B.B. King, légende du blues, est mort

B.B. King et sa célèbre guitare

Agrandir

B.B. King et sa célèbre guitare "Lucille", en 1998.

PHOTO BERTRAND GUAY, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Shaun Tandon
Agence France-Presse
New York

Légende du blues et source d'inspiration de générations d'artistes qui en saluaient vendredi la mémoire, tout comme le président Barack Obama, le guitariste américain B.B. King s'est éteint à l'âge de 89 ans.

«M. King est mort paisiblement dans son sommeil à 21h40 (heure de la côte ouest, 0h40 vendredi, heure de l'Est) le 14 mai 2015», indique son site internet bb.king. Il avait été hospitalisé au début du mois à Las Vegas à la suite de problèmes de déshydratation.

Depuis quelques mois, B.B. King, diabétique, souffrait de graves problèmes de santé. Début mai, il avait annoncé qu'il recevait des soins médicaux à domicile dans sa résidence de Las Vegas.

De son vrai nom Riley B. King, ce musicien légendaire aux 15 Grammy Awards, a plus de 50 albums à son actif, avec des tubes devenus des classiques comme Three O'Clock Blues, The Thrill is Gone ou Rock me baby.

B.B. King jouait du blues depuis la fin des années 40, muni de sa fidèle Gibson surnommée «Lucille». Son style, racé et expressif, sa manière de chanter issue du gospel, ont influencé les plus grands, d'Eric Clapton à George Harrison.

En 2003, le magazine Rolling Stone l'avait désigné troisième légende de la guitare, derrière Jimi Hendrix et Duane Allman.

Avec l'âge et sa santé déclinante, B.B. King avait réduit le nombre de concerts annuels, mais continuait à en donner une centaine par an à plus de 80 ans même si, en 2014, certaines prestations lui avaient valu de mauvaises critiques.

Pris d'un malaise en octobre lors d'un concert pour cause d'épuisement et de déshydratation, il avait été contraint d'annuler sa dernière tournée.

«Jusqu'à la mort»

À l'annonce de sa mort, les hommages se sont multiplés, dont celui du président Obama.

Barack Obama a salué vendredi la mémoire du guitariste B.B. King, jugeant que le blues avait «perdu son roi et l'Amérique une légende».

«Personne n'a travaillé aussi dur que B.B. Personne n'a inspiré autant d'artistes de talent. Personne n'a fait plus pour le blues», indique le président des États-Unis dans un communiqué.

Évoquant l'effet singulier d'une musique «qui vous reste en tête et vous fait bouger», le président américain rappelle, que poussé par le légendaire musicien lors d'un concert à la Maison-Blanche il y a trois ans, il avait lui-même pris le micro pour s'essayer à la chanson Sweet Home Chicago.

L'ancien président Bill Clinton a de son côté rendu hommage à un «guitariste de blues brillant» et «un homme bon».

«Une légende américaine est partie (...) mais la magie des morceaux qu'il nous a offerts restera à jamais», a-t-il souligné. «Hillary et moi-même nous joignons à tous les amoureux de musique à travers le monde qui pleurent la perte de B.B. King».

Les musiciens qu'il a inspirés étaient également en deuil vendredi.

L'autre guitariste de légende Eric Clapton a ainsi qualifié de «phare» du blues son «cher ami», en appelant dans une vidéo sur Facebook à écouter l'album B.B. King live at the Regal.

«Je veux juste faire part de ma tristesse et dire merci à mon cher ami B.B. King», a-t-il dit avant de poursuivre: «Il a été un phare pour tous ceux d'entre nous qui aimaient ce genre de musique et je l'en remercie du fond du coeur», a ajouté le musicien britannique qui a enregistré en 2000 avec B.B. King l'album Riding with the King.

Le chanteur guitariste Lenny Kravitz a pour sa part écrit sur Twitter: «B.B., n'importe qui pourrait jouer des milliers de notes et ne pas pouvoir exprimer ce que tu disais en une seule. Repose en paix».

«Repose en paix B.B. King, l'un des meilleurs guitaristes de blues, peut-être le meilleur. Il pouvait plus faire en une seule note que n'importe qui», a également tweeté le chanteur canadien Bryan Adams.

Né le 16 septembre 1925 dans le Mississippi, l'enfance du musicien ressemble à celle de milliers d'enfants noirs, travailleurs agricoles dans les grandes plantations de coton du sud.

Mais le jeune King, orphelin, a la chance à l'adolescence d'être pris sous l'aile protectrice de son cousin Bukka White, un guitariste aveugle qui va faire son éducation musicale.

S'il souffrait de diabète chronique et d'une faiblesse aux genoux qui l'obligeait à jouer assis, B.B. King assurait en plaisantant, dans un entretien accordé en 2007 à l'AFP, que sa «maladie» la plus importante se nommait «j'en veux encore!», promettant de jouer encore et encore «jusqu'à la mort».

En 1989, sa musique a touché un public plus jeune quand il a ouvert la route pour le groupe irlandais U2, qui cherchait à ressourcer sa musique aux États-Unis. Il a notamment collaboré avec eux pour la chanson When love comes to town.

Les derniers jours de B.B. King ont cependant été assombris par une querelle entre certains de ses enfants et son gérant sur la manière dont il devait être soigné.

Eric Clapton salue B.B. King

Le guitariste de légende Eric Clapton a rendu hommage vendredi sur Facebook à son «cher ami» B.B. King, qu'il a qualifié de «phare» du blues, appelant chacun à écouter l'album B.B. King Live At The Regal.

«Je veux juste faire part de ma tristesse et dire merci à mon cher ami B.B. King», a déclaré Eric Clapton dans une vidéo d'un peu plus d'une minute diffusée sur sa page Facebook.

«Il a été un phare pour tous ceux d'entre nous qui aimaient ce genre de musique et je l'en remercie du fond du coeur. Donc si vous n'êtes pas familier avec son travail, je vous encourage à sortir pour trouver B.B. King Live At The Regal (1964), l'album par lequel tout a vraiment commencé pour moi en tant que jeune guitariste», a recommandé le musicien anglais.

«Je tiens à le remercier pour toute l'inspiration et les encouragements qu'il m'a apportés en tant que guitariste pendant toutes ces années et pour l'amitié que nous avons partagée», a-t-il ajouté dans cette vidéo filmée en gros plan.

«Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire parce que cette musique est presque du passé maintenant, il ne reste pas beaucoup de guitaristes qui jouent avec la pureté dont faisait preuve B.B.», a-t-il également dit.

Eric Clapton, qui a eu 70 ans le 30 mars, a débuté jeudi soir une série de concerts au Royal Albert Hall de Londres qui se poursuivront jusqu'au samedi 23 mai pour fêter cet anniversaire.

Le Britannique a reconnu avoir profité de l'influence de B.B. King avec qui il a enregistré en 2000 l'album Riding With the King.

BB King a dear friend and inspiration to me....

Posted by Eric Clapton on 15 mai 2015
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer