Le conte de fées de Daniel Picard avec Céline

Daniel Picard a rencontré pour la première fois... (photo Charles Laberge, Collaboration Spéciale)

Agrandir

Daniel Picard a rencontré pour la première fois hier soir Céline Dion, pour qui il a écrit la chanson À la plus haute branche.

photo Charles Laberge, Collaboration Spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Daniel Picard était sûrement le plus ému des spectateurs quand Céline Dion a chanté pour la première fois en public sa chanson À la plus haute branche, hier soir au Centre Bell. Retour sur le conte de fées d'un comédien qui se passionne depuis toujours pour la musique.

Daniel Picard n'a vraiment pas vu venir ce qui lui arrive en ce moment.

À 15 ans, la musique était sa première passion qu'il a reléguée au second plan par la suite quand il a entrepris une carrière d'acteur spécialisé dans le doublage. Voilà qu'à 51 ans, contre toute attente, sa chanson À la plus haute branche sera du nouvel album de Céline Dion, qui l'a chantée pour la première fois dans un Centre Bell bondé hier soir.

«C'est sûr qu'on rêve toujours d'avoir une chanson chantée par quelqu'un d'aussi flamboyant que Céline Dion, même si, dans mon cas, ç'a été comme un conte de fées, de dire Picard. J'ai lu dans La Presse+ un entrefilet qui disait que Céline cherchait de nouvelles chansons. Je ne m'attendais vraiment pas à gagner quoi que ce soit quand j'ai soumis ma chanson. Je ne savais même pas que c'était un concours, mais j'espérais, je croisais les doigts...»

L'équipe de Céline Dion était surprise, elle aussi, quand la chanteuse a invité spontanément les auteurs-compositeurs à lui proposer des chansons pour son prochain album lors d'une conférence de presse à Las Vegas en août 2015. Parmi le millier de chansons soumises, un jury spécialisé en a retenu 25 et un vote populaire auquel ont participé 70 000 internautes a choisi celle de Daniel Picard.

«J'ai toujours continué de faire de la musique et d'écrire des chansons par plaisir, en amateur, en parallèle de ma carrière principale, mais en tournant la page de la cinquantaine, je me suis dit que j'allais au moins sortir à compte d'auteur des chansons qui sont terminées, quitte à en vendre trois ou quatre exemplaires, raconte Picard en riant... C'est à ce moment-là que j'ai appris que j'avais gagné. Cette histoire-là a été une sorte de coup de pied au derrière. Peu importe la suite des événements, ça m'a permis de continuer de pratiquer cette passion. J'ai passé l'été à écrire des chansons.»

Une chanson d'enfance

À la plus haute branche lui a été inspirée par un proche qui s'est donné la mort il y a quelques années.

«J'en avais fait une première version inachevée et quand Céline a annoncé qu'elle cherchait du matériel, j'ai pensé à cette chanson. Je l'ai retravaillée, je l'ai terminée puis j'en ai fait une maquette avec [la chanteuse] Pascale Montreuil. Ce n'est pas une chanson directement inspirée du décès de René Angélil, mais quand on perd quelqu'un qu'on aime, c'est sûr qu'une chanson qui parle de l'absence, du deuil, de l'acceptation et de la vie qui doit continuer touche une corde sensible.»

«C'est une chanson d'enfance tellement émouvante», a mentionné Céline Dion à propos d'À la plus haute branche, lors d'une entrevue donnée à La Presse en juin, à Paris.

Une chanson dans laquelle, en effet, il est question de fous rires d'écoliers et qui débute par une citation de la chanson traditionnelle À la claire fontaine.

«Peut-être parce que je suis acteur, mes chansons sont comme des courts métrages, explique Daniel Picard. Dans ma tête, j'imaginais un personnage qui fredonne À la claire fontaine et qui s'en va cueillir des fraises dans un bois. Le titre de ma chanson est lui-même une allusion à À la claire fontaine.

«Il y a quelque chose de fascinant dans les comptines qu'on enseigne aux enfants, ajoute Picard. Ce sont souvent des chansons tristes mais qui, parce qu'elles sont en mode majeur, nous donnent l'impression qu'elles sont joyeuses. J'aime bien cette espèce d'opposition entre le mode musical qu'on choisit et le sujet qu'on veut traiter. Quand j'ai écrit ma chanson, j'ai utilisé la même méthode.»

Daniel Picard savait que Céline Dion pouvait s'approprier sa chanson.

«C'est une fille qui ne chante pas que du beau gros pop mainstream, dit-il. Elle ose aller parfois dans des sentiers complètement audacieux. Sa chanson Vole en est un très bon exemple, tout comme L'amour existe encore, qui traite d'un sujet [le sida] qui, à l'époque, était tabou.»

Un message de Céline

Picard a pu rencontrer pour la première fois hier soir la célèbre interprète de sa chanson. La chanteuse lui avait laissé un message dans sa boîte vocale le jour où il a appris la bonne nouvelle l'an dernier.

«Le soir de l'annonce de la chanson gagnante, j'étais au téléphone avec mes parents pour leur annoncer la nouvelle et j'ai vu que j'avais un appel en attente, mais je ne réponds jamais aux appels en attente, je ne sais même pas comment ça fonctionne, se rappelle Picard en riant. Quand j'ai raccroché, j'ai vu que c'était Céline qui m'avait appelé pour me féliciter. C'était un message très touchant: elle me disait qu'elle aimait beaucoup la chanson, qu'elle était heureuse que j'aie gagné et qu'elle avait hâte de l'interpréter.»

«J'étais d'autant plus touché quand j'ai appris plus tard qu'elle s'en allait participer ce soir-là à un hommage à Frank Sinatra et qu'elle avait donc pris la peine de m'appeler pour me féliciter entre deux trucs.»

Daniel Picard n'a jamais nourri l'ambition d'interpréter lui-même ses chansons.

«Premièrement, je ne suis pas chanteur, je n'ai pas la voix qu'il faut. Et il y a des auteurs comme Stéphane Venne et Luc Plamondon qui ont écrit pour d'autres et qui ont réussi à en faire un métier extraordinaire. Sans rêver en couleurs, je me disais que j'aimerais un jour avoir moi aussi des chansons qui ont leur propre vie et qui sont interprétées par des gens dont c'est le métier.»

C'est chose faite.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer