La symphonie électro d'Ariane Moffatt

Pour la première fois hier, Ariane Moffatt et... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Pour la première fois hier, Ariane Moffatt et ses invités ont répété avec les musiciens de l'Orchestre symphonique de Montréal.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Orchestre symphonique de Montréal poursuit ce soir et demain son flirt avec le monde de la pop. La Presse a assisté hier à la première répétition de la chanteuse Ariane Moffatt et de ses invités, Marie-Pierre Arthur et Alexandre Désilets, sur la scène de la Maison symphonique.

Les voix d'Ariane Moffatt et d'Alexandre Désilets résonnaient en harmonie sur les arrangements symphoniques de Space Oddity de David Bowie concoctés par le chef d'orchestre Simon Leclerc lors de notre arrivée à la Maison symphonique. Et les deux interprètes sur scène semblaient tout aussi impressionnés que nous par le résultat final.

C'était en effet la toute première fois qu'Ariane Moffatt et ses invités se retrouvaient physiquement accompagnés par les musiciens de l'OSM.

«J'avais les arrangements que Simon m'a envoyés il y a deux mois, mais la qualité sonore, l'amplitude et la dynamique sont totalement différentes quand on est sur scène avec l'orchestre», a expliqué d'entrée de jeu Ariane Moffatt.

L'auteure-compositrice-interprète n'avait encore jamais tenté l'aventure symphonique en plus de 15 ans de carrière. Et elle avoue que son plus grand défi a été de lâcher prise pour mieux retrouver le temps dans l'espace.

«Physiquement, il y a beaucoup de distance entre la section des violons et celle des contrebasses. Si ton esprit se concentre sur un élément, tu es un peu foutu. Ce que j'ai compris, c'est que ça demande beaucoup d'abandon : je ne suis pas en train de suivre tous les musiciens, mais je dois me laisser accompagner. J'essaie d'être dans une position d'écoute d'ensemble, comme si j'étais dans la salle», a-t-elle expliqué à La Presse en sortant de scène.

Hommage aux grands de la pop

Parti comme à son habitude des éléments harmoniques et mélodiques qu'on retrouve dans les chansons originales d'Ariane Moffatt, Simon Leclerc a ainsi réarrangé en version symphonique des titres comme Debout, Je veux tout ou Le coeur dans la tête, mais également des classiques de la pop que la chanteuse désirait interpréter en version symphonique.

«J'avais envie de faire un hommage aux grands de la pop dont certains disparus, comme David Bowie, Michael Jackson ou Leonard Cohen. Réarranger de grandes chansons comme celles-là est un plaisir!»

La chanteuse a également pu redécouvrir certaines chansons de son propre répertoire à travers cette expérience. «Il y a cette chanson, Je te garde avec moi, tirée de mon premier album, Aquanaute, que je n'ai pas chantée depuis plus de 10 ans. Simon lui a donné une couleur de musique sérielle répétitive complètement envoûtante», a-t-elle confié.

Accompagnée sur scène par sa fidèle amie Marie-Pierre Arthur, Ariane Moffatt chantera pour la toute première fois avec Alexandre Désilets. «Il a une voix absolument incroyable!» s'exclame-t-elle. Les deux interprètes invités offriront chacun leur tour trois versions symphoniques de leurs chansons respectives.

Une touche électro

Pour la toute première fois depuis le début de la série OSM Pop, le chef d'orchestre Simon Leclerc a dérogé à sa propre règle en demandant à Ariane Moffatt d'apporter une touche électro à ses arrangements symphoniques.

«Il m'a dit que ça serait le fun d'avoir un petit beat box qu'on va utiliser sur Je veux tout. Ça se veut un peu ludique, avec l'orchestre qui m'accompagne sur ce petit rythme-là. J'ai été bonne élève, mais il en a rajouté une couche en me disant qu'il avait une autre idée pour certaines pièces. Alors on va faire des expérimentations cet après-midi», a lancé, excitée, Ariane Moffatt en montrant du doigt son échantillonneur posé sur scène.

«Il me permet d'enregistrer les micros qui sont au-dessus de l'orchestre et d'enregistrer une séquence pour ensuite la remettre dans l'arrangement. Je vais jouer avec l'orchestre, mais on va voir si ça tient la route!» a-t-elle expliqué.

À venir

L'aventure symphonique d'Ariane Moffatt se poursuivra au Musée d'art contemporain (MAC) dans le cadre de l'exposition Leonard Cohen - Une brèche en toute chose/A Crack in Everything, présentée à partir du 9 novembre.

«Ils m'ont fait la commande d'une chanson de Cohen, Famous Blue Raincoat, que je vais interpréter ce soir et que l'OSM m'a permis d'enregistrer pour l'utiliser dans mon arrangement pour le MAC», précise Ariane Moffatt.

Actuellement entre deux albums, l'auteure-compositrice-interprète dit vouloir se consacrer à la création et à l'expérimentation en studio au cours des prochains mois. «Mon studio se trouve juste au-dessus de la garderie de mes fils. J'y suis presque tout le temps et j'ai commencé à faire de la réalisation pour d'autres artistes», a-t-elle confié à La Presse.

___________________________________________________________________________

À la Maison symphonique ce soir et demain.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer