Pierre Lalonde: le crooner gentleman n'est plus

En 1962, Télé-Métropole a embauché Pierre Lalonde comme coanimateur... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

En 1962, Télé-Métropole a embauché Pierre Lalonde comme coanimateur de l'émission Jeunesse d'aujourd'hui avec Joël Denis.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mort mardi soir à 75 ans, le chanteur, crooner et animateur Pierre Lalonde laisse en héritage le souvenir d'un homme qui a lancé plusieurs carrières tout en étant la gentillesse incarnée avec les vedettes de son émission culte, Jeunesse d'aujourd'hui.

«Lorsqu'il recevait de jeunes chanteurs, Pierre les traitait comme des stars, dit un Michel Louvain ému. Sur son plateau, on se sentait aimé et bienvenu.»

«Il pouvait présenter Mimi Hétu comme si c'était la grande Barbra Streisand», se souvient le producteur Denis Pantis, qui a longtemps travaillé avec lui. «Comme animateur, il était très sympathique. C'était facile d'entrer en communication avec lui», dit Ginette Sage (Normand, Le kangourou). «Son immense gentillesse était sa marque de commerce», soutient Richard Huet.

Atteint de la maladie de Parkinson, M. Lalonde s'était retiré de la vie publique depuis quelques années. Il est mort entouré des membres de sa famille, a indiqué son agente Ginette Achim.

Connu autant pour sa carrière d'animateur que de chanteur (C'est le temps des vacances, Nous, on est dans le vent, Donne-moi ta bouche), Pierre Lalonde est né le 20 janvier 1941. À 4 ans, il participe à l'émission Le café-concert Kraft, à CKAC. Par la suite, il prête sa voix à différents personnages dans des radio-feuilletons et donne ses gages à sa mère, son père ayant quitté le foyer.

«À la radio, je savais tous mes textes par coeur. En réalité, je n'avais pas le choix puisque j'étais tellement jeune que je ne savais pas encore lire. [...] Je remettais tout ce que je gagnais à ma mère, qui en avait grandement besoin à l'époque», déclarait Pierre Lalonde à La Presse le 12 janvier 2004.

À l'adolescence, il étudie dans un high school de New York à la suite du mariage de sa mère avec un Américain. Là, il écoute l'émission American Bandstand de Dick Clark. Les germes de Jeunesse d'aujourd'hui sont là.

En 1962, Lalonde enregistre un premier 45 tours, Chip Chip/Mam'zelle Marie-Anne, qui est un succès. La même année, Télé-Métropole l'embauche comme coanimateur de l'émission Jeunesse d'aujourd'hui avec Joël Denis.

Hier, ce dernier pleurait la mort de son ami et rappelait à quel point la paire qu'ils formaient se complétait. «La nouvelle m'a donné un coup, dit M. Denis. Lui incarnait le charme et moi, le côté boute-en-train. Il était le tombeur, l'Américain, et moi l'amuseur, le Français. C'est pour cela que la clientèle de l'émission était si large.»

Il faut dire aussi que Jeunesse d'aujourd'hui a commencé alors que les premiers baby-boomers atteignaient l'adolescence. Fascinés et charmés par le renouveau musical arrivant d'Angleterre ou des États-Unis, ils ne demandaient pas mieux que de sauter dans le train!

Un passage à Jeunesse d'aujourd'hui a lancé plusieurs carrières ou fait mousser les ventes de nouvelles chansons des Ginette Reno, Michel Louvain, Jean Nichol, Marc Hamilton, Shirley Théroux, Michèle Richard et plusieurs autres vedettes.

«On ne pouvait pas parler d'un début de carrière sans passer par lui, dit Renée Martel. C'était le gourou, l'instigateur, à la barre d'une émission culte.»

Elle se souvient de son premier passage à l'émission où elle chantait Ghyslain, un hommage à son copain de l'époque, un des membres des Sultans. Par la suite, elle a enfilé plusieurs tubes devenus numéro un du palmarès.

«J'allais à Jeunesse d'aujourd'hui toutes les trois semaines, dit-elle. J'ai chanté au mariage de Chantal Pary [mariée à André Sylvain en direct à l'émission]. On répétait le samedi après-midi, on allait manger chez Napoléon, rue Sainte-Catherine, on chantait à 19 h, puis on partait chacun de notre côté faire nos spectacles du samedi soir.»

Longue carrière

Après un passage d'un an à Radio-Canada avec Jeunesse oblige (1965-1966), Pierre Lalonde revient à Télé-Métropole animer Jeunesse de 1966 à 1971. En parallèle, il tente une percée à New York avec sa propre émission sous le nom de The Peter Martin Show.

Dans les années 70, il enregistre l'album Inouik en collaboration avec le parolier Stéphane Venne (Attention, la vie est courte), effectue une tournée l'amenant à la Place des Arts et anime l'émission Pierre, Jean jasent avec Jean Duceppe.

En 1981, Michel Louvain, Donald Lautrec et lui créent le spectacle Les trois L. «On était un peu comme le Rat Pack, et Pierre était le comique», dit M. Louvain.

Dans les années 90, il est moins visible, travaillant à la diffusion d'émissions francophones sur un réseau câblé de la Floride. Après avoir fait le constat qu'il n'est pas un homme d'affaires, il vend son entreprise.

Jusqu'à l'aube des années 2000, Pierre Lalonde a animé plusieurs autres émissions comme Action réaction et Star d'un soir, en plus d'enregistrer de nombreux albums. On le retrouve au Casino de Montréal en 2000 alors que son album La belle vie est lancé. Toujours en 2000, il enregistre la chanson-thème d'Infoman.

Le 21 novembre 2002, il fait parler de lui à la suite de son passage à l'émission matinale Tous les matins de Radio-Canada. Invité pour parler du lancement de son disque de Noël, il est consterné en écoutant une chronique de Richard Martineau portant sur les pénis. Choqué, mais conservant son calme, il quitte le plateau non sans avoir remis en question le sérieux de l'émission.

En septembre 2010, à l'occasion d'une émission spéciale du Banquier célébrant les 50 ans de TVA, Michel Louvain et Pierre Lalonde sont côte à côte, tenant leurs valises. Lalonde confie à son ami qu'il ne va pas bien. Quelques semaines plus tard, on apprend qu'il est atteint de la maladie de Parkinson.

Une des dernières fois où il a fait une apparition publique remonte au 29 mars 2011, alors qu'il recevait la Médaille de l'Assemblée nationale.

«Avec sa mort, c'est tout un épisode du show-business qui se termine», dit Renée Martel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer