Neil Young pique Donald Trump sur son album

Neil Young, a accompagné vendredi l'annonce de la... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Neil Young, a accompagné vendredi l'annonce de la sortie de son 39e album d'une pique à l'adresse de Donald Trump: l'Amérique n'a pas besoin qu'on lui rende sa grandeur.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Les années passent mais sa flamme militante brûle toujours. Le géant canadien du folk-rock, Neil Young, a accompagné vendredi l'annonce de la sortie de son 39e album d'une pique à l'adresse de Donald Trump: l'Amérique n'a pas besoin qu'on lui rende sa grandeur.

Le rockeur de 71 ans retrouve le groupe Promise of the Real pour The Visitor, qui sortira le 1er décembre.

Lettre d'amour à une certaine idée des États-Unis, son premier titre Already Great claque en réponse au fameux slogan de campagne du président américain Make America Great Again.

Sur fond de guitare rugueuse et de piano, Neil Young glisse un «Au fait, je suis Canadien et j'aime les États-Unis» («I'm Canadian by the way and I love the USA»), saluant la «liberté» qu'il y a trouvé.

«Vous êtes déjà grands/vous êtes la terre promise/vous êtes la main tendue» («You're already great/You're the promised land/You're the helping hand»), poursuit le musicien avant de conclure avec des voix scandant «Whose Streets? Our Streets"(«À qui sont les rues? Les rues sont à nous»), mot d'ordre souvent entendu aux États-Unis dans les manifestations du mouvement Black Lives Matter, qui dénonce les violences policières contre les Noirs.

La politique et Neil Young, c'est l'histoire d'une longue passion. Son hymne Rockin' in the Free World, sorti en 1989, dénonçait les politiques du président américain républicain de l'époque, George H. W. Bush, mais avait rapidement été repris en étendard en Europe de l'Est lorsque le communisme s'effondrait.

Donald Trump aussi avait repris Rockin' in the Free World pendant sa campagne pour la Maison-Blanche, indignant Neil Young comme plusieurs artistes progressistes outrés de voir leurs chansons utilisées par le candidat populiste de droite.

Profondément influencé par Neil Young, Promise of the Real est mené par le guitariste et chanteur Lukas Nelson, le fils d'un grand nom de la country américaine, Willie Nelson. Ils avaient déjà fait équipe en 2015 pour l'album The Monsanto Years, sur lequel Neil Young, écologiste convaincu, dénonçait le géant de l'agrochimie et ses semences génétiquement modifiées.

Cette fin d'année est particulièrement riche en sorties pour Neil Young, qui avait présenté en septembre Hitchhiker, un disque enregistré en une nuit en 1976 mais jamais officiellement présenté jusque-là, même si certains de ses titres étaient apparus sur d'autres disques.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer