Décès de Jon Hendricks, pionnier du jazz vocal

Le chanteur et compositeur américain Jon Hendricks est... (Photo archives AP)

Agrandir

Le chanteur et compositeur américain Jon Hendricks est mort mercredi à New York à 96 ans.

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Al Jarreau était un de ses admirateurs, Bobby McFerrin fut un de ses élèves: le chanteur et compositeur américain Jon Hendricks, une des toutes premières voix qui ont compté dans le jazz chanté, est mort mercredi à New York à 96 ans, a annoncé jeudi sa fille Michele sur Facebook.

Jon Hendricks, un des précurseurs du «vocalese» qui consiste à mettre en parole et en voix des solos instrumentaux de jazz, s'est éteint dans un hôpital de New York, a ensuite indiqué son agent, confirmant une information du New York Times.

Spécialiste du scat, il s'était rendu célèbre dans les années 1950 avec le trio Lambert, Hendricks & Ross et l'album Sing A Song Of Basie (1957), une version vocale du big band de Count Basie.

Fils de pasteur, né à Newark, non loin de New York, le 16 septembre 1921, il a grandi à Toledo (Ohio), où il interprétait des spirituals à l'église. Vocaliste hors pair, il a 11 ans lorsqu'il chante à la radio avec le pianiste Art Tatum.

Engagé pendant la Deuxième Guerre mondiale, il participe au débarquement en Normandie le 12 juin 1944. À son retour, il laisse tomber ses études de droit sur les conseils du saxophoniste Charlie Parker qui lui dit: «Tu n'es pas un avocat, tu es un chanteur de jazz», et part tenter l'aventure musicale à New York.

Sa voix de ténor rauque qui n'avait pas le timbre suave d'un Frank Sinatra excellait par un sens aigu de la rythmique. Il a inspiré plus d'une génération de chanteurs jazz, de Mark Murphy à Tim Hauser, en passant par Dianne Reeves.

À la moitié des années 1960 il entreprend une carrière de soliste et accumule les professions: il travaille pour la télévision, devient critique au San Francisco Chronicle, et même enseignant à l'Université de Toledo, tout en continuant de chanter à travers le monde.

En 2000, Kurt Elling, l'un des grands chanteurs de jazz actuel, l'avait invité sur la scène du Green Mill. Tous deux s'étaient livrés à un morceau de bravoure sur le traditionnel Goin' back to Chicago. Cette joute vocale figure sur l'album Live in Chicago de Kurt Elling.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer