Cinq services de streaming sous la loupe

Vous étiez abonné au défunt Rdio, vous pleurez la mort prochaine de Songza ou... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous étiez abonné au défunt Rdio, vous pleurez la mort prochaine de Songza ou vous cherchez à adhérer à un service payant d'écoute en continu? La Presse a testé pour vous les Spotify, Deezer, Apple Music, Tidal et Google Play Music.

Pour 9,99 $ par mois, tous les services d'écoute en continu permettent au mélomane de choisir de la musique sur demande, sans publicité, et d'écouter des albums et des chansons hors connexion en les téléchargeant sur son appareil mobile. Mais chaque service a ses avantages et ses désavantages. Tour d'horizon.

Spotify

Description: Fleuron suédois lancé en 2006

Prix: Forfait Premium à 9,99 $

Forfait gratuit: Oui

Sensibilité locale: Spotify a un représentant au pays très connu de la scène musicale, Nathan Wiszniak. Ce dernier visite régulièrement Montréal. En mars dernier, il était à l'enregistrement, avec Coeur de pirate, de la première «Session live» de Spotify Canada, au Centre Phi. Spotify offre plusieurs listes d'écoute de musique francophone.

Avantages: 

- Vaste choix de listes d'écoute et d'exclusivités. L'été dernier, Prince a choisi Spotify pour y dévoiler en primeur son extrait Stare.

- Simplicité, ergonomie et souplesse d'utilisation d'un appareil à l'autre

- Bâtir des listes y est aussi facile qu'avec Rdio. Cela se fait par album ou par chansons. Il est aussi possible de créer des fichiers et d'y ajouter des listes d'écoute.

- Via son compte Facebook, l'auditeur peut consulter ce que ses «amis» abonnés à Spotify écoutent.

- Les gens peuvent lier leur compte Spotify à leur console PlayStation (un partenariat exclusif).

Désavantages: 

- Le design très chargé de la plate-forme

Deezer

Description: Fleuron français créé en 2007

Prix: Forfait Premium à 9,99 $

Forfait gratuit: Oui

Sensibilité locale: Le service français Deezer n'a plus de représentant au pays et centralise de plus en plus ses activités en Europe. Par contre, il est le seul à avoir développé un environnement d'abord francophone.

Avantages: 

 - Bons outils de recommandations musicales. En plus de renvoyer à des profils de formations similaires, chaque artiste a une biographie, des commentaires d'utilisateurs et des «top titres».

 - Le design épuré se rapproche de celui tant apprécié de Rdio.

 - Aussi facile à utiliser que Spotify et même plus agréable.

 - Bon système de radio nommé «Flow», basé sur les écoutes précédentes de l'auditeur.

 - Comme Deezer est établi en France, beaucoup d'utilisateurs bâtissent des listes d'écoute de musique francophone.

Désavantages: 

 - Gros bémol: Il n'y a pas de «station» articulée autour des artistes, mais on peut consulter les listes d'écoute dans lesquelles ils se trouvent. Il y a également des listes répertoriées selon les genres.

 - Deezer a quelque peu abandonné le territoire canadien, et cela se ressent à travers le service. Deezer serait en perte de vitesse, ce qui peut nuire à sa croissance et à sa pérennité.

Apple Music

Description: Service d'Apple lancé en juillet dernier, en retard sur la tendance du streaming.

Prix: Forfait Premium à 9,99 $; forfait familial à 14,99 $ 

Forfait gratuit: Non

Sensibilité locale: Apple a une représentante à Montréal très connue du milieu de la musique québécoise: Mia Parang a longtemps travaillé à MusiquePlus.

Avantages: 

 - Les recommandations se font en fonction de la bibliothèque iTunes de l'utilisateur.

 - Possibilité d'écouter les stations de Beats 1, radio internet diffusée en direct et en continu à partir de Londres, New York et Los Angeles, en plus des listes de lecture de l'équipe d'Apple.

 - Possibilité de suivre des artistes, qui peuvent interagir avec le public en partageant des nouvelles et des photos.

 - L'interface épurée d'Apple Music est très agréable à utiliser. Les sections sont clairement définies: nouveautés de la semaine, listes de lectures sur mesure, etc.

Désavantages: 

 - Trop d'options, c'est comme pas assez.

 - Apple Music convient surtout aux gens qui affectionnent iTunes, voire l'environnement Mac, même si le service est disponible pour Android.

 - Il faut souvent mettre à jour ses versions iOS et iTunes. Et AppleMusic fonctionne seulement sur les appareils récents.

Tidal

Description: Racheté par Jay Z pour 56 millions de dollars, Tidal a été relancé en mars dernier.

Prix: Forfait Premium à 9,99 $; forfait haute définition à 19,99 $

Forfait gratuit: Non

Sensibilité locale: Tidal n'a pas de représentants au Canada, mais en a en France. Mercredi, il diffusera le spectacle d'Indochine en direct du Trianon, à Paris. Les non-abonnés pourront le voir et profiter d'une offre d'essai du service pendant un mois.

Avantages: 

 - Du contenu exclusif, dont des vidéos, des entrevues ou encore la diffusion récente d'un spectacle de Coldplay

 - Beau design graphique

 - Qualité sonore supérieure. Le forfait haute définition permet une écoute en format FLAC.

 - Vaste choix de listes d'écoute et facilité d'en créer soi-même.

Désavantages: 

 - Pas de stations de radio basées sur des artistes

 - Surtout destiné aux gens qui veulent contrôler leur écoute et moins à ceux qui ont besoin d'être guidés.

 - Le service se cherche un avenir, constate-t-on après trois changements de président dans la dernière année.

Avantage ou désavantage? Tidal prétend avoir un modèle de partage des revenus plus juste pour les artistes. Or, il appartient à certains artistes. Le patron Jay Z compte parmi ses actionnaires Beyoncé, Jack White, Chris Martin et Rihanna.

Google Play Music 

Description: Service du géant Google lancé en novembre 2011.

Prix: Forfait Premium à 9,99 $

Forfait gratuit: Oui, avec les anciennes listes de Songza

Sensibilité locale: Google a un bureau à Montréal et, grâce à l'intégration de Songza, il a un réseau de curateurs musicaux au Canada et au Québec.

Avantages: 

 - Google Play Music a frappé un grand coup mercredi en annonçant que Songza disparaîtrait d'ici le 31 janvier et que ses listes d'écoute seraient intégrées à Google Play Music avec un nouveau service gratuit financé par la publicité.

 - Ergonomie de la plate-forme et grande facilité d'utilisation

 - Un système basé sur l'humeur de l'auditeur, inspiré de Songza.

 - Vaste choix de listes d'écoute créées à la fois par des algorithmes et des curateurs musicaux.

 - Présence de baladodiffusions

 - Lien direct à YouTube, mais on pourrait assister sous peu au lancement canadien du service «Premium» Red de YouTube (qui appartient à Google), actuellement disponible aux États-Unis.

 - Possibilité de transférer sa bibliothèque iTunes sur ses appareils Android.

 - Espace de stockage gratuit pour 50 000 titres

Désavantages: 

 - Peu de contenu exclusif

Précisions méthodologiques

Notez que nous avons exclu les services gratuits financés par la publicité comme YouTube, ainsi que les chaînes de Stingray (réservées aux abonnés d'un câblodistributeur) et la radio par satellite SiriusXM.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer