. Destroyer. Poison Season. Merge Records.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer