Emilie & Ogden: d'intuition et de certitudes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Coup de coeur personnel de Justin West, cofondateur du sélectif label Secret City Records - celui de Patrick Watson et des Barr Brothers -, Emilie & Ogden est le projet de la harpiste et chanteuse Emilie Kahn. Après avoir attiré l'attention de Taylor Swift avec sa reprise de Style, l'auteure-compositrice-interprète lance aujourd'hui son premier album, 10 000.

À la fois réservée, intègre et confiante, Emilie Kahn pique la curiosité. Assise devant elle, on se demande si son aura mystérieuse est causée par de la gêne ou de l'assurance. Sans doute un mélange des deux.

Emilie Kahn a grandi dans un milieu bilingue à Saint-Lazare. Fillette, elle s'attirait des compliments grâce à sa voix. Elle a acquis ses premières habiletés musicales par intuition. D'abord avec la flûte traversière que lui a donnée la fille d'une amie de sa mère. « J'ai appris à jouer seule. Il y avait aussi un piano à la maison et j'en jouais un peu », raconte-t-elle.

La jeune femme, qui ne s'estimait ni flûtiste ni pianiste, a dû choisir un instrument quand elle a décidé de s'inscrire en musique au cégep. « Je savais que je voulais écrire des chansons, mais je ne savais pas avec quel instrument m'accompagner. »

Elle s'est remise à la flûte simplement pour être acceptée au collège Vanier. Elle a vu la première harpe de sa vie lors d'un spectacle du choeur de l'école. C'était celle de Sarah Pagé, aujourd'hui membre des Barr Brothers. « Après, j'ai demandé à ma prof de flûte comment trouver une harpe et si c'était cher. En même temps, j'ai découvert la musique de Joanna Newsom [chanteuse américaine qui s'accompagne notamment à la harpe]. »

Emilie Kahn a déniché un professeur du gracieux instrument sur Craigslist. Le reste appartient à la biographie d'Emilie & Ogden, surnom donné à sa harpe.

«Un piano simplifié»

« La harpe, ça semble difficile à jouer, mais c'est simple, explique Emilie Kahn. C'est comme un piano simplifié sans les touches noires. Quand on joue de la musique folk populaire, les notes sont placées devant soi. »

« C'est intuitif. On voit et on sent les notes dans ses mains. Cela marche bien et cela me permet de me concentrer sur le chant. »

Son album 10 000, qui sort aujourd'hui, fait suite à un EP lancé il y a deux ans. Il a été enregistré au fameux studio B-12 de Valcourt, avec le batteur Francis Ledoux et le réalisateur prolifique Jesse Mac Cormack.

Emilie avait été « émerveillée » par la touche que Mac Cormack avait donnée à la musique d'un ancien groupe dont elle a brièvement fait partie. « Il a un génie créatif, mais il fait les choses à sa manière. Cela peut créer des frictions, mais, au mixage, on réécoute les chansons et tout est parfaitement placé. »

Après l'effervescence du studio, Emilie s'est sentie démoralisée à son retour à Montréal. Frustrée, elle s'est rendue à Morin-Heights dans le studio d'Éloi Painchaud pour bénéficier de ses conseils. « Nous avons refait les tracks de voix. Des fois, il faut laisser reposer les tounes quelques mois. »

Taylor Swift

Emilie Kahn écrit depuis longtemps. Elle romance ce qui l'affecte dans sa vie, si bien que ses chansons évoquent des émotions exacerbées. Avec sa harpe qui impose naturellement le recueillement et l'écoute, on comprend pourquoi sa fameuse reprise de Style de Taylor Swift a touché autant de gens.

« Taylor Swift est l'une des rares chanteuses pop à écrire de façon aussi personnelle, souligne Emilie Kahn. C'est pourquoi les gens s'identifient autant à elle. C'est hyper "romantisé", mais elle sait comment préciser une humeur. La chanson Style capture le sentiment d'être en rupture mais de retourner voir l'autre. »

Grâce à une mention de Taylor Swift sur Twitter, la reprise d'Emilie & Ogden a fait jaser avec un succès viral de près de 300 000 visionnements sur YouTube.

« Ce qui m'a dérangée dans tout cela est l'impact de la célébrité. On a plus parlé du fait qu'elle m'a remarquée que de ce que je fais. », dit Emilie Kahn.

La chanteuse déteste les faux-semblants et tout ce qui est superficiel. C'est en multipliant les premières parties, notamment pour le groupe québécois Half Moon Run, que le métier de musicienne a pris tout son sens pour elle. « Il y a quelque chose de narcissique dans une performance, mais, quand des gens nous voient sur scène et nous écrivent par la suite, on comprend la valeur et l'importance de la musique dans la vie des gens. »

Parlant de spectacles, Emilie & Ogden entreprendra le plus ambitieux voyage de sa vie à l'occasion d'une tournée qui la mènera en Islande, au Royaume-Uni et aux États-Unis, notamment en première partie de ses amis de Half Moon Run. « Cela me réconforte de savoir que je vais être avec eux. »

Avant de changer de continent, Emilie & Ogden se produit ce soir au Gesù.

CHANSON FOLK

10 000, Emilie & Ogden, Secret City Records, Sortie aujourd'hui

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer